Affaire Daval : la famille d'Alexia réclame de lourdes indemnités à Jonathann

Publié le 24/12/2020 - 10:20
Mis à jour le 24/12/2020 - 09:27

Les proches d'Alexia Daval exigent plusieurs centaines de milliers d'euros, des sommes jugées "disproportionnées" par la défense.

Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, les parents d'Alexia Daval le 7 décembre 2018 à Besançon © AA ©
Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, les parents d'Alexia Daval le 7 décembre 2018 à Besançon © AA ©

Le procès au pénal est bouclé, mais l'affaire Daval se poursuit. Les proches d'Alexia réclament plusieurs centaines de milliers d'euros d'indemnisation à Jonathann, condamné fin novembre à vingt-cinq ans de réclusion pour le meurtre de son épouse, des sommes "justifiées" pour les parties civiles mais que la défense estime "disproportionnées".

  • La question des indemnisations financières devrait être tranchée début janvier par la cour d'assises de la Haute-Saône, qui, après avoir condamné le 22 novembre au pénal M. Daval pour le meurtre, en octobre 2017, de la jeune femme, examinera alors le volet civil de ce dossier extrêmement médiatique.

Préjudices moral et économique, frais d'obsèques…

Les parents d'Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, estiment à 150.000 euros chacun leur préjudice moral, auxquels s'ajoutent 60.000 euros de préjudice économique pour la vente prématurée en 2019 de leur bar-PMU à Gray (Haute-Saône), soit un total de 360.000 euros, ont indiqué à l'Agence France-Presse maîtres Gilles-Jean Portejoie et Randall Schwerdorffer, respectivement avocat des Fouillot et de Jonathann Daval, confirmant des informations du quotidien régional L'Est républicain.

Selon maître Schwerdorffer, les parents d'Alexia demandent également 5.000 euros pour les frais d'obsèques de la jeune femme. Par ailleurs, "de 15.000 à 20.000 euros" sont également réclamés à son client par la quinzaine d'autres parties civiles, selon le conseil. En outre, Grégory et Stéphanie Gay, le beau-frère et la sœur d'Alexia, demandent respectivement 75.000 et 100.000 euros pour le préjudice moral, selon Le Figaro.

"Je suis surpris que ces chiffres soient évoqués publiquement, la procédure sur intérêts civils ne donne qu'exceptionnellement lieu à communication", a réagi maître Portejoie, pour qui ces sommes sont "justifiées". "Elles correspondent à des préjudices tout à fait exceptionnels compte tenu de la nature de l'affaire", a-t-il fait valoir. Maître Schwerdorffer juge, quant à lui, ces chiffres "disproportionnés", "entre trois et quatre fois plus" élevés que les "barèmes moyens" dans ce genre de dossiers.

Les parties civiles invoquent "le caractère exceptionnel de l'affaire, notamment la médiatisation" extrême du dossier et les accusations portées pendant plusieurs mois par Jonathann Daval contre sa belle-famille, notamment son beau-frère Grégory Gay qu'il a un temps accusé d'avoir tué Alexia. "Cette médiatisation n'était pas imposée (…), la famille d'Alexia a choisi de s'exprimer très abondamment dans la presse, notamment au moment du procès", a estimé maître Schwerdorffer. Quant aux accusations de son client contre sa belle-famille, elles n'entrent pas dans le calcul des indemnisations, qui ne portent que "sur les conséquences directes de l'homicide" et non sur les "difficultés de l'instruction", marquée par les multiples revirements de Jonathann Daval, a balayé l'avocat.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

Meurtre d’Alexia : Jonathann Daval condamné à 25 ans de réclusion criminelle

Jonathann Daval, jugé depuis lundi pour le meurtre de sa femme Alexia qu'il reconnaît, a demandé à deux reprises "pardon" ce samedi 21 novembre 2020 aux parties civiles, avant que la cour d'assises de la Haute-Saône ne  se retire pour délibérer. Elle a finalement donné son verdict. Il est condamné à 25 ans de réclusion criminelle.

Meurtre d’Alexia : réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval

L'avocat général Emmanuel Dupic a requis ce samedi 21 novembre 2020 devant les assises de la Haute-Saône la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de Jonathann Daval, auteur d'un "crime presque parfait" parce que sa femme Alexia "voulait le quitter". Le verdict est attendu en fin d'après-midi ou en début de soirée.

Justice

Mutilations, subordination… Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Une femme retrouvée morte près de Besançon : « très probablement » un féminicide 

Une femme a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi 23 juillet au soir à Guillon-les-Bains près de Besançon. Elle a "très probablement" été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d'un gendarme après s'être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

Magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels : vers un procès début 2022

Le procès du magistrat mis en examen pour avoir proposé sur internet à des inconnus d'avoir des relations sexuelles avec sa fille de 12 ans, récemment révoqué de la magistrature, devrait se tenir "début 2022", a indiqué ce vendredi 23 juillet 2021 le procureur de la République de Besançon, où est instruite l'affaire.

Eric Dupond-Moretti est mis en examen pour soupçons de prise illégale d’intérêts

Une première pour un ministre de la Justice en exercice : à l'issue de près de six heures d'interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR), Eric Dupond-Moretti a été mis en examen dans l'enquête sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat ce vendredi 16 juillet.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.37
partiellement nuageux
le 30/07 à 6h00
Vent
1.14 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
96 %

Sondage