Lympact se mobilise pour sensibiliser la population aux risques de la maladie de lyme

Publié le 31/05/2016 - 17:49
Mis à jour le 31/05/2016 - 17:50

L'association Lympact s'est mobilisée ce samedi 28 mai 2016 sur la place du 8 septembre à Besançon. Objectifs : sensibiliser la population à la maladie de Lyme et aux risques liés aux piqûres de tiques.

 ©
©

Plusieurs pairs de chaussures peintes en vert étaient disposées devant le stand de l'association avec un panneau où il était inscrit "Nous sommes trop malades pour venir manifester. Nous tournons en rond, sans soin, sans aide !" Deux phrases pour résumer le quotidien des malades de Lyme. 

Rappel des conseils pour éviter de se faire piquer par une tique

Toutes les tiques ne sont pas porteuses de la maladie mais il faut être très vigilant.C’est lors de leur repas sanguin que la transmission de maladies peut se faire. Cette transmission est donc possible si :

  • la tique est porteuse de germe,
  • le temps de contact avec le sang est suffisant

Lors de promenades en forêt ou en zone rurale, broussailleuse, humide :

Porter des vêtements longs couvrant les bras et les jambes, serrent les poignets et les chevilles de couleur claire (aide à repérer facilement la présence de tiques)

Mettre des chaussettes et des chaussures fermées.

Appliquer des répulsifs sur les parties découvertes (contre-indiqués pour les femmes enceintes et le jeunes enfants) mais leur efficacité n'est pas formellement démontrée

Regarder minutieusement chaque partie de votre corps chaudes et humides (aisselles, cou, plis des genoux, organes génitaux, cuir chevelu)

En cas de piqûre, que faire ?

Utiliser un tire-tique mais attention, il faut bien lire le mode d'emploi ! Il ne faut surtout pas tire l'animal mais le faire tourner pour qu'il ressorte tout seul. Une fois le rostre sorti, désinfecter la peau avec un antiseptique. 

Surveiller la zone piquée pendant 30 jours : si entre trois et 30 jours après la piqûre apparaît une plaque rouge inflammatoire, consulter un médecin, car il s'agit d'un premier symptôme de la maladie de Lyme. 

A ne surtout pas faire !

En cas de piqûre, n'utiliser aucun produit su l'animal dont la tête est dans la peau (ni éther, ni produit), cela pourrait provoquer des régurgitations de la tique, elle pourrait alors transmettre la maladie de Lyme par sa salive.

Lire le témoignage de Sonya, une Bisontine atteinte de la maladie de Lyme.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

« Aucun danger » à vacciner simultanément contre la grippe et le Covid, estime la HAS

Le vaccin contre le Covid dans un bras et celui contre la grippe dans l'autre: cette solution ne comporte aucun danger et permet de se protéger efficacement contre les deux épidémies, a estimé lundi la Haute autorité de santé (HAS). "La réalisation concomitante des vaccins" contre la grippe et le Covid-19 est "possible afin d'éviter tout délai dans l'administration de l'une ou l'autre de ces injections", assure la HAS dans un communiqué. "Concrètement, les deux injections peuvent être pratiquées le même jour", mais à deux endroits du corps distincts, "un vaccin dans chaque bras", selon la HAS. Et dans le cas contraire, il n'y a pas de délai à respecter entre les deux vaccinations, précise la HAS. La campagne de vaccination contre la grippe débutera le 26 octobre.

Les défis du Hacking Health de Besançon

Vidéos •
En 48 heures chrono, 400 participants vont se remuer les méninges pour tenter de trouver la meilleure solution à chacune des 22 problématiques soulevées par des patients, professionnels de santé, professionnels du me?dico-social et du handicap, ou jeunes innovateurs désireux de créer un nouveau produit. Voici les 21 défis (+ 1 à venir !) du Hacking Health 2021 de Besançon.

Covid-19 : 73 % des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin en Bourgogne Franche-Comté

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au "volontarisme" des familles pour poursuivre dans cette dynamique. En Bourgogne-Franche-Comté près de 148.000 adolescents de 12 à 17 ans ont reçu au moins une dose soit 73 % de cette classe d'âge.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.61
couvert
le 28/09 à 12h00
Vent
3.17 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
100 %

Sondage