Municipale 2020 : les discours des candidats de Besançon passés au crible…

Publié le 12/03/2020 - 16:03
Mis à jour le 12/03/2020 - 16:16

Dans le cadre de travaux sur les élections municipales en Franche-Comté, deux universitaires bisontins ont analysé les discours des candidats de Besançon grâce à un logiciel qui utilise des méthodes statistiques. Objectif : dégager des thèmes de discours et observer des similitudes et des différences entre les discours de chaque candidat.

Philippe Haag, doctorant en Sciences de l'information et de la communication, Cimeos à l'Université de Bourgogne Franche-Comté et Cyril Masselot, maître de conférence en Sciences de l'information et de la communication, à l'Université de Bourgogne Franche-Comté, ont réaliser une analyse des discours des candidats de plusieurs villes de Franche-Comté dont Besançon.

Quelle méthodologie ?

Le corpus utilisé pour l'analyse est constitué par des textes provenant de sources distinctes : d’une part, des textes provenant de tracts de campagne et d’autre part, des textes provenant de sites internet de campagne (profession de foi, engagement et valeurs, réflexion sur des thématiques politiques).

Les mesures politiques des différents programmes de campagne n’ont pas été retenues dans le présent corpus. Seuls les textes dans lesquels les candidats rendent compte d’un positionnement personnel ont été inclus dans le corpus. La date d’observation s’étend du 30 janvier au 24 février 2020.

Par ailleurs, les discours prélevés ont été basés sur les productions des candidats aux municipales de 2020 des grandes villes de Franche-Comté dont Besançon, parmi lesquels on retrouve les listes conduites par Eric Alauzet (LAREM), Jean-Philippe Allenbach (Mouvement Franche-comté), Claire Arnoux (La France insoumise), Karim Bouhassoun (Bisontines-Bisontins), Alexandra Cordier (sans étiquette), Ludovic Fagaut (LR), Nicole Friess (Lutte ouvrière), Jacques Ricciardetti (RN) et Anne Vignot (EELV).

Les universitaires ont effectué une Analyse cognitive du discours (ACD) à l'aide du logiciel Iramuteq (Ratinaud 2009 et Pélissier 2016, laboratoire LERASS), qui utilise les méthodes statistiques éprouvées d'Analayse factorielle des correspondances (AFC) et de Classification descendante hiérarchique (CDH) :

  • Constitution d’un nuage de formes
  • Représentation du dendrogramme obtenu (arbre de classification)
  • Représentation des profils de discours tenus grâce à l’Analyse Factorielle des Correspondances en 3 dimensions
  • Visualisation également des variables retenues dans le même espace vectoriel.

Techniquement, le logiciel Iramuteq opère ce que les linguistes nomment une "lemmatisation" du corpus : "les verbes sont ramenés a? l'infinitif, les noms au singulier et les adjectifs au masculin singulier. Iramuteq réalise la lemmatisation à partir de dictionnaires, sans désambiguïsation". (Manuel du logiciel, 2014).

Le corpus est ainsi constitué :

  • Nombre de textes : 20
  • Nombre d'occurrences (de mots dans tout le texte) : 18559
  • Le corpus est suffisant et recevable pour l'analyse statistique du discours. À titre de comparaison, la taille minimale d’un corpus acceptable pour des raisons statistiques est d’environ 2500 occurrences lemmatisées.
  • Nombre de formes (après l’opération de dite de lemmatisation) : 2798
  • La recevabilité est ici confirmée, ce nombre de formes étant supérieur à l’échantillon minimum. Nombre d'hapax (de formes présentes une seule fois) : 1332 (7.18%des occurrences - 47.61% des formes).

"Ce rapport indique que le vocabulaire utilisé est à la fois riche et assez homogène : à partir de 40% d’hapax, le discours montre que l’on utilise un lexique varié pour se référer à des idées ou notions sémantiquement proches", précisent Philippe Haag et Cyril Masselot, "Nous obtenons donc un corpus qui présente un intérêt statistique prouvé, et un équilibre général."

Découvrez les résultats de l'analyse dans notre vidéo...

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach « inéligible » pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L’heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : “Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition”

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l’élection municipale. Dans un style bien à elle, s’éloignant volontairement des clichés traditionnels des « hommes politiques », elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d’une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L’abstention frôle les 61 %
 

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.93
couvert
le 17/06 à 0h00
Vent
1.18 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %