Maladie de Lyme : 43 % des tiques porteuses d'un agent infectieux en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 28/04/2021 - 10:24
Mis à jour le 12/05/2021 - 15:02

En 2019, les autorités sanitaires ont officiellement répertorié 50.133 cas de maladie de Lyme en France métropolitaine, principalement dans le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, l'Auvergne Rhône-Alpes et la Nouvelle Aquitaine.

Près de 30% des tiques analysées dans le cadre d'un programme de recherche participatif étaient porteuses d'un agent infectieux pour l'être humain, dont la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Sur "plus de 2.500 tiques analysées", "15% des tiques qui piquent les êtres humains étaient porteuses de (la) bactérie" Borrelia bugdorferi sensu lato, responsable de la maladie de Lyme, et "14% étaient porteuses d'un autre agent pathogène potentiellement dangereux pour la santé humaine et animale", précise l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae).

Ces tiques font partie des "plus de 35.000 tiques transmises" par des habitants dans le cadre du programme de recherche participatif CiTique, qui vise à établir "une cartographie du risque de piqûres de tiques sur le territoire", notamment via l'application "Signalement tique".

Ce programme, lancé en 2016 dans le cadre du plan de lutte contre la maladie de Lyme, est coordonné par l'Inrae, en partenariat avec l'Université de Lorraine, de l'Anses et du CPIE Nancy Champenoux.

La proportion de tiques infectées est plus élevée dans le Nord et l'Est de la France - jusqu'à 43% dans la région Bourgogne-Franche-Comté -, alors qu'elle tombe à 18% et 19% en Bretagne et dans les Pays de la Loire.

Autre enseignement de cette campagne de "collecte" de tiques: "alors qu'entre 2017 et 2019, 28% des personnes avaient déclaré s'être fait piquer dans un jardin privé en France, le taux de déclaration des piqûres dans ce lieu s'est élevé à 47% entre mars et avril 2020", lors du premier confinement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Ce résultat vient "confirmer l'importance du risque de piqûres dans les jardins, ce milieu familier étant souvent moins perçu comme à risque par les particuliers que les sorties en forêt", souligne l'Inrae dans un communiqué.

Aussi, l'institut annonce le lancement d'un "nouveau volet" de CiTique, avec des "recherches spécifiques" ciblées sur "les jardins privés des communes du Grand Nancy et alentours", "pour améliorer la compréhension de ce phénomène" et "rendre visible ce risque auprès des pouvoirs publics, des citoyens et des professionnels de santé".

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le centre de vaccination de Micropolis réduit progressivement la voilure

À partir du 1er octobre 2021, le vaccinodrome de Besançon-Micropolis  sera ouvert trois jours et demi par semaine au lieu de sept actuellement. La réduction sera progressive. Principale nouveauté : à partir du vendredi 17 septembre 2021, les personnes sans rendez-vous peuvent désormais être reçues pour se faire vacciner.    

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".

Obligation vaccinale : où en sont les soignants en Bourgogne-Franche-Comté ?

En Bourgogne-Franche-Comté, on estime à environ 10 % le nombre soignants exerçant dans les différents centres de soins (hôpital, Ehpad…) et qui ne sont pas vaccinés. Concernant les professionnels exerçant en libéral, 96 % d'entre eux ont reçu au moins une dose dans la région.  Des chiffres très proches de la moyenne nationale.

Chutopolis : « jouer pour ne plus chuter »

La Fondation Arc-en-Ciel, gestionnaire d’établissements de soins, d’accueil et de service à la personne en Bourgogne Franche-Comté a développé un jeu de plateau destiné principalement aux centres de santé. Chutopolis est un outil pédagogique sur la prévention des chutes.

Haute-Saône : la plateforme d’appel pour les rendez-vous en centre de vaccination change de numéro

Depuis le lancement de la campagne vaccinale en Haute-Saône, une plateforme d’appel pour la vaccination a été mise en place afin de faciliter la prise de rendez-vous auprès des centres de vaccination du département. Le numéro change à partir de ce lundi 13 septembre.

Vaccination, accès aux soins, nouvelles aides… La Cpam du Doubs vous accompagne au quotidien

PUBLI-INFO • L’égalité d’accès aux soins est, avec la qualité des soins et la solidarité, l’un des 3 principes fondateurs de l’Assurance Maladie depuis 1945. C’est aussi la première de ses missions au quotidien : renforcer, dans chaque territoire, l’accès aux droits et le recours aux soins pour l’ensemble de ses assurés. Pour les accompagner au mieux, la Cpam du Doubs propose des aides afin de permettre à tous un accès au soin facilité. L'Assurance Maladie reste également très mobilisée pour maîtriser l'épidémie de Covid-19 en protégeant les plus fragiles.

En retard sur la vaccination, la Suisse généralise à son tour le pass sanitaire

Depuis le lundi 13 septembre 2021, la Suisse a décidé d’étendre largement l’obligation de pass sanitaire, face à une pandémie de Covid-19 qui continue de remplir les hôpitaux et les lits de soins intensifs et un taux de vaccination insuffisant. A titre de comparaison, en France, 69,7 % des habitants sont totalement vaccinés (46,6 M) contre 52,81 % en Suisse (4,54 M).

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.28
légère pluie
le 19/09 à 21h00
Vent
1.76 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
100 %

Sondage