Bars, restos, boîtes... : "On est tous dans la même galère, et si on ramait ensemble dans la même direction ?"

Publié le 21/04/2020 - 16:33
Mis à jour le 21/04/2020 - 19:01

De nombreuses patronnes et nombreux patrons de bars, discothèques et restaurants de Besançon s’unissent pour surmonter la crise économique liée au covid-19, qui ont le sait, sera difficile particulièrement pour les petits commerces. Une page publique a été créée mardi 21 avril sur Facebook : BBRBU – Bars Boîtes Restos de Besac Unis

©BBRBU/Page Facebook ©
©BBRBU/Page Facebook ©

Tout a commencé il y a quelque temps, sur un groupe de discussion privé. Plus d'une centaine de gérants de cafés, restaurants, discothèques ont échangé sur leur situation respective, leurs angoisses, leurs visions de l'avenir, mais aussi pour se donner quelques tuyaux pour s'entraider. Contacté ce mardi, l'instigateur de ce collectif informel, qui souhaite garder l'anonymat "pour ne pas se tirer la couverture", nous confie :

"on est en train de crier - au secours - tous ensemble."

Vers une page ouverte au public : Bars Boîtes Restos de Besac Unis (BBRBU) 

Ce groupe a fait naître une nouvelle page ouverte au public ce matin, Bars Boîtes Restos de Besac Unis (BBRBU), qui a pour but "de permettre aux patronnes, patrons, gérant(e)s de bars-discothèques et aux restaurateurs bisontins de s'exprimer, face à la crise économique qui accompagne l'épidémie de Covid-19 et dont ils sont déjà les victimes" est-il indiqué en haut de la page de BBRBU.

Sur cette page, les gérants de ce type de commerces publieront des informations notamment sur leur activité partielle (livraison, à emporter) et les opérations et moyens mis en œuvre pour soutenir les acteurs de ce secteur. Il y sera également relayé des initiatives, des liens utiles de la part de citoyens pour soutenir ces commerçants "moralement et économiquement". Des portraits de commerçants, mais aussi des opérations de communication y seront diffusées, sans oublier les rendez-vous virtuels à ne pas manquer notamment avec les cafés-concerts et autres bars de nuit.

"On est tous dans la même galère, et si on ramait ensemble dans la même direction ?"

Si certains secteurs supposent qu'ils rouvriront à partir du 11 mai (le gouvernement doit d'ailleurs s'exprimer à ce sujet dans quelques jours), les commerçants du service sont dans le flou le plus total. "On ne sait pas du tout quand on va rouvrir, la seule chose qu'on sait, c'est qu'on a la possibilité de s'endetter à hauteur de 25% de notre chiffre d'affaires, ce qui n'est pas un cadeau du tout, il y en qui ne pourront pas", souligne le commerçant que nous avons interrogé.

Un restaurateur du centre-ville, proposant des plats à emporter et en livraison, a décidé de redonner 10% de son chiffre d'affaires aux bars de sa rue. "Il y a des initiatives comme ça qui se créent, on se fait bénéficier de tout ce qu'on peut mettre en commun pour l'instant parce qu'on a tous bien conscience que nous sommes dans une merde noire", souligne l'instigateur de la page.

Le cri de ralliement de ce collectif étant : "On est tous dans la même galère, et si on ramait ensemble dans la même direction ?"

Une lettre ouverte à la mairie de Besançon

Le collectif BBRBU souhaite interpeller régulièrement les pouvoirs publics et les assureurs qu'ils soient locaux, départementaux, voire nationaux, par le biais de lettres ouvertes publiées sur la page et dans les médias. Une première lettre devrait être publiée mercredi 22 avril adressée à la mairie de Besançon pour lui demander d’actionner plusieurs efforts comme la suppression des taxes "terrasses" et des ordures ménagères, la mise en place en urgence de groupes de travail avec les commerçants pour "reconstruire le dialogue entre la mairie et les commerçants" précise notre interlocuteur. Et d'ajouter : "on n'entend personne, ni la mairie ni les candidats !"

"Si on n'a pas envie de voir les rues de Besançon telles qu'elles sont aujourd'hui en automne, il faut vraiment que la mairie y mette du sien et qu'elle se positionne clairement du côté des commerçants."

Selon Hervé Becam, vice-président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie sur RTL le 17 avril dernier, "40% des restaurants pourraient ne pas rouvrir leurs portes" au niveau national après le confinement. Il a également affirmé que "les aides de l’État ne "peuvent pas garantir la pérennité des entreprises". L’UMIH attend du gouvernement qu’il actionne plusieurs leviers, comme l’année blanche, soit une "annulation des charges sociales patronales et d’un bon nombre de charges fiscales qui pèsent sur les entreprises malgré qu’elles ne fassent pas de chiffres d’affaires".

Infos +

Suivre la page de BBRBU : www.facebook.com/BarsBoitesRetsoSdeBesacUnis

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Economie

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

En 2024, le salon Micronora fêtera ses 75 ans, ”l’heure du renouveau”

Thierry Bisiaux, président de Micronora et Fanny Chauvin, directrice de Micronora ont présenté mardi 26 avril 2024 la prochaine édition du salon des microtechniques Micronora qui se tiendra du 24 au 27 septembre à Micropolis à Besançon. Le thème de cette année : les microtechniques intelligentes. Déjà 90% des espaces exposants sont réservés…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.43
légère pluie
le 19/04 à 9h00
Vent
5.84 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
92 %