Organisation Bourgogne Franche-Comté : Dijon capitale et Besançon, siège de l'hôtel de Région ?

Publié le 30/05/2016 - 09:57
Mis à jour le 18/04/2019 - 13:52

Après de multiples consultations, notamment toute la semaine dernière, Marie-Guite Dufay a décidé de rendre ses conclusions ce lundi 30 mai 2016. La présidente de la Région déclare faire "le choix de l'équilibre". Elle souhaite que Dijon soit confirmée dans son statut de capitale régional, de chef lieu définitif et siège des assemblées. Mais elle propose de fixer le siège de l'hôtel de région à Besançon. Les conseillers régionaux se prononceront sur ce sujet le 24 juin 2016 

 ©
©

"Le 24 juin, je proposerai que Dijon soit confirmée comme chef-lieu définitif, et donc comme capitale de la nouvelle région accueillant les assemblées du conseil régional, et je proposerai que l’hôtel de région soit situé à Besançon au nom de l'équilibre de l'aménagement du territoire. Je proposerai enfin de préserver les deux sites actuels du conseil régional à Dijon et à Besançon en y répartissant les directions de façon équilibrée et cohérente avec la répartition des services de l'Etat avec lesquels nous travaillons.J'irai plus loin en proposant un pacte métropolitain avec Dijon et Besançon, pour accompagner au mieux leurs projets de développement et fonder la nouvelle région sur une dynamique de coopération s'étendant à l'échelle de tout l'arc métropolitain Rhin-Rhône allant de Belfort et Montbéliard à Chalon-sur-Saône et Mâcon en passant par Dole, le Creusot et Montceau-les-Mines. 

Au-delà, c'est sur l'ensemble du territoire régional, jusqu'aux confins du Morvan et du sud du massif vosgien, en confortant chacune des villes-centres des différents départements et en inventant de nouvelles ruralités plus actives, que la région doit accompagner en proximité les initiatives de terrain et susciter l'innovation dont nos concitoyens ont tant besoin. C'est sur ce socle - arc métropolitain, villes-centres des départements et villages du futur - que j'entends construire une politique d'aménagement du territoire équilibrée et innovante."

Marie-Guite Dufay 

Plus d'informations dans quelques instants 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fusion des régions

Fusion des régions Bourgogne Franche-Comté : « un résultat perdant-perdant » selon Alain Joyandet

Dans un communiqué du 7 décembre 2020, le président de la commission des Finances de la région Bourgogne Franche-Comté livre les résultats de son analyse de la gestion financière de la région au cours du mandat qui s'achèvera en 2021. Pour lui, la fusion des deux régions est "perdant-perdant" tandis que l'objectif était de réaliser une opération "gagnant-gagnant".

Fusion Bourgogne-Franche-Comté : les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018

Trois régions sur treize ont réduit leurs dépenses de fonctionnement après la réforme territoriale de la fusion des régions. En Bourgogne Franche-Comté, les dépenses de fonctionnement - à périmètre constant - ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018.

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d'État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un "court-circuitage" des instances locales. 

Politique

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Gilles Platret

CANDIDAT N°7 • Gilles Platret a 48 ans. Depuis 2014, il est maire de Chalon-sur-Saône et conseiller régional à la Région Bourgogne Franche-Comté depuis 2015. Il est également vice-président du parti Les Républicains. Cette année, il se présente en tête de liste pour les élections régionales avec "Pour les Bourguignons et les Francs-Comtois" (LR-Debout la France-UDI).

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Stéphanie Modde

Candidate n°6 •

Stéphanie Modde a 53 ans. Présidente du groupe des élus écologiste a 10 ans, Elle a intégré les Verts en 1995. Depuis, elle n'a eu de cesse de faire de l'écologie politique son étandard avec une vision sociale clairement affichée à gauche. Avec sa liste  "Écologistes et Solidaires", Stéphanie Modde dit vouloir porter une écologie ambitieuse pour la Bourgogne Franche-Comté.

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Marie-Guite Dufay

Candidat n°3 • Marie-Guite Dufay a 73 ans. Élue au conseil régional de Franche-Comté sur, elle devient 1re vice-présidente de la région. Au décès de Raymond Forni en 2008, elle prend le siège de la présidence qu'elle conservera en 2010 puis en 2015 lors des premières élections à l'échelle des grandes régions. Elle se représente à nouveau avec la liste "Notre Région par Coeur" (PS-PRG-PCF et société civile)

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Denis Thuriot

Candidat n°2 • Denis Thuriot a 54 ans.Ex-membre du parti socialiste dont il s'éloigne en 2012, cet avocat de profession a conquis la mairie de Nevers en 2014 avec une liste sans étiquette et le soutien du Centre et d'une partie de la Droite. Il est l'un des premiers à rejoindre Emmanuel Macron en 2016. Il mène aujourd'hui la liste "La Région partout et pour tous" qui réunit la majorité présidentielle LREM avec le MoDem et Agir.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.48
ciel dégagé
le 14/06 à 18h00
Vent
1.85 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
60 %

Sondage