Mains abîmées par le gel hydroalcoolique : les conseils d'un dermatologue bisontin

Publié le 05/02/2021 - 18:55
Mis à jour le 06/01/2022 - 16:21

L’utilisation du gel hydroalcoolique est entrée dans le quotidien des Français depuis le début de la crise sanitaire. Il peut cependant faire des ravages sur la peau. Comment bien le choisir ? Nous avons tenté d’en savoir plus auprès d’Hervé Van Landuyt, dermatologue et membre de l’ASFODER à Besançon.

CCO  sweetlouise  PXB © CCO  sweetlouise  PXB
CCO sweetlouise PXB © CCO sweetlouise PXB

"De nombreux gels contiennent plus d'alcool que de protecteur", explique le dermatologue Hervé Van Landuyt qui conseille aux peaux fragiles "d'avoir un gel spécifique qui contienne un lipoprotecteur" et de se les hydrater "dès qu'ils le peuvent". Il alerte toutefois sur les conséquences des mains abîmées qui sont "un terrain  favorable au développement des bactéries..."

Selon lui, il convient également de ne pas se laver les mains à l'eau trop chaude, car "les bactéries prolifèrent moins dans l'eau froide".

Les conseils du dermatologue :

Lorsque l'on se trouve à l'extérieur

  • Bien faire pénétrer le gel hydroalcoolique à chaque utilisation afin d'éliminer correctement le virus (ne pas oublier les petits plis, entre les doigts...)
  • Choisir un gel qui contient un "lipoprotecteur" ou qui soit "lipoalcoolique". Un principe actif permettra d'hydrater en même temps les mains (certaines marques commercialisent ces gels en pharmacie). La mention "lipo" (="lipide", donc qui graisse la peau) ou "gel de réparation" sera indiquée sur le flacon.

Lorsque l'on se trouve chez soi :

  • Privilégier le lavage des mains au savon
  • Ne pas oublier de s'hydrater les mains après le lavage
  • Penser à enfiler des "gants-coton" pendant quelques heures. Ils peuvent être gardés pour "toucher des revues". Cela va protéger les mains et rétablir la barrière protectrice de ces dernières.
  • Protéger ses mains lors des tâches ménagères : enfiler des gants

Remarque du dermatologue : attention aux gels hydroalcooliques trop parfumés (allergie) ou qui contiennent des huiles essentielles trop concentrées (allergies brulures).

Pour celles et ceux qui se travaillent dans le commerce (et doivent très souvent se désinfecter les mains), le spécialiste leur conseille d'utiliser un savon doux plutôt que de l’hydrogel. "Il faudrait également mettre à côté un distributeur de crème nourrissante, comme on commence à le faire à l’hôpital", précise-t-il.

Le spécialiste tient toutefois à mettre en garde contre les gels artisanaux "faits-maison" qui ne contiendraient pas assez d'alcool et par conséquent, ne protégeraient pas suffisamment contre la Covid-19.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.18
légère pluie
le 23/02 à 15h00
Vent
4.56 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
69 %