Après un cancer, Derma-ink apporte la touche esthétique à la maladie

Publié le 30/10/2022 - 09:02
Mis à jour le 30/10/2022 - 09:10

Claire Cugnetti-Turiot et Sébastien Turiot ont ouvert leur cabinet privé situé au 16 chemin de la Combe Noire à Besançon. Ils proposent entre autres soins, des tatouages paramédicaux qui permettent de mettre un terme esthétique à un parcours de reconstruction mammaire.

En tant qu’infirmière de bloc opératoire en chirurgie plastique et orthopédique au CHU Jean-Minjoz, Claire a assisté à de nombreuses reconstructions mammaires. Elle a ainsi pu remarquer que les chirurgiens procédaient à de belles cicatrices, très fines mais qu’ "ils n’ont ni le temps ni les formations pour faire quelque chose en trompe l’oeil sur l’aréole mammaire". Un problème pour les patients qui ressortent généralement du bloc opératoire avec des mamelons grossièrement reproduits et qui "virent parfois à l’orange car ils n’utilisent qu’une seule couleur de pigment" nous explique Claire. 

Une formation pour apprendre à recouvrir des cicatrices, vergetures...

Si la chirurgie est belle, la conclusion esthétique de la reconstruction ne l’est pas. Une idée germe alors dans la tête de Claire surtout après que sa maman ait subi deux cancers du sein : "je n’avais pas envie qu’elle ait ce type de reconstruction". Elle décide alors de se former au métier de tatoueur paramédical. Elle apprend ainsi à couvrir des cicatrices, des vergetures ou encore à pratiquer de la micropigmentation capillaire et ouvre en avril 2022 Derma-ink pour apporter aux patients le point final esthétique à leur maladie. 

Son mari Sébastien s’intègre au projet

Alors que Claire suivait ses formations, son mari, Sébastien a voulu s’amuser avec l’appareil de tatouage "et là j’ai découvert qu’il dessinait merveilleusement bien, il faisait des aréoles mammaires très réussies donc je lui ai dit : il faut que tu me rejoignes". Sébastien Turiot, à l’époque cadre de direction chez Ikéa, suivait le projet de sa femme en parallèle et décide à son tour d’effectuer une reconversion professionnelle. Désormais formé en démographie paramédical et esthétique, Sébastien apporte également toute l’expertise de gestion d’une société et Claire le côté soin et le respect des notions d’hygiène.

Une approche plus humaine 

Avant de débuter les soins, Claire et Sébastien accueillent les personnes dans leur cabinet, conforme aux normes imposées par l’ARS, qu’ils ont conçu comme un salon pour faciliter le dialogue. Pour elle qui ne côtoyait que des patients endormis, Claire peut désormais échanger librement : "on fait de belles rencontres, des personnes qui ont eu un parcours pas facile et moi ça fait résonance à ce que ma maman a vécu". 

La colorimétrie, un soin sur-mesure

À la différence d’un tatouage traditionnel, Sébastien ne s’appuie sur aucun calque qu’il n’aurait qu’à recopier. Le travail se fait uniquement à main levé. Il peut s’agir aussi bien d’une reconstruction totale d’un mamelon, que d’un rattrapage suite à un tatouage de bloc qui a mal vieilli ou encore du recoloriage etc

La première séance de soin est donc destinée à la colorimétrie au cours de laquelle il "tente de trouver les bonnes couleurs en fonction de la couleur de la peau de la personne". 

Chaque mamelon étant différent, Sébastien s’entraîne ensuite sur différents supports et réalise l’ombrage, le relief, identifie les difficultés etc. Le tout dans le but de reproduire une copie très fidèle.

Sébastien s'entraîne à recréer un mamelon le plus fidèlement possible et sur différents supports avant de procéder au tatouage directement à main levée sur la personne. © Elodie R

Le résultat est impressionnant et offre un effet trompe l’oeil qui "permet à la patiente de retrouver sa féminité lorsqu’elle se regarde dans le miroir" nous confie Claire. Une étape très symbolique qui met un point final au parcours de la maladie "C’est la cerise sur le gâteau comme elles disent".

Des soins encore pas pris en charge par la sécurité sociale

Seule ombre au tableau, les soins ne sont actuellement pas pris en charge par la sécurité sociale contrairement aux tatouages effectués par les chirurgiens. "À partir du moment où l’on est un cabinet privé, c’est le parcours du combattant pour faire en sorte que la personne soit remboursée" souligne Sébastien. "On est en pourparler avec certaines cliniques de la région pour tenter de trouver des solutions, j’ai également un petit espoir car j’ai ma carte professionnelle infirmière et j’ai écrit à plusieurs institutions pour tenter de trouver une solution " nous explique Claire. 

En attendant le couple met en place des paiements échelonnés et propose également des soins du visage et du corps à caractère esthétique cette fois. 

Infos + 

  • Tarif : devis sur demande (facilités de paiement)
  • 16 chemin de la Combe Noire à Besançon

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

À Besançon, les Boucles Roses font don de 10.846€ à la Ligue contre le cancer

Le dimanche 2 octobre dernier, une marée rose de plus de 2.500 personne a envahi le Fort de Bregille de Besançon pour la bonne cause. À l'occasion du mois d'Octobre Rose, l'événement Trail et Rando des Boucles Roses s'est tenu avec au programme quatre parcours de 2, 6, 10 et 15 km, ce qui a permis de toucher un public de 0 à 99 ans.

La ville de Dijon accueillera le Téléthon 2022

François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon, en présence de Stéphanie VacherotT, conseillère municipale déléguée en charge du handicap et de l’inclusion, et Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’association AMF-Téléthon, a lancé lundi 14 novembre 2022 la mobilisation dijonnaise pour l’édition 2022 du Téléthon.

Doubs : deux " vendredis de la santé ", pilotés par l’ARS, se tiendront à Besançon et Pontarlier

Médecin traitant, continuité des soins, attractivité des métiers de la santé, prévention : autant de mots-clés évoquant les grands enjeux de la santé aujourd’hui pour les Français. Des défis qui sont aussi les points de départ d'une réflexion voulue par le président de la République dans le cadre du Conseil national de la refondation en santé. Ce CNR Santé ouvre une vaste concertation au plus près du terrain dans toutes les régions. En Bourgogne-Franche-Comté, elle se tient à partir du 18 novembre et jusqu’au 9 décembre.

Crise " sans précédent " au CHU de Besançon : le Collectif de défense de la santé du Doubs tire la sonnette d’alarme

Dans un communiqué du 13 novembre 2022, le CoDéS 25, Collectif de défense de la santé du Doubs, alerte la population et les pouvoirs publics sur "l’état de crise sans précédent" que subit le CHU de Besançon. Il affirme par la même occasion rejoindre l’appel lancé par Laurent Thinès, neurochirurgien et chef de service en Neurochirurgie et chirurgie de la douleur et du rachis au CHU de Besançon, membre des collectifs inter-hôpitaux, à "un sursaut citoyen pour ne pas accepter l’agonie du système de santé en France".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.04
légère pluie
le 29/11 à 3h00
Vent
0.81 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
98 %