Sureté nucléaire et radioprotection : la Franche-Comté peut mieux faire

Publié le 01/06/2011 - 09:20
Mis à jour le 01/06/2011 - 09:20

Le niveau de la sureté nucléaire et de la radioprotection dans la région est globalement satisfaisant, mais des progrès doivent intervenir notamment dans l’imagerie médicale.

 ©
©

C’est la préconisation de l’Autorité de sureté nucléaire qui souhaite également la poursuite de « la déclaration des événements significatifs dans le milieu médical ». « La vigilance doit aussi restée de mise dans les domaines de la radiothérapie et de la radiologie interventionnelle », estime cette instance qui couvre la Franche-Comté et la Bourgogne.

La division de Dijon de la sureté nucléaire vient de présenter son bilan annuel à la suite de 33 inspections dans les deux régions. Cette autorité administrative indépendante est chargée du contrôle de l’ensemble des activités liées à l’utilisation des rayonnements ionisants, afin de protéger les opérateurs, les patients, le public et l’environnement contre les risques associés.

Ce champ couvre non seulement les centrales nucléaires et les autres installations nucléaires de base, mais aussi les activités médicales, de recherche et industrielles non spécifiquement nucléaires. C’est ce qu’on appelle le « nucléaire de proximité ».

Il n’y a pas de centrale nucléaire, mais le travail ne manque pas en Bourgogne Franche-Comté puisqu’il porte sur 8 services de radiothérapie, 13 services de médecine nucléaire, 51 plateaux chirurgicaux, 41 services de scanographie, 310 établissements industriels et de recherche, ainsi que 1800 appareils de radiodiagnostic médical et dentaire.

En 2010, huit événements significatifs ont été déclarés en radiothérapie dont cinq incidents mineurs, sans conséquences pour les patients. Les enquêtes montrent un déficit de prise en compte de la radioprotection des patients et des opérateurs, une forte disparité dans les matériels utilisés et un manque d’investissement en radiophysique médicale. 7600 malades ont été traités dans les deux régions par radiothérapie en 2010 avec un taux de guérison de 80%. « La méthode est pleinement justifiée », relève la ASN, mais elle doit être strictement encadrée.

Les inspecteurs préconisent l’optimisation des doses délivrées aux patients et une meilleure surveillance dosimétrique. En matière d’imagerie médicale (scanner) dont l’utilisation est en forte augmentation, « la maîtrise de la progression des doses est une nécessité », avertit également l’ASN en invitant à une sensibilisation de professions de santé.

A noter qu’en Franche-Comté, l’ASN a supervisé l’opération d’assainissement d’un ancien site horloger à Charquemont. Pour la fabrication des aiguilles et des cadrans, l’industrie horlogère a utilisé des revêtements à base de radioéléments présentant des propriétés photoluminescentes.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.82
partiellement nuageux
le 24/02 à 12h00
Vent
5.16 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
83 %