Intoxications au monoxyde de carbone : les bons gestes à adopter

Publié le 22/12/2014 - 15:05
Mis à jour le 22/12/2014 - 15:43

Depuis le début du mois de septembre 2014, sept épisodes d'intoxications (hors incendie) au monoxyde de carbone ont eu lieu en Franche-Comté impliquant au total 20 personnes. Inodore, incolore et non irritant, ce gaz est indétectable par l'homme. Or, ces intoxications peuvent être évitées avec des mesures simples.

capture_decran_2014-02-27_a_10.48.44.png
©http://www.poujoulat.fr/

Prévenir plutôt que guérir

PUBLICITÉ

La présence du monoxyde de carbone résulte d’une combustion incomplète, et ce, quel que soit le combustible utilisé: bois, butane 1 propane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole… « Il se diffuse très vite dans l’environnement et peut dans les cas les plus graves entrainer la mort en quelques minutes. Certaines personnes, gravement intoxiquées, garderont des séquelles à vie », précise l’Agence régionale de santé (ARS) de Franche-Comté.

Chaque année, en France, près de 100 décès lui sont imputés. « En Franche-Comté, cinq décès par intoxication ont été déplorés depuis 2013 alors qu’il n’en survenait pas depuis 4 ans », ajoute l’ARS. Une trentaine d’intoxications de ce type serait signalée par an, occasionnant uen quarantaine d’hospitalisations.

Les consignes pour éviter les risques

  • Faites vérifier vos installations de chauffage et vos conduits de fumée par un professionnel qualifié au moins une fois par an
  • Veillez toute l’année à une bonne aération et ventilation du logement, tout particulièrement pendant la période de chauffage : aérez au moins 10 minutes par jour et n’obstruez jamais les entrées et sorties d’air de votre logement
  • N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, etc
  • Ne faites jamais fonctionner les chauffages d’appoint en continu; ils sont conçus pour une utilisation brève et par intermittence uniquement
  • Si vous devez installer des groupes électrogènes, placez-les impérativement à l’extérieur des bâtiments, dans des endroits aérés

Les symptômes qui doivent vous alerter

Vous êtes peut-être victime d’intoxication, si vous souffrez de : maux de tête, nausées, confusion mentale, fatigue. Ils peuvent ne pas se manifester immédiatement. L’intoxication aiguë nécessite une prise en charge rapide et justifie une hospitalisation spécialisée.

Que faire dans ce cas ?

Il faut évacuer les lieux immédiatement et appeler les secours en composant le 18 (Sapeurs-Pompiers) ou le 15 (SAMU) ou le 112 (N° d’urgence européen).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.56
partiellement nuageux
le 19/09 à 21h00
Vent
3.26 m/s
Pression
1025.17 hPa
Humidité
66 %

Sondage