Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

DIAPORAMA Les chevaux comtois font aussi du ramassage scolaire

7h30, Blandine cherche les chevaux dans le pré ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Direction la mairie ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Promenade bucolique avent de tirer la calèche ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Pas question de partir sans un coup de peigne ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Un coup de grattoir avant le départ ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Tout est prêt ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Premier point de ramassage ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
On attend les petits copains ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Pas question de pleurer en quittant papa ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Le maire veille sur les petits passagers ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
A travers champ... ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Blandine négocie le rond-point sans problème ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Arrivée sur le parking de l'école ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Les plus petits attendent d'être accompagés avant de descendre ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Tout le monde descend ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Retour à vide vers la mairie ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Retour au point de départ ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Après l'effort, le réconfort ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Embarquement par l'arrière ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
C’est la deuxième année que la commune d’Auxon-Dessus organise une navette scolaire en calèche tirée par deux chevaux. Pour la plus grande joie de 14 élèves du primaire...

Publicité

C’est aussi la rentrée pour Ravissante et Pimprenelle. Les deux juments ont repris cette semaine leur tournée de ramassage scolaire à Auxon-Dessus, petit village de 1200 habitants situé à quelques kilomètres au nord de Besançon.

Finies la grasse matinée pour les deux comtoises. 14 élèves du primaire attendent la navette en calèche entre 8h10 et 8h20 du matin sur un parcours de deux kilomètres avec trois points de ramassage. Certains sont tellement impatients de prendre place dans l’attelage qu’ils en oublient d’embrasser maman.
 
« On fait des envieux, tellement les enfants sont ravis », avoue le maire, Serge Rutkowski. A sa connaissance, sa commune est la seule de France à avoir mis en place un tel type de transport scolaire. C’est sa complicité avec Alain Barberon, directeur du Centre Omnisports Croppet de Besançon, qui donné naissance à cette opération. « Le cheval est un merveilleux outil pédagogique », explique-t-il en précisant que sept jeunes sont actuellement en insertion dans le cadre de l’utilisation du cheval de trait. C’est notamment le cas de Blandine conductrice ponctuelle de la calèche, originaire de la Marne qui, malgré un CAPA de soigneur équidé en poche, ne trouvait pas de travail. Grâce à un contrat aidé, elle mène aujourd’hui Ravissante et Pimprenelle de main de maître.
 
Outre le service rendu aux parents, Serge Rutkowski tenait à faire « revenir le cheval au centre du village » dans un souci de valorisation du cheval comtois. D’ailleurs dès cette année, les deux comtoises vont également s’occuper de ramassage des ordures, comme à Besançon le long du Doubs depuis le printemps, au nettoyage de la voirie et des parcs et du ramassage des feuilles…
 
En même temps qu’il fait travailler les chevaux, le maire de la petite commune sait qu’il permet à des jeunes de s’insérer. Ce qui est au moins aussi important et pour un coût dérisoire étant donné l’enjeu. La mairie d’Auxon-Dessus dépense environ 1500 € pour l’entretien des deux chevaux.
 
Pour les parents le ramassage scolaire est gratuit et la voiture peut rester au garage. Il n’y a qu’en hiver, à partir du 15 décembre, que la navette en calèche est suspendue. Ravissante et Pimprenelle seront alors en manque de leurs petits compagnons du matin qui, parait-il, leur offre de temps en temps des carottes.
 
Alors qu’à quelques centaines de mètres de là se construit la gare TGV Besançon Franche-Comté, Danielle Renaudin, l’adjointe qui participe tous les matins à la tournée avec le maire, trouve encore une autre bonne raison à l’utilisation de deux comtoises: « Les chevaux, ça fait aussi un contraste avec le TGV… ».
redaction

Votre météo avec

Evénements de auxon-dessus