Un Spasad pour que "la personne aidée soit au centre d'une prise en charge globale"

Publié le 13/10/2014 - 19:05
Mis à jour le 14/10/2014 - 12:09

La secrétaire d'Etat chargée de la famille, des personnes âgées et de l'autonomie, Laurence Rossignol, était en visite officielle dans le Doubs ce lundi 13 octobre 2014 dans le cadre de la Semaine bleue. Après avoir rencontré une personne âgée aidée par ses proches à Montferrand-le-Château, où la question des aidants est très présente, la secrétaire d'Etat, Claude Jeannerot, président du Conseil du département du Doubs ainsi que les représentants des associations ADMR, Soli'cités et Eliad ont signé une lettre d'intention d'expérimentation du service polyvalent d'aide et de soins à domicile (Spasad) à l'Hôtel du département.

Après une visite à Romain-La-Roche, Laurence Rossignol s'est rendue chez Lucienne, 78 ans. Malentendante et malvoyante, elle vit avec sa sœur, Denise, âgée de 81 ans qui en a d'habitude la charge mais qui est actuellement aux Tilleroyes après une fracture du col du fémur. Une "vraie" visite qui a permis à la famille d'échanger librement avec la secrétaire.

"Que se serait-il passé si nous n'avions pas été là ?"

Les 56 heures de présence par semaine d'une aide à domicile pour son handicap pris en charge par l'APA (Aide personnalisé à l'autonomie), en plus des soins à domicile deux fois par jours, ne sont pas suffisantes. C'est donc Charlotte, une autre sœur, et Jacqueline, une nièce qui s'occupe de Lucienne au jour le jour. "Il faut une présence 24h/24. Lucienne ne voit pas et n'entend pas. Il faut lui couper sa nourriture. Nous nous partageons les semaines de présence avec ma nièce." explique Charlotte. 

 La question des aidants est donc au cœur de la problématique de cette famille. "Comment se fait-il qu'il n'y ait pas eu de remontées auprès des services sociaux pour se préoccuper de l'état de Lucienne. Que se serait-il passé si nous n'avions pas été là ?" s'inquiète un membre de la famille. "Ne serait-il pas possible de prévoir une rémunération pour les gens qui passent du temps auprès des personnes âgées ?"

Un plan d'hébergement temporaire pour permettre aux famille de "souffler"

Claude Jeannerot, le président du Conseil Général du Doubs indique qu'un dispositif existe entre ses services et les structures en charge des personnes âgées pour "réviser le plan d'aide" en cas de besoin. Pour le Département, l'enveloppe allouée aux personnes âgées et de 70 millions d'euros. "C'est un poste de dépenses que nous revendiquons. Car les personnes âgées sont une chance pour notre société et notre territoire". 

La ministre renchérit en reconnaissant que le maintien à domicile repose sur les aidants et qui n'est possible "que dans le cadre d'une solidarité familiale". "C'est pour cette raison que nous avons prévu dans la loi un droit au répit. Une enveloppe de 500 euros par ans pour permettre de financer un plan d'hébergement temporaire pour permettre aux familles de souffler".

Sur la question de la rémunération des aidants, Laurence Rossignol explique que "l'État et les collectivités ont déjà un niveau de dépenses sociales très élevé" tout en soulignant que "même s'il est très difficile de prendre cette décision, il ne faut pas craindre de passer la main auprès des établissements spécialisés. Les Epad ne sont plus les mouroirs des années 60 que l'on a pu connaître

Une convention pour simplifier le travail de chacun et assurer le confort de la personne aidée

L'idée que porte Laurence Rossignol dans la loi sur le vieillissement (actuellement discuté au Parlement), le Conseil général du Doubs, ainsi que l'ADMR  25, Soli'cités et l'Eliad, est de "décloisonner et de permettre qu'une personne soit l'objet d'une prise en charge globale et que l'organisation autour de cette personne soit coordonnée par une infirmière coordinatrice".

Pour les aidants, il s'agira de "se tourner vers un seul interlocuteur". Pour la personne aidée, "ce sera plus confortable puisque chaque personne pourra transmettre les informations". Claude Jeannerot ajoute que "l'objectif est également de réduire le nombre de passages dans l'intimité de la personne aidée".  

Pour les professionnels, "il sera infiniment plus intéressant et performant dans le travail de pouvoir échanger avec d'autres professionnels."

  • Texte : Redac et Alexane
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : le gouvernement écarte de nouvelles restrictions

Le gouvernement a écarté a priori lundi de nouvelles restrictions face à la flambée épidémique de Covid-19, se contentant de renforcer légèrement le protocole en vigueur à l'école primaire où le taux d'incidence est le plus fort. Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran tiendront une conférence de presse à 19h pour détailler les mesures décidées. Mais de source gouvernementale, ils ne devraient pas annoncer de changements de règles importants.

Êtes-vous pour ou contre la vaccination des enfants à partir de 5 ans ?

Après les Etats-Unis ou encore Israël, c'est au tour de la France de réfléchir à la vaccination contre la Covid-19 des enfants de moins de 12 ans à partir de 2022. A noter que la vaccination des enfants de 5 à 11 ans présentant un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder et pour ceux vivant dans l'entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination est autorisée depuis le 25 novembre.

Covid-19 : le gouvernement évalue l’intérêt de nouvelles mesures

Nouvelles mesures ou simples recommandations ? Le Conseil de défense sanitaire devra décider lundi de la stratégie à adopter alors que l'épidémie de Covid-19 flambe sur tout le territoire et touche de nombreux enfants. Dans le même temps, les chiffres grimpent. En Bourgogne-Franche-Comté le taux d'incidence frôle les 450 cas pour 100.000 habitants avec un taux de positivité des tests de 7%. Le Jura est le département le plus touché (635) devant le Doubs (570) et la Saône-et-Loire.

Covid-19 : la vague monte « fortement » en Bourgogne-Franche-Comté

La circulation du virus s'est encore accélérée en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux d'incidence de 346 cas pour 1000.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté. Le Jura est le troisième département de France le plus touché par la cinquième vague et les conséquences commentent à peser sur le système de santé. L'agence régionale de santé enjoint la population à renouer avec les gestes barrières.

Covid-19 : huit cas d’Omicron relevés, Delta ne relâche pas la pression

Le nombre de cas d'infections au variant Omicron détecté en France se monte désormais à huit dont un dans le Haut-Rhin, selon le dernier bilan actualisé de l'agence sanitaire Santé publique France. Mais la menace actuelle reste le variant Delta avec des contaminations qui s'envolent. Un conseil de défense sanitaire est programmé lundi.

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.19
couvert
le 07/12 à 3h00
Vent
5.05 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
100 %

Sondage