Saône-et-Loire : les retraités mis hors de cause dans le meurtre d'une prostituée

Publié le 23/01/2015 - 10:31
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:02

Les mises en examen de deux retraités pour le meurtre d'une prostituée et tentative de meurtre d'une autre en 2011 en Saône-et-Loire ont été annulées ce jeudi, a-t-on appris auprès du procureur de Chalon-sur-Saône, Christophe Rode.

Dorénavant témoin assisté

PUBLICITÉ

Les deux hommes ont été placés sous le statut de témoin assisté comme le veut la procédure. « Le dossier n’est pas fermé, les investigations se poursuivent », a déclaré le magistrat.

« Mon client a éclaté en sanglots », a confié l’avocat de l’un des sexagénaires, Me Alain Guignard. « C’est quelque chose qu’on attend depuis trois ans et demi, ils ont toujours dit n’être pour rien dans cette affaire », a-t-il ajouté.

Rappel des faits

Une prostituée âgée de 40 ans, d’origine camerounaise et habitante de la région, avait été retrouvée le 12 mars 2011, tuée à coups de couteau dans sa camionnette, à proximité de Rully (Saône-et-Loire). La victime, présentait « plus de trente coups de couteau » au niveau « du thorax et du cou », selon le parquet.

Sept mois plus tard, les deux sexagénaires avaient été interpellés en raison de « mensonges ou d’imprécisions dans leurs emplois du temps ». Tandis qu’ils niaient les faits qui leur étaient reprochés, ils avaient été mis en examen pour assassinat. L’un d’eux avait également été mis en examen pour tentative d’assassinat d’une autre prostituée, en avril 2011 à Uchizy. Elle avait reçu un coup de couteau sous le sein gauche.

Après six mois de détention provisoire, les deux retraités avaient obtenu leur libération sous contrôle judiciaire. L’association Action Justice leur avait apporté son soutien estimant que les deux hommes ne pouvaient « pas être coupables », étant l’un et l’autre dans l’incapacité physique de poignarder les jeunes femmes.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.25
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1015.6 hPa
Humidité
95 %

Sondage