Octobre Rose 2020 : "la crise sanitaire renforce la nécessité d’une mobilisation massive"

Publié le 02/10/2020 - 17:44
Mis à jour le 02/10/2020 - 17:07

Dans le cadre de l'opération de sensibilisation au cancer du sein octobre Rose, deux rendez-vous phares sont attendus dans le Doubs. La crise de la Covid-19 a eu des conséquences désastreuses pour les personnes atteintes de cancers et leurs proches. La Ligue contre le cancer alerte depuis des mois quant à la dégradation de la situation des malades.

© macommune.info ©
© macommune.info ©

La crise de la Covid-19 a eu des conséquences désastreuses pour les personnes atteintes de cancers et leurs proches. La Ligue contre le cancer alerte depuis des mois quant à la dégradation de la situation des malades. Au lancement d’Octobre Rose 2020, elle s’inquiète des retards de diagnostics des cancers du sein, directement liés au fort ralentissement des consultations et à l’arrêt des dépistages organisés.

"A cause de la Covid-19, nous estimons à environ 30 000 le nombre de cancers n’ayant pas été diagnostiqués, en raison d’un ralentissement des dépistages très préoccupant. Or, le cancer continue sa progression et n’a pas peur du virus ! Si nous nous mobilisons tous les ans à l’occasion d’Octobre Rose pour encourager les femmes à consulter et à se faire dépister, notre appel est, cette année, d’autant plus urgent. Pour lutter contre le cancer du sein, le diagnostic précoce et le dépistage sont primordiaux : mesdames, n’attendez pas, consultez, faites-vous dépister !" alerte le Pr Axel Kahn, Président de la Ligue contre le cancer.

Le cancer du sein est pourtant le plus fréquent chez les femmes (plus de 58 000 cas/an), il demeure chez elles la première cause de décès par cancer (plus de 12 000 décès/an) : il est urgent d’agir ! Toutes les femmes doivent se mobiliser activement. Virus ou pas, dans le respect des gestes barrières, il est impératif qu’elles consultent sans tarder en cas d’alerte, qu’elles se rendent aux consultations régulières chez leur gynécologue ou médecin traitant, reprennent le dépistage organisé dès qu’il sera à nouveau opérationnel. Le pronostic du cancer du sein est d’autant meilleur qu’il est diagnostiqué tôt alors qu’il est encore de petite taille. La maladie guérit alors presque toujours. La Ligue se mobilise massivement pour informer, prévenir, sensibiliser, accompagner et soutenir les femmes, toutes concernées.

Partout en France, en métropole et Outre-mer, La ligue organise, seule et avec ses partenaires, de nombreux événements de sensibilisation, de mobilisation et d’information (voir dossier de presse joint:

  • Une nouvelle affiche pour une mobilisation renforcée
  • La nouvelle édition du Bra Challenge avec le #HautLesSeins
  • Course virtuelle « Plus vite que le cancer ! »
  • Des masques personnalisés aux couleurs d’Octobre Rose
  • Renouvellement de l’opération « Coussins-cœur »
  • Une opération de produit partage avec E.Leclerc
  • Des partenariats fidèles et renouvelés

Deux rendez-vous importants dans le Doubs :

La Ligue contre le cancer de Besançon se mobilise chaque année, avec ces partenaires, pour sensibiliser au dépistage organisé du cancer du sein. En cette année si particulière, le comité du Doubs de la Ligue contre le cancer privilégie la sensibilisation sous forme d’ateliers de petits groupes (à la demande des lieux qui se mobilisent, non ouvert au grand public).

  • Le samedi 10 octobre à 17h à Mouthe pour une marche/course
  • Le samedi 17 octobre de 10h à 17h au SNB de Besançon pour une initiation au Dragon Boat avec les Dragon Ladies
Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : entre progression de l’épidémie et poursuite de la vaccination…

La persistance d’une progression de l’épidémie dans notre région en dépit des mesures de protection mises en place et alors que la campagne de vaccination se poursuit est "un signal d’alerte", prévient l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 16 avril 2021. Elle rappelle l'importance de "ne pas céder au découragement" et de "rester mobilisés" en respectant les gestes barrières.

Vaccination : des créneaux réservés pour certains professionnels de plus de 55 ans

Dès ce week-end • Jean Castex a annoncé ce jeudi 15 avril que des centres de vaccination allaient ouvrir dès samedi des "créneaux dédiés" pour les enseignants et professionnels de la petite enfance de plus de 55 ans, mais aussi les policiers, gendarmes, surveillants pénitentiaires et autres professions particulièrement exposées au Covid-19.

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.44
nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
100 %

Sondage