Le syndicat Force Ouvrière s'insurge contre la "pression" subie par Frédéric Vuillaume, son secrétaire général

Publié le 06/03/2019 - 15:25
Mis à jour le 06/03/2019 - 15:46

Le syndicat Force Ouvrière du conseil régional Franche-Comté Bourgogne tient à apporter son soutien ce 5 mars 2019 à Frédéric Vuillaume, Gilet jaune et secrétaire général du syndicat FO. Ce dernier a été à plusieurs reprises mis en garde à vue et devrait être prochainement entendu par le tribunal correctionnel suite aux manifestations des Gilets jaunes à Besançon.

manifestation du 9 février 2019f2
Frédéric Vuillaume, membre FO et Gilet Jaune manifestation du 9 février 2019 © macommune.info
PUBLICITÉ

Selon le syndicat, Frédéric Vuillaume fait "l'objet d'un acharnement politico-judiciaire visant à museler une parole revendicative fédérative" .  Le courrier envoyé le 8 février dernier par Joël Mathurin, préfet du Doubs, stipulant que le droit de manifester était encadré par le principe de la déclaration préalable, avait déjà suscité la polémique du côté des soutiens de Frédéric Vuillaume.

Ce dernier s'était d'ailleurs expliqué au mégaphone sur la Place de la Révolution à Besançon : "J’ai reçu une lettre du préfet qui me considère comme le meneur. J’ai totalement démenti. Il n’y a aucun leader, aucun chef. J’ai toujours manifesté et je continuerai toujours”.  L'intersyndicale, avait soutenu le membre FO en qualifiant cette lettre de "courrier d'intimidation".

"Je ne suis pas un bandit"

Les soutiens à Frédéric Vuillaume ne se sont pas arrêtés là. Le 27 février, une trentaine de personnes s'était réunie devant le commissariat de Besançon à 8h30 afin de protester contre sa convocation. Il était finalement ressorti à midi de garde à vue après avoir été entendu pour  « attroupement après sommation de dispersion » ainsi que pour  la « participation à un groupement en vue de commettre des dégradations », « entrave à la circulation » et « organisation de manifestation sans déclaration préalable en préfecture ».

Frédéric Vuillaume nous confiait : "c'est une garde à vue abusive »: « je ne suis pas un bandit". Le lendemain, une perquisition était menée  à son domicile, point que dénonce Force Ouvrière.

Le syndicat réitère "son soutien à son secrétaire général ainsi qu’à son épouse, elle-même militante de Force Ouvrière Franche-Comté Bourgogne, au mouvement des gilets jaunes" et "dénonce la pression que subit son secrétaire général dans le cadre de son engagement citoyen", est-il indiqué.

Info +

La femme de Frédéric Vuillaume avait été convoquée au commissariat pour être entendue sur la « participation à un attroupement malgré les sommations » et sur « complicité dans les violences » à l’encontre des forces de l’ordre.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d'Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s'est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les "Livres dans le Boucle". La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Dans la catégorie

Lutte contre les violences faites aux femmes : « il faut qu’on ne s’épuise pas »

Plusieurs associations du Collectif 25 novembre dont Solidarité Femmes, Osez le féminisme du Doubs, le Centre d'information et de consultation sur la sexualité (CICS), le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) et le Mouvement de nid, se sont réunies jeudi 14 novembre 2019 pour annoncer les mesures qu'elles souhaitent dans le cadre du Grenelle pour lutter contre les violences faites aux femmes. Le programme autour de la journée internationale contre les violences faites aux femmes a également été dévoilé…

Une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Suite à l'appel à la grève nationale de l'Union syndicale des associations d'infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d'Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s'est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

« Pour défendre notre système de santé », un rassemblement devant l’ARS à Besançon le 14 novembre 2019

Les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales CFDT, CGT, Solidaires ( ou SUD) et UNSA du Doubs appellent à un rassemblement de tous les salarié-es et usag-è-r-e-s pour jeudi 14 novembre 2019 pour défendre notre système de Santé et d’Action Sociale.

Entre 50 et 70 tracteurs dans Besançon et devant la préfecture

[Mis à jour] • La FDSEA et les JA du Doubs ont décidé de répondre à l’appel à mobilisation national lancé par leurs réseaux FNSEA et JA Nat. Trois convois de tracteurs se sont mis devant la Préfecture de Besançon ce 22 octobre 2019. Selon le FDSEA du Doubs, 150 agriculteurs sont mobilisés. Ils ont ensuite déambulé, en tracteur, dans Besançon, avant de partir vers 15h.

« Macron, réponds-nous » : trois convois de tracteurs à Besançon mardi 22 octobre

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles et les Jeunes agriculteurs appellent à une mobilisation nationale mardi 22 octobre 2019. Trois convois de tracteurs circuleront à Besançon pour arriver devant la préfecture du Doubs à 11 heures. Objectif : interpeller      le président de la République Emmanuel Macron.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.93
couvert
le 15/11 à 21h00
Vent
0.71 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
94 %

Sondage