Procès de Nicolas Zepeda aux assises du Doubs :  Narumi Kurosaki décrite comme "solaire et joviale"

Publié le 30/03/2022 - 14:05
Mis à jour le 30/03/2022 - 14:15

Une étudiante « solaire » dont la disparition a surpris tout le monde : l’entourage de Narumi Kurosaki a dressé d’elle un portrait élogieux mercredi devant la cour d’assises du Doubs, au deuxième jour du procès de son ex-petit ami chilien, Nicolas Zepeda, accusé de l’avoir assassinée.
 

© DR  ©
© DR ©

Le Chilien Nicolas Zepeda a assuré mardi qu’il n’avait « pas tué Narumi » Kurosaki, son ex-petite amie japonaise, au premier jour de son procès pour assassinat devant la cour d’assises du Doubs à Besançon.

"Très souvent, les étudiants japonais sont très réservés et Narumi c'était un peu le contraire, on avait l'impression qu'elle mordait la vie à pleines dents", a témoigné Nicole Poirié, sa professeure de français de l'époque au Centre de linguistique appliquée (CLA) de l'Université de Franche-Comté.

L'enseignante a décrit une jeune fille "solaire, brillante, souriante" qui n'aurait pas laissé ses amis dans l'inquiétude en disparaissant subitement.

Après une première journée marquée par les déclarations de l'accusé Nicolas Zepeda qui avait d'emblée clamé son innocence, l'audience a repris mercredi avec l'audition de connaissances de la victime à l'université.

Avant-dernière personne connue à avoir vu Narumi Kurosaki vivante, une camarade qui l'avait raccompagnée de son cours de danse le dimanche 4 décembre 2016, l'a décrite ce jour-là comme "plutôt joviale, pas triste".  Le lendemain, Narumi disparaissait. Mais cette disparition n'avait été signalée à la police par l'Université que "le 13 décembre à 11H45", a rappelé le président de la cour, Matthieu Husson.

Responsable des relations internationales de l'Université, Cédric Castor, s'est souvenu à la barre d'avoir été lui-même "prévenu par le CLA de son absence car les proches s'inquiétaient, le 12 décembre" et être allé à la police dès le lendemain. "Mais à l'époque, je n'avais pas de raison de m'inquiéter outre mesure", a-t-il souligné.

L'état de la chambre étudiante qu'occupait Narumi dans une résidence universitaire tel qu'elle est apparu après sa disparition reste l'un des points clé de cette affaire. A l'intérieur, ont raconté les témoins, tout était en ordre, y compris son sac à main, son ordinateur et son manteau d'hiver, alors que le froid était mordant en cet hiver 2016 à Besançon.

Tout au long de ces témoignages, l'accusé est resté silencieux. "Cela fait cinq ans que Narumi a disparu et depuis lors ça a été un cauchemar", avait déclaré mardi Nicolas Zepeda, rejetant de "toutes (s)es forces" les accusations portées à son encontre.

Mais pour l'accusation, le scénario est tout autre : ne supportant pas la rupture, le Chilien était venu sciemment jusqu'à Besançon pour y retrouver Narumi Kurosaki. Il l'aurait ensuite étouffée avant de se débarrasser de son corps dans une forêt du Jura et de regagner le Chili d'où il a été extradé vers la France à l'été 2020.

Selon l'accusation, Nicolas Zepeda a étouffé son ex petite amie après une journée et une nuit de retrouvailles, s'est débarrassé de son corps dans une forêt du Jura et a envoyé des messages aux proches de l'étudiante sur les réseaux sociaux pour leur faire croire qu'elle était encore vivante et retarder le début des recherches. Mais le corps de Narumi Kurosaki n'a jamais été retrouvé et Nicolas Zepeda, unique suspect, affirme l'avoir quittée vivante avant de poursuivre son séjour en Europe puis de rentrer au Chili.

"Il n'y a pas de preuve de décès, ni de lieu, ni de modalités précises, pas de scénario clair de ce qui est arrivé. (...) Ce dossier est un peu un château de cartes", a soutenu, en amont du procès, la défense de Nicolas Zepeda.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.63
légère pluie
le 15/04 à 12h00
Vent
6.18 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
71 %