Bars, restos, boîtes... : "On est tous dans la même galère, et si on ramait ensemble dans la même direction ?"

Publié le 21/04/2020 - 16:33
Mis à jour le 21/04/2020 - 19:01

De nombreuses patronnes et nombreux patrons de bars, discothèques et restaurants de Besançon s'unissent pour surmonter la crise économique liée au covid-19, qui ont le sait, sera difficile particulièrement pour les petits commerces. Une page publique a été créée mardi 21 avril sur Facebook : BBRBU – Bars Boîtes Restos de Besac Unis

BBRBU
©BBRBU/Page Facebook

Tout a commencé il y a quelque temps, sur un groupe de discussion privé. Plus d'une centaine de gérants de cafés, restaurants, discothèques ont échangé sur leur situation respective, leurs angoisses, leurs visions de l'avenir, mais aussi pour se donner quelques tuyaux pour s'entraider. Contacté ce mardi, l'instigateur de ce collectif informel, qui souhaite garder l'anonymat "pour ne pas se tirer la couverture", nous confie :

"on est en train de crier - au secours - tous ensemble."

Vers une page ouverte au public : Bars Boîtes Restos de Besac Unis (BBRBU) 

Ce groupe a fait naître une nouvelle page ouverte au public ce matin, Bars Boîtes Restos de Besac Unis (BBRBU), qui a pour but "de permettre aux patronnes, patrons, gérant(e)s de bars-discothèques et aux restaurateurs bisontins de s'exprimer, face à la crise économique qui accompagne l'épidémie de Covid-19 et dont ils sont déjà les victimes" est-il indiqué en haut de la page de BBRBU.

Sur cette page, les gérants de ce type de commerces publieront des informations notamment sur leur activité partielle (livraison, à emporter) et les opérations et moyens mis en œuvre pour soutenir les acteurs de ce secteur. Il y sera également relayé des initiatives, des liens utiles de la part de citoyens pour soutenir ces commerçants "moralement et économiquement". Des portraits de commerçants, mais aussi des opérations de communication y seront diffusées, sans oublier les rendez-vous virtuels à ne pas manquer notamment avec les cafés-concerts et autres bars de nuit.

"On est tous dans la même galère, et si on ramait ensemble dans la même direction ?"

Si certains secteurs supposent qu'ils rouvriront à partir du 11 mai (le gouvernement doit d'ailleurs s'exprimer à ce sujet dans quelques jours), les commerçants du service sont dans le flou le plus total. "On ne sait pas du tout quand on va rouvrir, la seule chose qu'on sait, c'est qu'on a la possibilité de s'endetter à hauteur de 25% de notre chiffre d'affaires, ce qui n'est pas un cadeau du tout, il y en qui ne pourront pas", souligne le commerçant que nous avons interrogé.

Un restaurateur du centre-ville, proposant des plats à emporter et en livraison, a décidé de redonner 10% de son chiffre d'affaires aux bars de sa rue. "Il y a des initiatives comme ça qui se créent, on se fait bénéficier de tout ce qu'on peut mettre en commun pour l'instant parce qu'on a tous bien conscience que nous sommes dans une merde noire", souligne l'instigateur de la page.

Le cri de ralliement de ce collectif étant : "On est tous dans la même galère, et si on ramait ensemble dans la même direction ?"

Une lettre ouverte à la mairie de Besançon

Le collectif BBRBU souhaite interpeller régulièrement les pouvoirs publics et les assureurs qu'ils soient locaux, départementaux, voire nationaux, par le biais de lettres ouvertes publiées sur la page et dans les médias. Une première lettre devrait être publiée mercredi 22 avril adressée à la mairie de Besançon pour lui demander d’actionner plusieurs efforts comme la suppression des taxes "terrasses" et des ordures ménagères, la mise en place en urgence de groupes de travail avec les commerçants pour "reconstruire le dialogue entre la mairie et les commerçants" précise notre interlocuteur. Et d'ajouter : "on n'entend personne, ni la mairie ni les candidats !"

"Si on n'a pas envie de voir les rues de Besançon telles qu'elles sont aujourd'hui en automne, il faut vraiment que la mairie y mette du sien et qu'elle se positionne clairement du côté des commerçants."

Selon Hervé Becam, vice-président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie sur RTL le 17 avril dernier, "40% des restaurants pourraient ne pas rouvrir leurs portes" au niveau national après le confinement. Il a également affirmé que "les aides de l’État ne "peuvent pas garantir la pérennité des entreprises". L’UMIH attend du gouvernement qu’il actionne plusieurs leviers, comme l’année blanche, soit une "annulation des charges sociales patronales et d’un bon nombre de charges fiscales qui pèsent sur les entreprises malgré qu’elles ne fassent pas de chiffres d’affaires".

Infos +

Suivre la page de BBRBU : www.facebook.com/BarsBoitesRetsoSdeBesacUnis

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Banque alimentaire de Franche-Comté : une augmentation des demandeurs d’aide de 20% depuis septembre 2020

La prochaine grande collecte de la Banque alimentaire de Franche-Comté se déroulera les 27, 28 et 29 novembre 2020 dans tous les grands magasins de la région. Objectif : collecter des produits non périssables pour assurer les distributions en 2021 et assurer une demande de plus en plus importante… On en parle avec Michel Jeannin, chargé de communication de la Banque alimentaire de Franche-Comté.

Vers l’ouverture des commerces tous les dimanches à partir du 27 novembre et jusqu’à fin 2020 à Besançon ?

Les commerçantes et commerçants croisent les doigts pour que le président de la République annonce mardi 24 novembre la réouverture des commerces dès le 27 novembre… Et pour rattraper autant que possible le retard dû au deuxième confinement, à Besançon, l'Union des commerçants souhaite l'ouverture des magasins tous les dimanches jusqu'à la fin de l'année.

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

Economie

C’est en Bourgogne Franche-Comté que les dépenses contraintes sont les plus élevées selon une étude

À l’heure où la crise sanitaire a eu un impact considérable sur le pouvoir d’achat des Français avec une baisse de 0,5% en 2020, lesfurets, premier comparateur en ligne sur les dépenses contraintes, en partenariat avec CSA Research, lancent le premier Indice national des dépenses contraintes. Les résultats de cette étude, publiés le 23 novembre 2020, révèle que c'est en Bourgogne Franche-Comté que le budget des habitants est le plus important pour des dépenses contraintes...

"La Fabrique 4.0" : une unité mobile de formation aux métiers de l'Industrie

Opérationnelle depuis ce mois de novembre, la Fabrique4.0 est un camion aménagé qui  forme actuellement dix demandeurs d’emploi à la conduite d’installation de production. À partir de 2021, l’unité mobile prendra la route pour aller à la rencontre des jeunes dans les collèges et lycées de la région. Une quarantaine de dates sont programmés

Grupo Antolin Besançon réimplante ses activités sur Témis

Fournisseur à l'échelle mondiale de systèmes d’éclairage pour les constructeurs et équipementiers automobiles, le groupe Antolin - présent depuis 2012 à Besançon - à décidé de construire son usine 4.0 de plus de 21.000 m2 sur le technopole Témis à Besançon entre la rue Mantion et la Rocade. La livraison du bâtiment est programmée pour le printemps 2022.

Envie de shopping ? La liste des commerces qui proposent de la vente en livraison ou en "click & collect"

Click & Collecte - Livraison • maCommune.info vous propose pour ce deuxième confinement encore, une liste régulièrement mise à jour des commerces poursuivant leur activité en service à emporter ou en livraison à Besançon et dans le Grand Besançon... Faire ses achats de Noël dans les commerces pendant le confinement, c'est possible !

Sondage – Comptez-vous acheter un sapin de Noël cette année ?

Cette année, la fête de Noël se déroulera dans un contexte particulier de crise sanitaire, économique et sociale. Les Françaises et les Français ont-ils cœur à faire la fête (avec les gestes barrières) et décorer leur intérieur d'un sapin de Noël ? Et vous, comptez-vous acheter un sapin de Noël cette année ? C'est notre sondage de la semaine…
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.38
couvert
le 25/11 à 15h00
Vent
1.21 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
46 %

Sondage