Municipale à Besançon : portrait de Karim Bouhassoun (Bisontines - Bisontins)

Publié le 22/01/2020 - 18:01
Mis à jour le 22/01/2020 - 18:09

Qui sont les hommes et les femmes candidats aux municipales de Besançon ? maCommune.info vous invite à découvrir les neuf têtes de liste. Voici le portrait officiel de Karim Bouhassoun, candidat de "Bisontines - Bisontins, la liste citoyenne à Besançon".

Karim Bouhassoun © DR  ©
Karim Bouhassoun © DR ©

Karim Bouhassoun, 40 ans. Marié, deux enfants de quatre et un an. Conseiller en stratégie dans les collectivités et les entreprises, ancien chef d’entreprise. Écrivain.

  • Né le 8 mai 1979 à Villeneuve-Saint-Georges (Ile-de-France).
  • Quartier de résidence : Les Chaprais
  • Taille : 1,80m

Fondateur en juillet 2018 du mouvement "Bisontines - Bisontins", Karim Bouhassoun a officiellement porté sa candidature le 17 septembre 2019 sous le signe de la proximité et du renouveau avec "une liste citoyenne et libre". Le jeune quarantenaire, récent conseiller de la présidente de région Marie-Guite Dufay,  souhaite "rendre" Besançon à ses habitants.

Nom de la liste : "Bisontines – Bisontins, la liste citoyenne de Besançon"

  • Étiquette :  "nous sommes une liste de progrès. Nous appelons les Bisontines et Bisontins à nous rejoindre plutôt sur la base de valeurs que d’une appartenance politique. Nos six valeurs fondamentales retenues après un processus participatif sont : fraternité, solidarités, audace, développement durable, laïcité et bienveillance".

Études et principaux diplômes : 

  • École maternelle : l’école Pauligne Kergomard, à Vigneux-sur-Seine
  • École primaire : l’école Marcel Pagnol, une belle école de la République, à Vigneux-sur-Seine, dans l’Essonne.
  • collège Paul Eluard, à Vigneux-sur-Seine, classé en REP+ aujourd’hui, où j’interviens avec une association d’anciens élèves tous les ans devant les classes de 4e pour leur parler de leur orientation et du monde du travail
  • Lycée de Montgeron, dans l’Essonne
  • 2005 : Université de « King’s College London », département des Affaires Européennes.
  •  2004-2006 : Sciences Po Paris, Master Affaires Internationales.
  •  2006-2007 : Sciences Po Paris, Année de préparation aux concours administratifs (ENA).
  •  2011 : Université de Franche-Comté, première année de doctorat en Philosophie politique.
  • 2001-2006 : Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, Maîtrise de Philosophie (mention AB).

Origines et famille 

"Je suis né à Villeneuve-Saint-Georges en région parisienne. Mon père était ouvrier et ma mère enchaînait les petits boulots. J’ai trois frères et une sœur. Mais j’ai aussi des demi-frères et sœurs, c’est la vie !"

Profession :

  • Ministère des affaires étrangères, chargé de mission à la Direction générale de la coopération internationale et du développement
  • Consultant dans le cabinet de conseil « Colombus Consulting », en charge de questions RH et de communication
  • Chargé de mission auprès de la directrice de la Stratégie, Sciences Po Paris
  • Directeur du développement et conseiller du maire, ville de Tautavel
  • Chef d’une entreprise de conseil à Paris et en région parisienne : communication, stratégie, développement
  • Directeur adjoint de cabinet du maire, Nevers : en charge des entreprises, de la santé, de la communication et de la proximité.
  • Conseiller de Marie-Guite Dufay, de 2014 à 2020, poste que j’ai quitté en décembre 2019
  • Autres

    • Enseignant en droit constitutionnel (université de Bourgogne)

    • Intervenant et conférencier ; auteur de « Quatre nuances de France », 2015, Salvator et de « Que veut la banlieue », 2017, L’harmattan.

    • En cours de parution : « Le philosophe et la cité » (mars 2020).

    • Enseignant en communication publique et communication d’influence (IUT Infocom, Besançon)

Mandats exercés : aucun mandat 

Vie associative : 

  • Président d’honneur de « 360 degrés Sud » (2001 – 2011), association de promotion de l’Économie sociale et solidaire et de développement des solidarités à travers l’art (activités culturelles, artistiques et citoyennes)
  • Président fondateur du mouvement www.bisontinesbisontins.fr, le mouvement citoyen de Besançon libre et indépendant comptant 700 adhérents et sympathisants

Pourquoi vous présenter à l'élection municipale de Besançon ?

"J’ai passé une grande partie de ma vie professionnelle à conseiller des élus et des responsables publics dans la conduite de leurs affaires. J'ai perçu tout au long de ma carrière à Besançon des imperfections, des blocages, des pratiques qui étaient source d'erreurs et qui empêchent la capitale comtoise de se développer.

Je suis donc un « développeur » plutôt qu’un politique, qui constate que le rythme du renouvellement politique freine les avancées. Je regarde notre ville en face, telle qu’elle est, et je veux une ville libérée des blocages et protectrice des plus faibles : je défends donc un projet de développement élaboré depuis deux ans avec les habitants et des experts autour de 3 orientations : la gratuité des transports et les nouvelles manières de produire et de consommer de l'énergie ; agir pour la cohésion sociale, éducative et urbaine qui est criblée d’inégalités ; développer les nouvelles filières de l'économie pour réduire le chômage des plus jeunes et accueillir de nouveaux habitants."

  • Un modèle politique : Marie-Guite Dufay
  • Un anti-modèle politique : Laurent Wauquiez
  • Votre mentor politique : Marie-Guite Dufay
  • Votre meilleur souvenir politique : la victoire de notre liste au soir de l’élection régionale du 13 décembre 2015. C’était le terme prévu pour la naissance de mon fils, Noé et la date de parution de mon premier livre.
  • Votre pire souvenir politique : le 21 avril 2002

Que pensez-vous des mandats de Jean-Louis Fousseret ?

"Une ville « gérée », des réalisations en termes de mobilité et d’aménagement. Mais une détérioration du lien social et une perte démographique qui sont très mauvais signe. Besançon doit redevenir une capitale avec un projet de développement, pas de gestion".

Êtes-vous pour que le maire de Besançon soit également président de Grand Besançon Métropole ?

"Oui."

Retrouvez à partir du mois de février le portrait plus personnel des candidats à l'élection municipale de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

E-santé en Bourgogne Franche-Comté : La Région veut accélérer ses investissements pour la télémédecine

Ce mercredi 24 novembre, une visite des installations de télémédecine du CHU de Dijon, dédiées à la prise en charge et au suivi des patients victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral), a été organisée par la Région Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec l’Agence régionale de santé. Ce projet a été financé dans le cadre du Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR).

500 euros de plus par mois pour les sages-femmes hospitalières : « Le protocole d’accord ne nous satisfait pas » (ONSFF en Bourgogne-Franche-Comté)

Une hausse nette de 500 euros en 18 mois. Après les revalorisations du Ségur de la Santé, à l’été 2020, les sages-femmes vont bénéficier de nouvelles améliorations de leurs conditions salariales. En effet, le gouvernement a annoncé lundi 22 novembre la signature d’un protocole d’accord avec une majorité de syndicats hospitaliers sur les sages-femmes.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.25
légère pluie
le 02/12 à 9h00
Vent
3.6 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
100 %

Sondage