Juin Jaune : les bons gestes pour se protéger du soleil

Publié le 26/05/2023 - 18:02
Mis à jour le 26/05/2023 - 17:30

Pour adopter les bonnes pratiques et éviter les risques d’exposition liés au soleil, les associations ASFODER (association des dermatologues de Franche-Comté) et "A fleur de peau 25" lancent la campagne "Juin jaune". Objectif ? informer et sensibiliser sur les risques solaires.

Alors que le nombre de cancers de la peau explosent ces dernières années en Franche-Comté, les dermatologues de Franche-Comté se mobilisent à l'occasion du "Juin Jaune". Soutenue par le CHU Minjoz et menée par les docteurs Hervé Van Landuyt et Eve Puzenat cette campagne vise à sensibiliser les individus sur les risques liés aux UV et à mieux appréhender les gestes à appliquer pour protéger sa peau du soleil.

Les risques du "bronzage passif"

Parmi les principaux dangers liés à l’exposition au soleil, le bronzage passif figure en tête. Selon les deux spécialistes, il est le plus alarmant et le plus insidieux. Le bronzage passif, c'est le fait d’exposer sa peau au soleil durant les activités quotidiennes, par exemple en faisant du sport, en nageant, en marchant ou en travaillant en extérieur. Ce bronzage quotidien, dont personne ou presque ne se préoccupe, est pourtant à l’origine de nombreux cancers. Il touche en première ligne les professionnels du bâtiment, souvent exposés au soleil sans protection mais également les agriculteurs.

"Ne pas s’exposer c’est également moins vieillir"

Outre le risque accru de déclarer un cancer de la peau, l'exposition trop intense au soleil provoque un vieillissement prématuré de celle-ci. Pour tenter d'éviter ce phénomène, il est possible d'appliquer de la crème anti-rides... mais les dermatologues déconseillent toutefois toute exposition au soleil.

Comment se protéger ?

Alors quels sont les bons gestes pour se protéger des effets dévastateurs du soleil sur la peau? Le docteur Van Landuyt préconise de limiter au maximum l’exposition au soleil en portant des "vêtements couvrants" l'ensemble du corps, comme un chapeau et une chemise. Pour lui, "il n'y a que les vêtements qui protègent".

Les dermatologues de Franche-Comté alertent également sur l’exposition des baigneurs à la piscine. Le meilleur moyen de protéger la peau d’un individu dans l’eau serait de lui faire porter un t-shirt anti UV à la piscine.

Auto-examen et avis du médecin traitant

Les dermatologues de Franche-Comté sont de plus en plus assaillis de rendez-vous qui ne sont, selon eux, "pas toujours indispensables". Pour éviter d'engorger les professionnels, les organisateurs de "Juin Jaune" sensibilisent à la pratique de l'auto examen (à raison de trois fois par an).

  • En cas de doute sur une croute, un grain de beauté ou une tâche sur la peau, ils préconisent la prise d'un rendez-vous chez un médecin traitant, et en dernier recours chez un dermatologue.

Lutter contre les fausses croyances

C'est l'un des enjeux de la campagne "Juin Jaune". Lutter contre les fausses croyances qui rendent la peau encore plus vulnérable qu'elle ne l'est déjà. Par exemple, la croyance selon laquelle  la peau d'un enfant serait plus fragile que celle d'un adulte. Pour les spécialistes, la peau d'un individu reste fragile quel que soit son âge et nécessite une protection continue.

Autre croyance, celle qui placerait la crème solaire comme ultime protecteur contre le soleil. Comme le rappelle le docteur Eve Puzenat, "la crème solaire n'est qu'un complément qui ne remplace pas la protection vestimentaire". Celle-ci est d’ailleurs souvent maladroitement appliquée par les utilisateurs, qui n'en consomment qu'un tube par an. Or selon la dermatologue,"pour être efficace, il faudrait idéalement en utiliser un tube par jour….".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour attirer et fidéliser les professionnels de santé

L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté anime depuis un an, avec ses partenaires, un plan de mobilisation en faveur des métiers du social, du médico-social, et de la santé. Les mesures concrètes, de l’orientation à l’emploi, sont d’ores et déjà nombreuses. On fait le point.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.72
partiellement nuageux
le 18/04 à 21h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
92 %