Municipale Besançon : les réactions des neuf candidats

Publié le 16/03/2020 - 10:49
Mis à jour le 16/03/2020 - 11:41

Premier tour •

Les candidats plébiscités au premier tour (Anne Vignot, Ludovic Fagaut et Eric Alauzet) s'affronteront lors d'une triangulaire au second tour. Retour sur les premières réactions des neuf candidats après l'annonce des résultats ce dimanche 15 mars 2020. 

Hôtel de Ville (16)

Avec 31,19 % des suffrages Anne Vignot est arrivée en tête du premier tour de l'élection municipale à Besançon devant Ludovic Fagaut (24%) et Éric Alauzet (18%). 

"Je remercie les citoyens de nous faire confiance et d'envoyer un signal fort en nous plaçant devant" a réagi Anne Vignot au micro de maCommune.info :

Avec 23,59 % des voix, Ludovic Fagaut, candidat LR de la liste "Besançon Maintenant" a souhaité préciser qu'il refusait "que Besançon ne devienne un laboratoire écologique communiste" : "Dimanche prochain, les Bisontins vont devoir faire le choix entre l'immobilisme et le renouveau", a-t-il enchaîné.

En troisième position, Eric Alauzet a récolté 18,89 % des voix. Déçu, le candidat LREM a estimé payer "à la fois le contexte national (...) où se répète le vote sanction, d'élections en élections", mais aussi "un sabotage local, ici à Besançon".

Les candidats qui ont fait plus de 5 % :

Le trio de tête est suivi par la liste "Besançon Verte et Solidaire" conduite par Claire Arnoux. Avec 8,28 % des voix, la candidate est en capacité de fusionner avec une autre liste. Elle a indique ce dimanche que la "balle était dans le camp d'Anne Vignot". 

La liste soutenue par La France Insoumis est suivie de celle du Rassemblement National avec 7,21 % des voix. Face au résultats, Jacques Ricciardetti, tête de liste RN, "s'attendait à mieux" face à un score qu'il juge "décevant". Il l'explique entre autres par une abstention "suite au coronavirus", mais aussi via "des sujets qu'on a pas réussi à faire imprimer aux Bisontins".

Les candidats qui ont fait moins de 5 %

Alexandra Cordier de la Liste "Ensemble" soutenue par le maire de Besançon ne pourra pas fusionner avec une autre liste au second tour avec 4,57 % des voix. La candidate a souligné à notre micro que "62 % des Bisontins ont choisi de ne pas s'exprimer pour cette élection municipale de 2020. La tête des Français est à la crise sanitaire". 

La liste d'Alexandra Cordier est suivie par celle de "Bisontines Bisontins", menée par Karim Bouhassoun. Le candidat qui a fait 2,83 % a été enthousiaste en expliquant que "l'aventure commençait : "La France a ses habitudes politiques, Besançon ne changera pas en un jour. Le plus difficile, c'était le premier pas. On est satisfaits d'avoir fait mentir les sondages, très heureux de notre dynamique, de s'être positionné. On est même devant Lutte Ouvrière, parti très ancien. Ce n'est pas absolument pas une déception, on ne s'attendait pas à un tel résultat."

Concernant le second tour : "on refuse les consignes de vote à l'ancienne. On pense que les voix ne nous  appartiennent pas, les électeurs sont des citoyens et savent ce qu'il faut faire. On ne donne pas de consignes de vote."

La liste "Les Régionalistes" a fait 2,18 % de voix. Pour Jean-Philippe Allenbach, l'incitation pressante faire ces  derniers jour aux personnes fragiles, et notamment aux personnes âgées, à ne pas sortir de chez elles a "évidemment poussé une bonne partie d'entre elles à ne pas aller voter. Ce qui a abouti à modifier substantiellement le résultat des élections vu que les plus de 60 ans constituent près de 30 % du corps électoral", précise-t-il en poursuivant : "Les élections n'ont pas été le résultat de l'expression du suffrage "universel", comme pourtant prévu par la Constitution, mais celle d'une certaine catégorie bien particulière de la population, ce qui ne s'est jamais vu dans le passé.  Leur résultat se doit donc bien évidemment d'être annulé".

Lutte Ouvrière a recueilli 1,22 %. Nicole Friess a indiqué que ces "Résultats étaient sans surprise même si le contexte du coronavirus n'a pas aidé." Elle n'a pas donné  de consignes pour le second tour, "chacun choisi ce qu'il veut... Si second tour il y a.

Au maire sortant, Jean-Louis Fousseret, de réagir : "Les électeurs ont fait leur choix. Je suis déçu à titre personnel par ce résultat. Je constate que les électeurs rejettent globalement les partis politiques : "Hors, on s'aperçoit que lorsque des candidats indépendants se présentent, ils ne reçoivent pas l'assentiment au niveau des votes. Pourquoi ? Je ne sais pas. Aujourd'hui, ce sont les personnes les plus politiques qui sont allées voter. Ce qui caractérise cette élection, c'est le taux important d'abstention", souligne-t-il.

Municipales 2020

Retrouvez les résultats de votre commune

    Soyez le premier à commenter...

    Un commentaire

    Laisser un commentaire

    municipales 2020 Besançon

    Vivez en direct le conseil municipal d’installation

    Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

    Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

    Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

    Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

    Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

    Politique

    Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

    Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

    Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

    Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

    Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

    Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.
    Offre d'emploi
    Offre d'emploi

    Devenez membre de macommune.info

    Publiez gratuitement vos actualités et événements

     -1.26
    ciel dégagé
    le 29/11 à 21h00
    Vent
    1.96 m/s
    Pression
    1024 hPa
    Humidité
    98 %

    Sondage