Réforme territoriale : André Vallini face à la colère des élus départementaux

Publié le 06/06/2014 - 08:19
Mis à jour le 18/04/2019 - 11:02

Le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale a été pris à partie par les élus, socialistes en tête, jeudi aux "états généraux des nouvelles ruralités" réunis à Nevers, à propos de la future suppression des conseils généraux. André Vallini s'est dit désolé de son couac radiophonique sur France Inter après avoir déclaré que les départements allaient être "dévitalisés". Là encore, la méthode choque. Certains élus parlent d'un déni de dialogue républicain…

photoav.jpg
André Vallini © Phenix-rouge CC
PUBLICITÉ

Parlant des transferts de compétences des départements vers les régions et les intercommunalités que le gouvernement prévoit d’organiser ces prochaines années, M. Vallini a déclaré sur France inter que « peu à peu les départements vont être dévitalisés, si je puis me permettre cette expression« .

Il n’aurait certainement pas du se permettre. Devant quelque 400 élus départementaux, le secrétaire d’Etat s’est dit « désolé » de cette phrase, l’imputant aux aléas du « direct radiophonique« . « D’autant que je suis des vôtres », a-t-il ajouté alors qu’il était encore président du Conseil général de l’Isère jusqu’à son entrée au gouvernement en avril.

« Ce n’est pas ça le dialogue républicain »

Parler de départements à « dévitaliser« , « ce n’est pas ça, le dialogue républicain entre l’exécutif et des élus de la république qui n’ont pas démérité », a déclaré Patrick Kanner, président du conseil général du Nord et l’un des dirigeants de l’Assemblée des départements de France. « On est  aujourd’hui dans une phase de tension, je pèse mes mots, entre les élus territoriaux et l’exécutif« , a-t-il ajouté. 

Patrick Kanner a regretté « des annonces sans concertation« . « Aujourd’hui, nous sommes condamnés à mort – à une mort lente mais condamnés à mort, avant même d’être jugés« , a-t-il affirmé, tout en tablant sur « le débat parlementaire » pour revoir la réforme. « Je suis un homme de gauche, je suis pour le mouvement, mais un mouvement qui ne conduise pas à une moins-value« , a-t-il dit.

Crainte pour les espaces ruraux… et pour la proximité

 Hôte de cette journée, son collègue de la Nièvre, Patrice Joly (PS), a répété sa « désapprobation » à l’égard de la réforme et s’est dit « surpris que ce soit deux anciens présidents de conseil général qui nous proposent une telle réforme« , François Hollande ayant présidé jusqu’en 2012 le département de la Corrèze.  Patrice Joly a en particulier défendu l’existence des départements « dans nos espaces ruraux » où « la proximité institutionnelle est indispensable pour nos concitoyens« . « Je ne vois pas en quoi on servirait mieux les usagers à des distances plus éloignées » si on supprime les conseils généraux, a-t-il dit. Pour garder cette proximité, M. Vallini a dit miser sur « les groupements de communes« .  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fusion des régions

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d'État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un "court-circuitage" des instances locales. 

Découvrez quelles directions régionales siègent à Besançon !

Marie-Guite-Dufay a dévoilé ce vendredi 24 juin 2016 lors du conseil régional à Dijon les directions des services régionaux qui siègeraient à Besançon et à Dijon. Il y en a 12 dans l'ex-capitale franc-comtoise et 17 dans le chef-lieu bourguignon. 

Dans la catégorie

Élection municipale : le collectif Besançon Métropole 2020 se dresse du côté de la République en Marche…

Samedi 13 avril 2019, le collectif Besançon Métropole 2020 a été présenté aux journalistes de Besançon par deux personnalités politiques locales : Serge Bianconi, président du collectif et Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs. Quels sont les objectifs de ce mouvement ? Qui y adhère ? Quelles en sont les valeurs ? Et Eric Alauzet dans tout ça ? Réponses…

Européennes 2019 : le député européen Jean-Marie Cavada à Besançon le 26 avril

À un mois des élections européennes le 26 mai 2019, "La République en Marche" du Doubs invite le député européen Jean-Marie Cavada le vendredi 26 avril 2019 à 17h  à la salle Proudhon de Besançon. Le candidat aux Européennes 2019 sur la liste Renaissance vient également soutenir Christophe Grudler.

Des « fichés S » dans le ficher des personnes interdites d’armes : Joyandet questionne Castaner

A la suite d'une rencontre avec les responsables du Club de tir de Vesoul et dans le cadre d'une question écrite déposée au Sénat, Alain Joyandet a interrogé le ministre de l'Intérieur sur l'intégration des "fichés S" dans le fichier des données à caractère personnel relatif aux personnes interdites d'acquisition et de détention d'armes (FINIADA).

Marie-Dominique Aubry, candidate Les Républicains aux élections européennes 2019

Suite à la réunion de la Commission nationale d'investiture des Républicains qui s'est déroulée mercredi 10 avril 2019, Marie-Dominique Aubry, présidente des Républicains de la Haute-Saône, conseillère municipale et communautaire de Vesoul et conseillère départementale de Vesoul, figurera sur la liste conduite par François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean à l'occasion des élections européennes du 26 mai prochain.

Un « RIP » contre la privatisation d’ADP

Initiative inédite et alliage rare de parlementaires, contre la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP): l'opposition a enclenché mardi un "référendum d'initiative partagée" (RIP) pour tenter d'empêcher le gouvernement de vendre "la poule aux oeufs d'or" avec sa loi Pacte. Le sénateur PS du Doubs Maryial Bourquin dénonce "le symbole d'un capitalisme de connivence, une vente par pure ide?ologie". 

Municipales à Besançon : Éric Alauzet élabore sa stratégie et affiche ses soutiens

Candidat déclaré à l'investiture "En Marche" pour municipales à Besançon, Éric Alauzet poursuit son avant-campagne. Il a réuni le samedi 6 avril 2019 au centre international de séjour une centaine de soutiens pour une réunion de travail à moins d'un an de l'élection. Frank Monneur, son directeur de campagne explique que le député du Doubs est en pleine préparation pour concevoir son projet dans une logique de rassemblement.

Edouard Philippe et les 80 km/h : « Il préfère culpabiliser ses concitoyens » selon Michel Raison

Suite au discours du Premier ministre Edouard Philippe lundi 8 avril 2019 lors du compte rendu du "Grand débat" à Paris et notamment à propos des 80 km/h, le sénateur de Haute-Saône et co-auteur du rapport d'information "Sécurité routière : mieux cibler pour plus d’efficacité" Michel Raison réagit dans un communiqué…

Avec le P@C, le Doubs soutient les projets des territoires

La Présidente du Département du Doubs, a signé cette semaine au musée Courbet d'Ornans trois nouveaux contrats P@C avec les présidents des territoires de Pays de Montbéliard Agglomération, de la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon et du Grand Pontarlier. Tous les contrats P@C avec les territoires du département sont désormais signés.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 19.2
nuageux
le 19/04 à 12h00
Vent
2.06 m/s
Pression
1024.948 hPa
Humidité
54 %

Sondage