Territoire de Belfort : six cas de légionellose, dont un mortel

Publié le 12/09/2017 - 11:44
Mis à jour le 12/09/2017 - 11:44

Six cas de légionellose, dont un mortel, ont été diagnostiqués au cours du mois d'août dans le Territoire de Belfort, 
a-t-on appris ce mardi 12 septembre 2017 auprès de la préfecture. 

capture_decran_2014-10-16_a_11.04.07.png
©CDC (PHIL #1187) - CDC Public Health Image Library - http://phil.cdc.gov/phil/sessionexpired.asp
PUBLICITÉ
  • L’homme décédé, âgé de 46 ans, présentait « de multiples fragilités médicales » et « des pathologies lourdes« , a précisé la préfecture. Les cinq autres personnes « ont été traitées et sont hors de danger », a-t-elle ajouté. 

« À ce stade, l’origine de la contamination n’est pas identifiée. Il est possible qu’il y ait plusieurs sources de contamination« , a fait savoir la préfecture. « A priori, les personnes atteintes n’ont pas de point commun : elles ne se connaissaient pas et elles n’ont pas fréquenté les mêmes lieux« , a-t-elle précisé. 

Parmi les six personnes atteintes par la légionellose, quatre sont originaires du Territoire de Belfort et deux étaient de passage, dont l’homme décédé. Des enquêtes sont menées par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) pour déterminer les sources de contamination. L’agence régionale de santé (ARS) a par ailleurs diligenté des analyses sur le ou les types de souches qui ont affecté les malades. 

Le préfet du Territoire de Belfort, Hugues Besancenot, a souligné dans un communiqué que « la légionellose est une forme grave d’infection pulmonaire d’origine bactérienne, qui infecte l’homme par inhalation d’eau contaminée 
diffusée en aérosol ». 

La maladie n’est pas contagieuse d’une personne à une autre et les symptômes sont généralement similaires à ceux d’une grippe (fièvre, frissons, toux, difficultés respiratoires et parfois nausées et confusions). 

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.4
partiellement nuageux
le 24/05 à 15h00
Vent
2.35 m/s
Pression
1013.1 hPa
Humidité
57 %

Sondage