Psychiatrie : un colloque pour dédramatiser « les soins spécialisés apportés aux patients »

Publié le 09/04/2018 - 14:56
Mis à jour le 09/04/2018 - 14:56

Un colloque professionnel est organisé les 16 et 17 avril 2018 sur le thème "la psychiatrie, une discipline médicale comme les autres" à la Maison des sciences et de l'environnement (MSHE) de Besançon. Les inscriptions sont limitées à 150 personnes.  

2014-01-22-illustration_medecin.jpg
©www.photl.com
PUBLICITÉ

 Quelle est la place de la psychiatrie dans le système actuel de soins ? Comment cette discipline est-elle considérée ? Quelles sont les évolutions pour demain ? C’est pour échanger et en débattre qu’un colloque professionnel intitulé « La psychiatrie, une discipline comme les autres  » est soutenu par le CHU de Besançon en collaboration avec de nombreux partenaires institutionnels et associatifs, les 16 et 17 avril 2018 à Besançon, sous le haut patronage du Ministère des solidarités et de la santé.

Au cours de ces deux journées, les thèmes suivants seront abordés :

  • Les territoires de santé, une opportunité de repenser l’évolution des disciplines ?
  • L’offre, l’organisation et les parcours de soins : les défis à relever
  • Repenser le financement de la psychiatrie, un outil d’innovation ?
  • Réformer la psychiatrie, quelles évolutions ?
  • Les pratiques de soins en psychiatrie, briser les frontières
  • Les défis de l’enseignement et de la recherche

Ce colloque professionnel est porté par :

  • le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon
  • le Collège national des universitaires de psychiatrie (CNUP)
  • l’Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam)
  • la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (FNAPSY)
  • l’Association des établissements du service public de santé mentale (AdESM)
  • la Conférence des présidents des commissions médicales d’établissements (CME) de CHS
  • la Fédération hospitalière de France (FHF)
  • l’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté
  • la Ville de Besançon
  • l’Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC)
  • la Fondation Fondamental
  • la Fondation Pierre Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale

Info +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.55
légère pluie
le 20/05 à 3h00
Vent
1.79 m/s
Pression
1007.39 hPa
Humidité
99 %

Sondage