L'application StopCovid est aujourd'hui disponible

Publié le 02/06/2020 - 16:04
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:43

L’application de traçage StopCovid, destinée à repérer la propagation du coronavirus, est disponible depuis midi ce mardi 2 juin, date de la deuxième phase du déconfinement en France.

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

"Mardi midi, les Françaises et les Français pourront (…) trouver l’application et la télécharger" sur leurs téléphones avait indiqué le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O.

"On a besoin qu’un maximum de gens l’ait"

"Nous sommes actuellement en train de pousser l’application sur les stores (boutiques d’applications) d’Apple et Google" mais "il y a un temps de revue", a-t-il expliqué. Cette application a pour but de permettre à chaque utilisateur qui apprend sa contamination de prévenir ceux qu’il a croisés dans les deux semaines précédentes, pour qu’ils puissent prendre leurs précautions. "On a besoin qu’un maximum de gens l’ait" et "ce qu’on vise d’abord, ce sont les personnes qui vivent dans les villes parce que ce sont elles qui font circuler le virus", a affirmé Cédric O.

Il a notamment cité les personnes "qui prennent les transports en commun, les personnes qui vont dans les restaurants ou qui vont dans les supermarchés aux heures de pointe". Il s’est toutefois refusé à donner un objectif de téléchargements, alors que l’application suscite des réserves, notamment en matière de respect des libertés.

"L’application évite des contaminations"

"Dès les premiers téléchargements, l’application évite des contaminations", a défendu Cédric O, citant des études épidémiologiques. Il a aussi estimé que StopCovid sera "quasiment un nouveau geste barrière", avec le lavage des mains ou le fait d’éternuer dans son coude et a appelé les collectivités à faire la promotion de l’application, comme elles le font pour les gestes barrières.

Le secrétaire d’Etat a encore indiqué que jusqu’ici l’application n’avait rien coûté au gouvernement, hormis le salaire des agents publics qui ont participé à son développement, car les entreprises qui ont travaillé sur StopCovid l’ont fait gratuitement.

"A partir d’aujourd’hui, on va rentrer dans une période un peu plus normale. Il faut maintenir l’application, l’héberger", mais "le coût ne dépassera pas plus de quelques centaines de milliers d’euros par mois", a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.74
légère pluie
le 17/06 à 21h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
94 %