La Suisse a 40 jours pour demander à la Pologne l’extradition de Fabrice Anthamatten

Publié le 18/09/2013 - 15:18
Mis à jour le 18/09/2013 - 15:19

Le tribunal régional de Szczecin (nord-ouest de la Pologne) a annoncé ce mercredi 18 septembre 2013 avoir placé en détention provisoire pour 40 jours le violeur récidiviste franco-suisse Fabrice Anthamatten, soupçonné d'avoir tué une thérapeute en Suisse et arrêté dimanche en Pologne. Un délai au cours duquel les autorités suisses peuvent demander son extradition.

fabrice-anthamatte.jpg
Fabrice Anthamatten ©
PUBLICITÉ

« Les autorités suisses disposent ainsi de 40 jours pour déposer une demande formelle d’extradition« , a déclaré Michal Tomala, le porte-parole du tribunal. « Aussitôt le dossier complété, le tribunal pourra décider de l’extradition » de Fabrice Anthamatten. S’exprimant devant la cour, le fugitif « a souhaité son transfèrement rapide en Suisse« , selon M. Tomala.

Après quatre jours de fuite, Fabrice Anthamatten a été arrêté dimanche par la police allemande à Kolbaskowo, du côté polonais de la frontière, avant d’être remis à la police polonaise.

Poursuivi sur la base d’un mandat d’arrêt international, Fabrice Anthamatten est un binational franco-suisse âgé de 39 ans, condamné en France à 15 ans de prison pour un viol commis à l’occasion d’une mise en liberté provisoire en Suisse. Il y avait été condamné à cinq ans de prison pour une autre affaire de viol en 2001. Condamné en France, il avait ensuite demandé à purger sa peine française en Suisse et avait été transféré avec une peine cumulée de 20 ans dans une prison de Genève, puis dans un département de sociothérapie de cette prison.
Il y bénéficiait d’un programme thérapeutique qui comportait notamment des exercices équestres. Jeudi dernier, il était parti en compagnie d’une psychologue. Le corps de cette femme de 34 ans avait été retrouvé près du club hippique où ils étaient attendus.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.75
légère pluie
le 19/05 à 9h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1005.85 hPa
Humidité
94 %

Sondage