Nicolas Zepeda : ”Je conteste avec toutes mes forces les faits qui me sont reprochés”

Publié le 04/12/2023 - 12:18
Mis à jour le 04/12/2023 - 12:26

DIAPORAMA • L’audience s’est ouverte à 09h18 lundi 4 décembre 2023 devant la cour d’assise de Vesoul. Nicolas Humberto Zepeda Contreras est accusé d’avoir assassiné, il y a 7 ans jour pour jour, entre le 5 et 6 décembre 2016, la Japonaise Narumi Kurosaki, alors étudiante à Besançon.

Nicolas Zepeda s’est présenté dans un français clair. Le président lui a précisé qu’il fallait qu’il choisisse une langue, soit l’espagnol, sa langue natale, soit la langue française, qu’il a apprise en prison. Il a donc choisi le français pour se défendre lors de son procès en appel. Pour ce procès, il est défendu par Me Renaud Portejoie et Me Sylvain Cormier.

Ses parents sont présents, assis à 2 mètres de lui. Avant d’entrer dans la salle, le père, Humberto Zepeda, a déclaré à la presse, comme il l’a déjà fait auparavant, qu’”aucune preuve scientifique” ne montre que son fils a tué Narumi Kurosaki. Depuis le procès en première instance, il ne cesse de clamer son innocence.

Les parents de Nicolas Zepeda. ©

La famille de Narumi Kurosaki, la maman et les deux soeurs, est également présente dans la salle d’audience. La maman garde la tête baissée, portant une capuche noir, ses cheveux noirs recouvrent la totalité de son visage. La famille de l'étudiante est représentée par l’avocate bisontine Me Sylvie Galley.

La maman et les deux soeurs de Narumi Kurosaki. © Alexane Alfaro

Me Pichoff représente Arthur Del-Piccolo (en l’absence de Me Schwerdorffer en ce premier jour de procès), le petit-ami de Narumi Kurosaki au moment de la disparition.

Me Sylvie Gallet, avocate de la famille de Narumi Kurosaki. © Alexane Alfaro

Après les serments des interprètes et l’appel des témoins qui défileront tout au long de ce procès,  l’audience a été suspendue pendant une trentaine de minutes.

Reprise de l’audience. François Arnaud, président de chambre à la cour d’appel, a présenté son rapport composé notamment d’éléments à charge et à décharge de Nicolas Zepeda. Suite à ce long récit retraçant les faits, les enquêtes et les expertises psychologiques, le président a donné la parole à l’accusé.

Les premiers mots de Nicolas Zepeda ont été : ”Je contesterai avec toutes mes forces les faits qui me sont reprochés” et a affirmé qu’il vivait ”un vrai cauchemar" depuis des années face à des "accusations horribles". Ému, reprenant sa respiration et réfléchissant à ses mots, Nicolas Zepeda a ajouté : ”je n’ai pas tué Narumi”  avec une pensée pour la famille de Narumi Kurosaki.

L’audience est suspendue pour la pause déjeuner. Elle reprendra à 14h00.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.55
nuageux
le 25/07 à 06h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
93 %