Procès pour 19 prévenus après le spectaculaire vol de diamants à l’aéroport de Bruxelles en 2013

Publié le 31/12/2015 - 11:02
Mis à jour le 31/12/2015 - 11:28

Le parquet belge a décidé de renvoyer 19 personnes devant un tribunal correctionnel trois ans après un spectaculaire braquage sur un avion de la compagnie Swiss à l'aéroport de Bruxelles. Braquage au cours duquel 50 millions de dollars de diamants avaient été dérobés, selon l'agence Belga.

PUBLICITÉ

« Neuf personnes comparaitront pour complicité lors du vol et pour avoir dérobé et mis le feu aux véhicules employés lors de celui-ci« , a indiqué le parquet de Hal-Vilvorde, cité par l’agence de presse belge. « Les autres sont suspectés de recel d’une partie du butin. Six d’entre eux sont également soupçonnés de blanchiment d’argent en Belgique, en Suisse et au Maroc. Dix-huit des personnes renvoyées devant la justice sont par ailleurs suspectées d’appartenir à une organisation criminelle« , précise encore l’institution judiciaire.

Il s’agit de 16 hommes et 3 femmes, résidant en Belgique à l’exception d’une personne. 

Rappel des faits

Le 18 février 2013, huit hommes armés de fusils mitrailleurs, encagoulés et porteurs d’uniformes de policiers, ont braqué les pilotes d’un avion de la compagnie Swiss qui s’apprêtait à partir pour Zurich, ainsi que des transporteurs de la Brink’s, sur le tarmac de l’aéroport, sans tirer un coup de feu.

Ils venaient de défoncer la clôture d’un chantier pour pénétrer dans l’enceinte. Ils ont ensuite forcé les portes de la soute pour en extraire 120 colis contenant principalement des diamants, d’une valeur estimée à 50 millions de dollars. Trois mois plus tard, le travail de quelque 200 enquêteurs belges, suisses et français aboutit à un coup de filet international, au cours duquel une trentaine de personnes sont interpellées dans les trois pays. Une partie du butin avait été récupérée.

 Fin novembre en Suisse, deux personnes impliquées, un promoteur immobilier de 61 ans, qui avait caché dans une partie du butin, et son avocat, un ami proche, ont écopé respectivement de deux ans de prison avec sursis et d’une amende avec sursis.

 (Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.53
légère pluie
le 25/05 à 18h00
Vent
2.94 m/s
Pression
1016.3 hPa
Humidité
88 %

Sondage