Cinquième vague : "un impact phénoménal" sur la cellule Covid de la CPAM du Doubs

Publié le 06/01/2022 - 18:40
Mis à jour le 07/01/2022 - 16:00

Testé positive et souffrant assez lourdement de la Covid-19 depuis le 26 décembre dernier, Carine, une Bisontine de 52 ans, dit n’avoir jamais reçu le moindre contact de l’Assurance maladie afin de lui transmettre la liste des cas-contacts et bénéficier d’un arrêt de travail. Submergée par la 5e vague de l’épidémie, la CPAM du Doubs s’explique.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Après avoir passé un moment entourée de sa famille le 26 décembre, Carine, doublement vaccinée et attendant son rendez-vous pour la troisième dose, est encore aujourd'hui malade de la Covid-19. Elle souffre de maux à la poitrine et ressens des signes d'une pneumopathie diagnostiquée par son médecin généraliste. A part elle, tous les autres membres de sa famille ne sont pas vaccinés et certains avaient vraisemblablement des symptômes de la Covid-19.

Après avoir réalisé un test qui s'est avéré positif, Carine a bien reçu un SMS de l'Etat et de l'Assurance maladie, mais elle est surprise et se dit en colère de n'avoir reçu aucun appel de la Sécurité sociale pour continuer les démarches. "J'avais préparé ma liste de cas contacts, je les ai les contactés moi-même en attendant que l'Assurance maladie le fasse, mais rien, les cas-contacts n'ont rien reçu", affirme-t-elle. Non vaccinés, ses proches ont attendu le contact de l'Assurance maladie afin de pouvoir se faire tester gratuitement. Quant à Carine, chef d'entreprise, elle souhaitait obtenir un arrêt de travail.

"Un impact phénoménal" sur la cellule contact-tracing de la CPAM du Doubs

Comme toutes les caisses d'assurance maladie départementales de France, la cinquième vague de l'épidémie de Covid-19 a "un impact phénoménal sur l'activité" de la cellule de contact-tracing depuis décembre dernier, nous explique Jean-Luc Berger, responsable de la communication de la CPAM du Doubs, "les lignes ont été renforcées, mais pas suffisamment" pour répondre aux très nombreuses sollicitations des assurés.

L'organisme privilégie depuis le début de cette vague l'envoi de SMS aux assurés qui sont cas-contacts ou patients zéro pour leur indiquer la procédure à suivre. Ils sont également prévenus qu'ils seront contactés par téléphone, mais cet appel n'est plus devenu systématique. "Ca a été très compliqué en décembre", souligne Jean-Luc Berger.

40 téléconseillers mobilisés à la cellule de contact-tracing

Depuis le 3 janvier, plus aucun assuré n'est reçu à l'accueil de la CPAM du Doubs sans rendez-vous, comme lors de la première vague. Désormais, les personnes positives à la Covid-19 et les cas-contacts doivent se rendre sur le site Ameli.fr pour prendre un rendez-vous téléphonique en choisissant un créneau. Une fois validé, la CPAM s'engage à rappeler les assurés au rendez-vous choisi.

"Dans 99% des cas, on arrive à répondre aux demandes. Si ce n'est pas le cas, on reprend un rendez-vous physique avec l'assuré puisque nous accueillons uniquement les personnes sur rendez-vous", précise le responsable de la communication.

Actuellement et suite à un recrutement ce mois de janvier, 40 téléconseillers sont dédiés à la cellule contact-tracing de la CPAM du Doubs, soit 25 à 30 personnes mobilisées chaque jour pour répondre aux assurés, y compris pendant les week-ends.

Comment obtenir un arrêt de travail en cas de test positif ?

Toutes les informations concernant les arrêts de travail en cas de test positif et de symptômes sont expliquées sur www.ameli.fr/doubs.

Non vaccinés, comment se faire tester gratuitement ?

Dans le cas des proches de Carine qui ne sont pas vaccinés et qui ne souhaitent pas payer un test de leur poche (un test PCR est remboursé uniquement aux personnes vaccinées et personnes non vaccinées munies d'une ordonnance médicale), il semblerait qu'il existe une "tolérance" dans les pharmacies pour effectuer des tests antigéniques pris en charge à 100% dans certaines situations.

De plus, les personnes non vaccinées n'auront pas d'autotests s'ils ne sont pas déclarés cas-contact.

Où s'informer des dernières infos Covid ?

Jean-Luc Berger conseille à tous les assurés de se rendre régulièrement sur le site internet Ameli.fr pour connaître toutes les dernières informations à jour liées à l'épidémie de Covid-19 et aux règles d'isolement, sanitaires et administratives.

Uniquement pour des questions urgentes ou pour prendre rendez-vous, les assurés peuvent appeler le 36 46, mais la patience est de mise, la cellule étant encore aujourd'hui "débordée", souligne le responsable de la communication de la CPAM du Doubs.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Le CHU veut convaincre futurs internes de choisir Besançon pour étudier

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.4
légère pluie
le 24/05 à 9h00
Vent
2.22 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
91 %