L’Etablissement français du sang cherche de nouveaux donneurs

Publié le 31/08/2012 - 08:54
Mis à jour le 15/04/2019 - 16:53

Face à l’accroissement des besoins en produits sanguins, l’EFS (Etablissement français du sang) ne peut compter que sur les donneurs réguliers de son fichier. Les nouveaux venus sont trop peu nombreux à effectuer ce geste citoyen par excellence.

citoyenneté

Même si des expériences prometteuses sont en cours, il n’existe toujours pas de produit de substitution au sang.  En attendant,  le seul recours pour compenser  l’augmentation de la demande consiste à mobiliser  les donneurs réguliers et, surtout, potentiels. Entre 2001 et 2011, les besoins des malades ont augmenté de 26% en France et la tendance se confirme en 2012 avec une croissance de 3,5% pour le premier semestre, ce qui représente 40 000 dons de sang supplémentaires.

C’est pourquoi, tous les étés, périodes de baisse sensible du nombre de dons, l’EFS (Etablissement français du sang) lance des appels pour maintenir les réserves optimales. Des appels ponctuels sont également effectués à partir du fichier à l’attention de donneurs appartenant à des groupes sanguins particuliers. Cela a été le cas en Franche-Comté récemment pour le groupe O négatif. « Ce type de sang est très recherché pour son caractère universel, compatible avec tout le monde. C’est ce type de sang qui est stocké pour les urgences », explique le docteur Laurent Bardiaux directeur adjoint de l’EFS Bourgogne Franche-Comté.

300 dons quotidiens nécessaires

Dans la région, 9073 malades ont bénéficié en 2011 du sang donné par 39 873 bénévoles. Un acte citoyen qui permet à la France de parvenir à l’autosuffisance en sang, mission principale de l’EFS, soutenue sans relâche par de nombreuses associations de donneurs. 300 dons quotidiens sont nécessaires dans les quatre départements francs-comtois pour maintenir les stocks de produits sanguins. Ils sont évidemment basés sur le volontariat, l’anonymat, le bénévolat et l’absence de profit.

En 2010, 7929 prélèvements ont été effectués par le centre de Belfort et 73 269 par celui de Besançon sur un total de 181 410 en Bourgogne Franche-Comté.

L’objectif de l’EFS est d’attirer des jeunes donneurs et de les convaincre de revenir. « Avec l’augmentation de la demande de sang, on a changé de braquet. Ce qui nous inquiète dans ce contexte, depuis deux ans, c’est la baisse du nombre de nouveaux donneurs », déplore Laurent Bardiaux qui ne constate pas de «frémissement citoyen » en matière de don de sang.

Deux prélèvements par donneurs

Pourtant les opérations de sensibilisation à destination de la jeunesse et des médias ne manquent pas. Des journées portes ouvertes ont récemment été organisées à Belfort. En attendant que cette mobilisation porte ses fruits, les donneurs réguliers sont de plus en plus sollicités. Il est vrai que les femmes peuvent faire jusqu’à quatre dons par an et les hommes jusqu’à six. Là aussi, il y a une bonne marge de progression possible puisqu’en moyenne un donneur franc-comtois ne fait la démarche que deux fois par an.

Mais l’EFS n’est seulement en charge de la collecte. L’établissement a également la responsabilité de la préparation des produits et de la distribution aux patients. Tout le sang recueilli en Bourgogne et en Franche-Comté passe par le siège de l’EFS à Besançon où il est dissocié en globules rouges, plaquettes et plasma. Chaque prélèvement correspond à environ 480 ml de sang (280 ml de globules, 30 ml de plaquettes et 170 ml de plasma). « Le plus difficile à obtenir ce sont les plaquettes », relève Laurent Bardiaux.

Globalement, la logistique mise en œuvre par l’ESF est particulièrement pointue car il s’agit de gérer les stocks au plus près étant donné que la durée de vie des produits sanguins est limitée. 42 jours pour les globules rouges, 5 jours pour les plaquettes et un an pour le plasma. D’où la mise en place de dépôts dans les hôpitaux périphériques. Outre les sites de Besançon et de Belfort, ils sont au nombre de 9 en Franche-Comté : Montbéliard, Pontarlier, Dole, Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Champagnole, Gray, Vesoul et l’hôpital Saint-Jacques au centre de Besançon.

Centre EFS Belfort : ZAC de la Justice - 90, rue René Cassin - Tél : 03 84 58 49 90

Centre EFS de Besançon : 1, boulevard Fleming - Tél : 03 81 61 56 15

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Le CHU veut convaincre futurs internes de choisir Besançon pour étudier

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.81
légère pluie
le 23/05 à 21h00
Vent
1.01 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
93 %