Aides aux entreprises : "Il faut changer de braquet quitte à s’éloigner des règles budgétaires classiques" (A.Joyandet)  

Publié le 03/04/2020 - 14:32
Mis à jour le 03/04/2020 - 14:32

Alain Joyandet, sénateur de la Haute-Saône, souhaite les « prêts et subventions » soient combinés afin de sauver les emplois impactés par les mesures de confinement depuis le 17 mars dernier. 

Alain Joyandet ©Alexane Alfaro ©
Alain Joyandet ©Alexane Alfaro ©

Même si le sénateur reconnait une forte mobilisation des pouvoirs publics (adoption de la loi de finances rectificatives, 300 milliards d'euros de prêts bancaires, 1000 milliards décidés par l'Eurogroupe sans oublier le plan de soutien de la région), il affirme que pour affronter la crise il faut "aller beaucoup plus loin".

Combiner « prêts et subventions » pour sauver l'emploi

"Ces mesures restent largement insuffisantes, car elles représentent avant tout des prêts, des avances, des reports d’échéances…Elles chargent la dette des entreprises qui devront un jour payer pour le présent et pour le passé" explique Alain Joyandet qui indique qu'il "faut donc changer de braquet quitte à s’éloigner des règles budgétaires classiques, de leur rigueur et de leur orthodoxie".

Le sénateur affirme qu'il est "indispensable que la France (État, Régions…) prévoit des mesures complémentaires rapidement pour aller beaucoup plus loin et de façon beaucoup plus forte. Il faut que les mesures relatives aux charges fiscales ne soient pas uniquement des reports, mais plutôt des annulations pures et simples pour toute la période impactée par la crise sanitaire".

Concernant le rôle de la Région Bourgogne Franche-Comté, le sénateur estime que cette dernière doit "proposer un plan d’aides directes sous la forme de subventions exceptionnelles pour soutenir les opérateurs économiques de son territoire. (...) Pour financer son plan d’aide massif en direction des entreprises et de l’emploi, la Région pourrait sans aucune difficulté mobiliser une partie de son importante capacité d’investissement, par exemple souscrire un grand emprunt régional de 100 millions d’euros pour financer les aides directes aux entreprises, qui par ailleurs seraient inscrites dans le chapitre "Investissement" du budget régional. Cette initiative permettrait ainsi à la Région d’intervenir massivement dans le sens indiqué sans augmenter ses dépenses de fonctionnement", souligne-t-il en concluant : Sauver l’existant, c’est pour moi, la priorité des priorités « quoiqu’il en coûte ». 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Economie

Lip 1950 – 1975 : une collection de 220 montres aux enchères

La vente, orchestrée par la commissaire-priseur Astrid Guillon se déroulera le samedi 27 novembre 2021 à 14h  à la maison de ventes sise au 3n rue de la liberté. Cette vente aux enchères de plus de 220 montres Lip dont une trentaine de chronographes, datant pour la majorité des années 1950 à 1975, sera également retransmise en direct sur Drouot Live.

Des skateurs bisontins lancent une production de skates made in Franche-Comté !

Sept skateurs fondateurs et membres de l'association déjà bien connue à Besançon Fragile se sont associés pour lancer leur propre production artisanale de planches de skate l'été dernier. Aujourd'hui, 118 skates ont été fabriqués par leur soin dans le petit garage de la maison des parents de l'un des leurs à Dannemarie-sur-Crête. Rencontre avec Jonathan, dit Jésus et Romain, dit La Fusée…

Un nouveau réfectoire et un internat prévu en 2023 sur le site du lycée Victor Hugo à Besançon

Coût : 13,24 M€ • La première pierre du bâtiment de restauration commun aux lycées Victor Hugo et Tristan Bernard de Besançon a été officiellement posée ce jeudi 14 octobre 2021 par Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région en charge des lycées, Jean Broyer, le proviseur de Victor-Hugo et Yannick Poujet, adjoint chargé du quartier de Planoise. Les travaux devraient se terminer à la rentrée 2023.

L'hôpital St Jacques ne sera finalement pas vendu à Vinci

Le conseil de surveillance de l'hôpital du CHRU de Besançon a eu connaissance ce jeudi 14 octobre 2021 de l'arrêt des négociations avec l'opérateur Adim Vinci pour la vente de l'hôpital Saint-Jacques. La direction précise que le projet de vente "perdure" et que le calendrier de la remontée des activités sur le site de Jean-Minjoz est bien maintenu pour la fin d'année 2024.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.05
couvert
le 19/10 à 6h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
73 %

Sondage