Mars bleu : détecté tôt, le cancer colorectal peut être guéri dans 9 cas sur 10

Publié le 05/03/2018 - 08:18
Mis à jour le 09/03/2018 - 10:16

Le cancer colorectal touche chaque année 45.000 personnes. Il est la deuxième cause de mortalité en France avec 18.000 décès estimés en 2017. L‘ADECA-FC, l’Association pour le dépistage des cancers en Franche-Comté, invite les personnes à partir de 50 ans à consulter leur médecin traitant afin d’effectuer un test de dépistage. Cette année, elle mettra notamment en place le Vélo Smoothie dans les Passages Pasteurs le 10 mars 2018 à Besançon dans le cadre de Mars Bleu. 

ADECA FC dépistage cancer colorectal from maCommune.info on Vimeo.

 ©
©

Le cancer colorectal est un cancer "long", explique Dr Raouchan Rymzhanova, médecin à l’ADECA. Il peut donc être détecté et être soigné "avec un traitement moins lourd" grâce au dépistage. Il est à effectuer tous les deux ans sur les personnes dites à "risque moyen" et âgées de 50 à 74 ans.

Il suffit de consulter son médecin traitant pour faire évaluer leur niveau de risque et, si elles sont éligibles, a? se faire remettre un kit de de?pistage. Les personnes non-participantes sont ensuite relance?es a? 3 mois puis a? 6 mois. Si le patient n'a pas rec?u son invitation, il peut directement s'adresser a? l’ADECA-FC pour obtenir un duplicata. 

Le programme de dépistage organise? se déroule en deux temps :

• un test de recherche de sang occulte dans les selles pour toutes les personnes e?ligibles ;
• une coloscopie pour les personnes ayant un résultat positif. 

Détecté tôt, ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10. 

Les hommes et les femmes autant concernés

Si par le passé les hommes étaient davantage touchés par ce cancer, ce constat commence à changer selon le Dr Jacques Guitard, médecin généraliste à Besançon : "il est vrai que le mode de vie des jeunes femmes tend à changer, comparé à celui qu'elles avaient il y a plusieurs années. Elles sortent et boivent un verre, fument et cela les rend vulnérables". 
Le médecin précise qu'un mode de vie sain réduit le risque de cancer colorectal. Afin de sensibiliser à l'importance de l'activité physique, le Vélo smoothie sera installé aux Passages Pasteur de Besançon le 10 mars prochain. Il faudra donc pédaler pour se faire son jus de fruit. 

Les déserts médicaux les moins dépistés

Les endroits où il y a le moins de médecin traitant sont ceux où les tests de dépistage sont les moins fréquents en Franche-Comté même si la région se situe au-dessus de la moyenne nationale concernant la participation. L'ADECA FC ménera donc des animations, conférences et ateliers dans ces zones.

Participation au dépistage organisé du cancer colorectal en Franche-Comté en 2017 :

zone à dépister

La fiabilité du test de dépistage est confirmée 

Intégré en avril 2015 dans le programme national de dépistage organisé, le test immunologique de dépistage a démontré "ses bonnes performances en termes de détection de cancers et de lésions précancéreuses", précise l'ADECA FC. Ainsi, selon l’évaluation épidémiologique conduite par Santé publique France, le nouveau test permet de détecter 2,4 fois plus de cancers et 3,7 plus d’adénomes avancés (lésions précancéreuses) que l’ancien test au Gaïac. Sur une période de 8,5 mois en 2015 (14 avril au 31 décembre), le programme a permis de détecter près de 4 300 cancers et près de 17 000 adénomes avancés (lésions précancéreuses). 

Le test de dépistage en pratique 

Ce test est simple à utiliser. Il consiste en un prélèvement unique de selles grâce à un bâtonnet qui est ensuite à replacer dans un tube hermétique garantissant sa conservation. Le test ainsi que la fiche d’informations transmise avec le kit et à compléter par la personne réalisant le test, sont à adresser via l’enveloppe T fournie au laboratoire d’analyses médicales dont les coordonnées figurent sur l’enveloppe. 

Info +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.06
nuageux
le 25/04 à 18h00
Vent
0.42 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
58 %