Vous avez des pellicules ? Et si vous testiez les probiotiques ?

Publié le 20/12/2012 - 10:37
Mis à jour le 20/12/2012 - 15:03

Le CHU de Besançon recrute 176 volontaires dans le but d’évaluer l’efficacité d’un complément alimentaire sur les états pelliculaires du cuir chevelu dans le cadre d’une étude clinique a l’hôpital jean minjoz de besancon. Une indemnité de 550 euros est prévue pour les trois mois de l'étude et les  sept visites 

cheveux.png.jpg
cheveux.png.jpg

appel aux volontaires

PUBLICITÉ

Le Centre d’Etude et de Recherche sur le Tégument (C.E.R.T) au sein du CHU de Besançon Jean Minjoz réalise actuellement une nouvelle étude clinique dans le but de confirmer l’effet antipelliculaire d’un complément alimentaire contenant un probiotique.

Probiotiques ? 

Les probiotiques sont « des micro-organismes vivants qui lorsqu’ils sont consommés en quantités adéquates produisent un bénéfice pour la santé de l’hôte » « Les probiotiques les plus connus sont les bactéries lactiques et le bifidobactéries que nous retrouvons dans certains produits laitiers.Les probiotiques peuvent être définis comme des bactéries utiles qui ont tout d’abord été reconnus pour empêcher la prolifération des germes indésirables, pour leur activité à renforcer l’action des cellules immunitaires au niveau intestinal et pour leur action positive sur l’équilibre digestif » explique dans un communiqué le département dermatologie du Centre d’Etude et de Recherche sur le Tégument. 

« De plus, certains probiotiques sont reconnus pour être capables de renforcer la barrière cutanée, pour stimuler les défenses de la peau et pour favoriser son hydratation. Par ces différents effets, certains probiotiques pourraient avoir un rôle bénéfique dans la prévention des états pelliculaires »

L’étude veut comparer l’efficacité d’un probiotique pouvant avoir un effet bénéfique sur l’état pelliculaire par rapport à une substance contrôle. Le Cert recrute 176 volontaires (hommes ou femmes) âgés de plus de 18 ans qui sont gênés par leurs pellicules.

La durée de l’étude pour chaque volontaire est fixée à un peu plus de 3 mois pendant lesquels 7 visites seront réalisées au CHU de Besançon. Un traitement de 2 mois devra être suivi par tous les volontaires afin de pouvoir évaluer son efficacité.

C’est pourquoi il est prévu qu’une indemnité allant de 550 € (pour les volontaires habitant à moins de 30 km de Besançon) à 600 € (pour les volontaires habitant à plus de 30 km de Besançon) soit versée à tous les participants, en compensation des contraintes liées à l’étude.

En savoitr plus : lire l’encadré sur le déroulement de l’étude ci-contre à droite  

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

La Franche-Comté est toujours en alerte orange canicule ce mercredi 26 juin 2019. Les prévisions se confirment : il fait déjà 37°C à l'ombre (et plus chaud encore dans les grandes villes, jusqu'à 40°C) et la température n'est toujours pas à son maximal, atteint vers 17h cet après-midi. La chaleur devrait continuer au moins jusqu'à dimanche.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 28.84
couvert
le 20/07 à 15h00
Vent
5.4 m/s
Pression
1014.2 hPa
Humidité
39 %

Sondage