Alerte Témoin

Paul Gonez : "Mon professeur de dessin a réussi à convaincre mes parents de m'inscrire aux Beaux-Arts..."

Publié le 21/09/2016 - 17:59
Mis à jour le 08/02/2019 - 09:36

Jusqu'au 9 octobre 2016, Paul Gonez expose ses sculptures dans l'ancien conservatoire de musique et ancienne École des Beaux-Arts, place de la Révolution à Besançon. L'occasion pour maCommune.info de rencontrer cet artiste qui, 50 ans auparavant, était étudiant dans ce même lieu…

PORTRAIT DE LA SEMAINE

Carte d'identité

  • Paul Gonez
  • Né le 28 novembre 1946 à Savenay (Loire Atlantique)
  • Vit à Besançon
  • Situation familiale : accompagné et père de deux enfants
  • Métier : artiste sculpteur

Paul Gonez est né au sein d'une famille de parents fonctionnaires qui ont déménagé à Besançon lorsqu'il était très jeune. Ensemble, ils vivent dans l'enceinte de l'école normale de garçons qui était située à l'époque au 6, rue de la Madeleine : sa maman est institutrice, son papa est l'intendant de l'établissement. "C'était une sorte de grande maison dans un grand parc", souligne Paul Gonez.

Premières sculptures de fer à 16 ans

C'est par hasard, dans les locaux de l'école, que le jeune artiste découvre la sculpture dans l'atelier de ferronnerie. "À 16-17 ans, j'ai sculpté mes premiers insectes, poissons, etc.", se souvient-il. Et tous les jeudis soir, Paul suit les cours de dessin en tant qu'auditeur libre. "Jusqu'au jour où l'un de mes professeurs réussit à convaincre mes parents de me faire entrer aux Beaux-Arts", nous confie-t-il, ce qui l'arrange bien puisque Paul ne se plaît pas dans les études dites "classiques".

Après le collège, il est inscrit dans cette école située, à l'époque au conservatoire, place de la révolution. Paul y étudie pendant 3 ans plus une année en tant qu'auditeur libre pour profiter de l'atelier de sculpture à Isenbart. "C'est là-bas que j'ai réalisé mes premières véritables sculptures en acier soudé", se remémore l'artiste. Il s'inspire tout particulièrement des animaux.

Après ses études, Paul Gonez est dessinateur cartographe à la faculté des lettres de Besançon dans les années 60 pendant 5 ans "pour vivre", souligne-t-il.

Pourquoi la sculpture ? Quelles inspirations ? 

"J'aime me heurter à la matière, aux matériaux plutôt que de me retrouver devant une planche ou une toile", nous explique Paul Gonez. "J'aime le contact physique avec la matière, même si ce n'est pas facile", ajoute-t-il. Il travaille le fer pour ses premières sculptures, puis le bronze dès 1979.

Cet artiste s'inspire de la nature de manière générale "et j'en fais une interprétation personnelle, parfois même inconsciente", précise-t-il. Paul a d'ailleurs traversé plusieurs périodes dans son art. Le sculpteur a traversé sa période de métamorphoses entre l'homme et l'animal dans les 80. Puis d'abstractions symboliques avec des œuvres inspirées du mouvement de la spirale, des astres, du soleil, de l'œil, etc.

Depuis près de 6 ans, Paul Gonez fait un retour à la figuration notamment avec ses masques à l'effigie guerrière, un clin d'œil aux masques de guerriers africains, à l'archéologie. "Ma plus importante production est l'abstrait, mais un abstrait qui reste lisible", nous explique-t-il. 

50 ans plus tard...

Depuis mercredi 14 septembre 2016, Paul Gonez expose ses œuvres "De l'âge de fer à l'âge de bronze" au rez-de-chaussée de l'ancien conservatoire de musique sur la place de la Révolution à Besançon. Cinquante ans avant, il y étudiait l'art lorsque cet édifice abritait l'École des Beaux-Arts de la ville. La boucle est bouclée ! Mais Paul Gonez ne compte pas arrêter sa carrière ici, bien au contraire… 

PORTRAIT CHINOIS

  • Quelle est la première chose que vous faites le matin en vous levant ? "Je fais déjeuner mon chat parce qu'il n'attend pas et je déjeune ensuite".
  • Votre ou vos livres de chevet ? "Je ne suis pas un grand lecteur, mais je lis des livres sur la symbolique animale".
  • Votre film préféré ? "Itinéraire d'un enfant tranquille avec Belmondo m'a bien plu et Avatar m'a également beaucoup plu ou encore Timbuktu. Mais je n'ai pas de film préféré".
  • Votre plat préféré ? "J'aime tout. Je suis plutôt poisson que viande. Mais je n'ai pas de routine culinaire. Je préfère les choses fines et assez simples".
  • Votre boisson préférée ? "Je suis amateur de vins et de bières".
  • Votre péché mignon ? "Les flans, les crèmes à la pistache ou au chocolat. Et une bonne tarte aux pommes et aux mirabelles".
  • Votre couleur préférée ? "Ça varie, mais je dirais le vert."
  • Si vous alliez sur une île déserte, quel seul objet prendriez-vous ? "Un couteau ou une canne à pêche pour survivre".
  • Quel événement historique vous a le plus marqué ? "La montée du nazisme. Il n'y a pas une semaine sans que je n'y pense pas".
  • Si vous aviez dû exercer un autre métier, quel serait-il ? "Archéologue ou photographe ou architecte".
  • Quelle est votre principale qualité ? "Selon les gens je suis gentil, avenant".
  • Votre principal défaut ? "Je peux m'énerver pour des choses futiles".
  • Pratiquez-vous un sport ? "Du VTT et de la pêche en marchant".
  • Votre animal préféré ? "Les oiseaux".
  • Une addiction ? "Aucune".
  • Plutôt tram, bus, voiture ou vélo ? "Ça dépend des villes, mais plutôt bus, tramway, funiculaire, vélo et bateau taxi".
  • Votre lieu préféré à Besançon ? "Mon atelier, mon refuge".
  • En Franche-Comté ? "La haute vallée du Doubs, la nature du Jura, les cathédrales, la saline royale d'Arc-et-Senans".
  • Dans le monde ? "Je n'y suis pas encore allé, mais l'Égypte et les temples repris par la nature. Chaque pays a sa merveille…"
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

portrait de la semaine

Il est incollable sur la fête foraine de la Foire Comtoise de Besançon !

Il sait absolument tout sur la fête foraine de la Foire Comtoise à Micropolis Besançon  ! Grand passionné du milieu forain, mais aussi de maquettes en Légo, Maxime a créé en 2012 une page Facebook dédiée à la foire comtoise qui compte près de 3.500 fans. Aujourd'hui âgé de 22 ans, il sait avant tout le monde quelles attractions seront à la foire et connait sur le bout des doigts les spécificités des manèges. Présent tous les jours dans les allées de la fête foraine durant le montage, nous avons rencontré Maxime… 

Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 : « l’élection des Miss n’est pas qu’un concours de beauté, c’est être ambassadrice »

À quelques jours de l'élection de Miss France ce samedi 16 décembre à Châteauroux, nous vous dévoilons la personnalité de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 figurant parmi les favorites pour le titre de Miss France 2018. C'est le portrait du mois de décembre... 

Portrait chinois de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 from maCommune.info on Vimeo.

Rencontre avec le champion de moto Vincent Philippe à quelques jours du Bol d’Or…

À quelques jours de la 81e édition du Bol d'Or 2017 ces 15, 16 et 17 septembre sur le célèbre circuit Paul Ricard, Vincent Philippe s'est arrêté à Besançon pour la projection en avant-première à la Rodia de "I want to be a champion". Ce film retraçant le parcours du champion de moto endurance sera diffusé au Bol d'Or, sur les chaînes télévisées, dans les concessions Suzuki fin septembre et sur les réseaux sociaux.

Culture

Un été culturel et apprenant au Musée des maisons comtoises à Nancray

En complément des animations quotidiennes, des dimanches contes et rencontres, le musée des Maisons comtoises propose dans le cadre de "l’été culturel et apprenant" initié par le Ministère de la Culture, une série d’ateliers artistiques, d’animations à l’éducation à l’environnement et au développement durable, des contes, des petits concerts et petits spectacles… Découvrez le programme !

Les warm-up du BBRBU pendant le mois d’août 2020 à Besançon !

Publi-info • Afin de sensibiliser le grand public à la situation des bars, restaurants et discothèques de Besançon en cette période de crise du Covid-19, l'association Bars Boîtes Resto de Besac Réunis (BBRBU) organise, en partenariat avec l'Union des commerçants de Besançon et Grand Besançon Métropole, quatre week-ends d'animations place Granvelle au mois d'août 2020…

Le No Logo Festival dévoile les premiers noms de son édition 2021 pour « se projeter dans l’avenir »…

L’équipe d’organisation du No Logo Festival confirme ce vendredi des nouveaux noms pour l’affiche de l’édition 2021. "Une manière de se projeter dans l’avenir à quelques jours de la fin de la campagne de soutien «Tous Unis pour Écrire la Suite» lancée le 9 juin dernier", précise l'équipe.

Le festival Les Petites Fugues propose une programmation « resserrée » en novembre 2020

L’Agence Livre & Lecture Bourgogne-Franche-Comté organise chaque année le festival littéraire itinérant Les Petites Fuguesproposant deux semaines de rencontres littéraires dans toute la région. Elaboré dans le contexte de crise sanitaire de la Covid-19, le festival se réinvente cette année autour d’une programmation resserrée du 16 au 28 novembre 2020...

Besançon : le festival du BBRBU, prévu début septembre 2020, est reporté

L'association des Bars Boîtes et Restos de Besac Unis (BBRBU) prévoyait la création d'un festival en plein centre-ville de Besançon les 4, 5 et 6 septembre prochains pour permettre à l’ensemble des établissements adhérents de "générer d’urgence la trésorerie". Malheureusement, La Rêv'olution du BBRBU est reportée ultérieurement suite à une décision prise en préfecture le 21 juillet.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".

Une philosophe et un metteur en scène francs-comtois publient un biface consacré au marquis de Jouffroy d’Abbans…

Julien Lopez, metteur en scène pour la compagnie La Gouaille et Véronique Febvre-Charlot, historienne pour la compagnie Passeurs d'histoires, ont concilié leur passion et métier respectifs pour éditer un livre biface (historique d'un côté, pièce de théâtre de l'autre) consacré à l'histoire tumultueuse du marquis de Jouffroy d'Abbans. Pour la première fois, une pièce de théâtre sur le marquis est publiée… Sortie prévue en septembre 2020. Rencontre.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     18.46
    légère pluie
    le 14/08 à 21h00
    Vent
    1.04 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    81 %

    Sondage