Les internes en médecine en grève illimitée à partir du 10 décembre 2019 : deux manifestations à Besançon

Publié le 09/12/2019 - 12:01
Mis à jour le 09/12/2019 - 11:42

Le syndicat national des internes en médecine lance un préavis de grève nationale à partir de mardi 10 décembre 2019 pour une durée illimitée. Une manifestation est prévue à Besançon à 14 heures le 10 décembre ainsi que le 13 décembre pour le "Black Friday des internes". Une mobilisation importante est attendue.

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

"En France, sans nous les internes en médecine, les hôpitaux ne peuvent pas tourner et l'ISNI a lancé un préavis de grève illimitée pour obtenir gain de six grands thèmes de revendications du fait de la dégradation du statut de l'interne en médecine en France et de la situation des hôpitaux qui est désastreuse", explique Nawale Hadouiri, interne en médecine à Besançon et première vice-présidente de l'intersyndicale nationale des internes en médecine (ISNI)

Les revendications

Dans un communiqué, les internes en médecine déplorent "la dégradation de la qualité des soins en France et demandent des mesures d’urgence".

Le Plan de Loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2020 annoncé "correspond à une nouvelle restriction budgétaire de l’assurance maladie".

L’article 3, dit « anti-Veil », en particulier, "est un tournant historique, faisant supporter les mesures « gilets jaunes » par le déficit de la Sécurité sociale".

"A l’heure des défis du vieillissement de la population et de l’innovation thérapeutique", les internes demandent "une politique d’investissement dans la santé. L’obligation de moyens d’action des médecins nécessite un financement ambitieux".

Ils rappellent également "notre soutien aux revendications légitimes des autres professionnels de la santé, portées notamment par le Collectif Inter-Urgence, les syndicats de jeunes médecins et de praticiens hospitaliers".

Concernant la défense du système de santé, les internes demandent :

  • "La suppression de l’article 3 du PLFSS",
  • "Un Objectif national de Dépenses d’Assurance Maladie (ONDAM) minimum à 4,4%",
  • "Une reprise de la dette des hôpitaux par l’État et non par la Sécurité sociale".

Concernant l’amélioration du statut de praticien en formation, ils exigent :

  • "Un décompte horaire du temps de travail des internes et un paiement des heures supplémentaires",
  • "Une politique d’aide au logement indexée sur les prix de l’immobilier",
  • "Une revalorisation des indemnités de gardes",
  • "L’investissement de fonds publics pour notre formation",
  • "Le maintien des règles concernant l’obtention des licences de remplacement".

Enfin, "nous refusons la procédure mal préparée de « big matching » pour 2020 et demandons que la concertation aboutisse avant de mettre en péril l’avenir professionnel de nos mandants".

Les internes déclarent être "vigilant·es sur les annonces prévues par le gouvernement mercredi 20 novembre" selon un communiqué.

Une forte mobilisation attendue les 10 et 13 décembre à Besançon

A Besançon, l'ISNI attend "100 à 150 manifestants" devant le CHU de Besançon le 10 décembre à 14 heures et "500 personnes, internes et étudiants en médecine" à la manifestation du 13 décembre au centre-ville.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les défis du Hacking Health de Besançon

Vidéos •
En 48 heures chrono, 400 participants vont se remuer les méninges pour tenter de trouver la meilleure solution à chacune des 22 problématiques soulevées par des patients, professionnels de santé, professionnels du me?dico-social et du handicap, ou jeunes innovateurs désireux de créer un nouveau produit. Voici les 21 défis (+ 1 à venir !) du Hacking Health 2021 de Besançon.

Covid-19 : 73 % des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin en Bourgogne Franche-Comté

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au "volontarisme" des familles pour poursuivre dans cette dynamique. En Bourgogne-Franche-Comté près de 148.000 adolescents de 12 à 17 ans ont reçu au moins une dose soit 73 % de cette classe d'âge.

Covid-19 : vers un allégement des mesures en Bourgogne-Franche-Comté ?

Un Conseil de défense se penchera prochainement sur une possible adaptation des restrictions liées au Covid-19 en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire alors qu'"on voit la situation s'améliorer", a indiqué dimanche 19 septembre 2021 le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur BFMTV. Au 20 septembre 2021, 34 départements (dont deux en Bourgogne Franche-Comté) sont déjà sous le seuil de 50 cas pour 100.000 habitants…

Le centre de vaccination de Micropolis réduit progressivement la voilure

À partir du 1er octobre 2021, le vaccinodrome de Besançon-Micropolis  sera ouvert trois jours et demi par semaine au lieu de sept actuellement. La réduction sera progressive. Principale nouveauté : à partir du vendredi 17 septembre 2021, les personnes sans rendez-vous peuvent désormais être reçues pour se faire vacciner.    

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.84
ciel dégagé
le 24/09 à 12h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
100 %

Sondage