Procès de Nicolas Zepeda aux assises du Doubs :  Narumi Kurosaki décrite comme "solaire et joviale"

Publié le 30/03/2022 - 14:05
Mis à jour le 30/03/2022 - 14:15

Une étudiante « solaire » dont la disparition a surpris tout le monde : l’entourage de Narumi Kurosaki a dressé d’elle un portrait élogieux mercredi devant la cour d’assises du Doubs, au deuxième jour du procès de son ex-petit ami chilien, Nicolas Zepeda, accusé de l’avoir assassinée.
 

© DR  ©
© DR ©

Le Chilien Nicolas Zepeda a assuré mardi qu’il n’avait « pas tué Narumi » Kurosaki, son ex-petite amie japonaise, au premier jour de son procès pour assassinat devant la cour d’assises du Doubs à Besançon.

"Très souvent, les étudiants japonais sont très réservés et Narumi c'était un peu le contraire, on avait l'impression qu'elle mordait la vie à pleines dents", a témoigné Nicole Poirié, sa professeure de français de l'époque au Centre de linguistique appliquée (CLA) de l'Université de Franche-Comté.

L'enseignante a décrit une jeune fille "solaire, brillante, souriante" qui n'aurait pas laissé ses amis dans l'inquiétude en disparaissant subitement.

Après une première journée marquée par les déclarations de l'accusé Nicolas Zepeda qui avait d'emblée clamé son innocence, l'audience a repris mercredi avec l'audition de connaissances de la victime à l'université.

Avant-dernière personne connue à avoir vu Narumi Kurosaki vivante, une camarade qui l'avait raccompagnée de son cours de danse le dimanche 4 décembre 2016, l'a décrite ce jour-là comme "plutôt joviale, pas triste".  Le lendemain, Narumi disparaissait. Mais cette disparition n'avait été signalée à la police par l'Université que "le 13 décembre à 11H45", a rappelé le président de la cour, Matthieu Husson.

Responsable des relations internationales de l'Université, Cédric Castor, s'est souvenu à la barre d'avoir été lui-même "prévenu par le CLA de son absence car les proches s'inquiétaient, le 12 décembre" et être allé à la police dès le lendemain. "Mais à l'époque, je n'avais pas de raison de m'inquiéter outre mesure", a-t-il souligné.

L'état de la chambre étudiante qu'occupait Narumi dans une résidence universitaire tel qu'elle est apparu après sa disparition reste l'un des points clé de cette affaire. A l'intérieur, ont raconté les témoins, tout était en ordre, y compris son sac à main, son ordinateur et son manteau d'hiver, alors que le froid était mordant en cet hiver 2016 à Besançon.

Tout au long de ces témoignages, l'accusé est resté silencieux. "Cela fait cinq ans que Narumi a disparu et depuis lors ça a été un cauchemar", avait déclaré mardi Nicolas Zepeda, rejetant de "toutes (s)es forces" les accusations portées à son encontre.

Mais pour l'accusation, le scénario est tout autre : ne supportant pas la rupture, le Chilien était venu sciemment jusqu'à Besançon pour y retrouver Narumi Kurosaki. Il l'aurait ensuite étouffée avant de se débarrasser de son corps dans une forêt du Jura et de regagner le Chili d'où il a été extradé vers la France à l'été 2020.

Selon l'accusation, Nicolas Zepeda a étouffé son ex petite amie après une journée et une nuit de retrouvailles, s'est débarrassé de son corps dans une forêt du Jura et a envoyé des messages aux proches de l'étudiante sur les réseaux sociaux pour leur faire croire qu'elle était encore vivante et retarder le début des recherches. Mais le corps de Narumi Kurosaki n'a jamais été retrouvé et Nicolas Zepeda, unique suspect, affirme l'avoir quittée vivante avant de poursuivre son séjour en Europe puis de rentrer au Chili.

"Il n'y a pas de preuve de décès, ni de lieu, ni de modalités précises, pas de scénario clair de ce qui est arrivé. (...) Ce dossier est un peu un château de cartes", a soutenu, en amont du procès, la défense de Nicolas Zepeda.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

La réclusion à perpétuité requise contre Nicolas Zepeda pour l’assassinat de Narumi Kurosaki

L’avocat général Etienne Manteaux a requis lundi devant la cour d’assises du Doubs la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Nicolas Zepeda, jugé pour l’assassinat en 2016 de Narumi Kurosaki, son ancienne petite amie japonaise dont le corps n’a jamais été retrouvé.

"Vous lui avez fait quoi à Narumi ?": Nicolas Zepeda nie et nie encore

Malgré les cris d’épouvante, les images d’un rôdeur qui lui ressemble et sa jalousie maladive, Nicolas Zepeda a continué mardi, au sixième jour de son procès, de nier avoir assassiné son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki à Besançon en  décembre 2016. La journée de mercredi sera consacrée à l’audition des parties civiles.

Justice

Un oligarque russe poursuit Crédit Suisse

L'oligarque russe Vitaly Malkin poursuit Crédit Suisse pour des pertes de 500 millions de francs suisses (491 millions d'euros) qu'un ancien conseiller financier de la banque lui aurait fait subir, selon le journal dominical Sonntagzeitung.

« Guerre de territoire » entre trafiquants à Planoise : 5 à 15 ans de prison requis

Le procureur a requis mercredi de 5 à 15 ans de prison à l'encontre des membres d'un clan soupçonnés d'avoir participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 et mars 2020, dans le quartier de Planoise à Besançon.

L’intersyndicale de GE à Belfort dépose une plainte devant le PNF pour fraude fiscale

Le Comité social économique (CSE) et l’intersyndicale de General Electric à Belfort ont annoncé ce mardi 31 mai 2022 avoir déposé une plainte devant le Parquet national financier (PNF) pour blanchiment de fraude fiscale notamment, pointant les manoeuvres d’évasion fiscale du groupe américain.

Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 27.1
nuageux
le 25/06 à 15h00
Vent
2.25 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
21 %

Sondage