La Suisse a 40 jours pour demander à la Pologne l'extradition de Fabrice Anthamatten

Publié le 18/09/2013 - 15:18
Mis à jour le 18/09/2013 - 15:19

Le tribunal régional de Szczecin (nord-ouest de la Pologne) a annoncé ce mercredi 18 septembre 2013 avoir placé en détention provisoire pour 40 jours le violeur récidiviste franco-suisse Fabrice Anthamatten, soupçonné d'avoir tué une thérapeute en Suisse et arrêté dimanche en Pologne. Un délai au cours duquel les autorités suisses peuvent demander son extradition.

fabrice-anthamatte.jpg
Fabrice Anthamatten ©
PUBLICITÉ

"Les autorités suisses disposent ainsi de 40 jours pour déposer une demande formelle d'extradition", a déclaré Michal Tomala, le porte-parole du tribunal. "Aussitôt le dossier complété, le tribunal pourra décider de l'extradition" de Fabrice Anthamatten. S'exprimant devant la cour, le fugitif "a souhaité son transfèrement rapide en Suisse", selon M. Tomala.

Après quatre jours de fuite, Fabrice Anthamatten a été arrêté dimanche par la police allemande à Kolbaskowo, du côté polonais de la frontière, avant d'être remis à la police polonaise.

Poursuivi sur la base d'un mandat d'arrêt international, Fabrice Anthamatten est un binational franco-suisse âgé de 39 ans, condamné en France à 15 ans de prison pour un viol commis à l'occasion d'une mise en liberté provisoire en Suisse. Il y avait été condamné à cinq ans de prison pour une autre affaire de viol en 2001. Condamné en France, il avait ensuite demandé à purger sa peine française en Suisse et avait été transféré avec une peine cumulée de 20 ans dans une prison de Genève, puis dans un département de sociothérapie de cette prison.
Il y bénéficiait d'un programme thérapeutique qui comportait notamment des exercices équestres. Jeudi dernier, il était parti en compagnie d'une psychologue. Le corps de cette femme de 34 ans avait été retrouvé près du club hippique où ils étaient attendus.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.44
partiellement nuageux
le 22/10 à 18h00
Vent
2.15 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
94 %

Sondage