Clinique Saint-Vincent : le traitement du cancer de la prostate « 3.0 »

Publié le 18/10/2019 - 13:30
Mis à jour le 27/10/2019 - 17:25

La clinique Saint-Vincent a développé depuis 2015 un traitement du cancer de la prostate par ultrasons qui cible les zones lésées. Et depuis septembre 2019, dans le cadre d’une étude, celui-ci peut être pris en charge par l’assurance maladie…

Le cancer de la prostate est le cancer le plus répandu chez l’homme. En France, il touche environ 70 000 personnes par an, essentiellement les hommes de plus de 55 ans. Arrivé à cet âge, il est conseillé d’effectuer régulièrement des dépistages.

PUBLICITÉ

« Sur le cancer de la prostate, on est passé en quelques années de l’âge de pierre à l’âge de bronze » présente le chirurgien urologue Pierre-Charles Henry.

Le dépistage aidé par l’IRM

Déjà dans son dépistage. Dans les esprits, le patient passe par le toucher rectal, une biopsie douloureuse, ou un test PSADes méthodes « imparfaites, souvent plus douloureuses et plutôt approximatives ».

Mais depuis deux ans, la clinique Saint-Vincent s’est dotée de « l’Uronav ». Cette machine, « unique en France », permet une biopsie « bien plus précise ».

Sa technologie permet de coupler une IRM, réalisée en amont, avec une échographie en temps réel. Le médecin, guidé par ce système, peut donc aller plus rapidement et directement sur la lésion suspecte, détectée par l’IRM.

Et ponctionner cet endroit exact afin de donner un diagnostic précis et moins douloureux – puisqu’avec moins de « tâtonnements ». Cette machine aura permis de réaliser 1000 biopsies, d'environ 15 minutes chacune, en deux ans de présence à la clinique Saint-Vincent.

Le traitement par ultrasons : pour moins d'incontinence et de perte érectile

Mais en plus du dépistage, le traitement du cancer de la prostate a lui aussi évolué. Jusque-là, la clinique mettait à disposition plusieurs techniques de traitement, en fonction de la gravité du cancer :

  • La surveillance active, si le cancer est peu agressif
  • La chirurgie (l’ablation de toute la glande) grâce au robot Da Vinci
  • La radiothérapie (chauffer la prostate aux rayons)
  • La radioactivité (injecter des pierres d’iodes)

C’est alors qu’en 2015, est arrivé « l’HIFU ». Une machine qui envoie des ultrasons pour chauffer à 100°C l’endroit précis atteint par les lésions, "plutôt que de traiter l'ensemble de la glande - voire de tout enlever.."

« Ce traitement, qui dure environ une heure, se fait pour 99% des cas en ambulatoire" et surtout, « il permet de minorer de façon très importantes les effets secondaires, tant sur la qualité érectile que la qualité urinaire" assure le Docteur Henry.

Petite anecdote, "un patient l'ayant reçu est même revenu en prétendant que c'était de l'arnaque, tant rien n'avait changé pour lui - aucun effet secondaire. Mais les tests l'ont assuré : son cancer avait bien reculé !"s'amuse le chirurgien.

Un traitement "à la carte"

« C’est une vraie révolution » sourit ce dernier. "Et depuis septembre 2019, dans le cadre du protocole national PERFUSE, ce traitement est pris en charge (par l'assurance maladie) dans notre centre. Et permet aux patients d'accéder à cette technologie" se réjouit-il.

De quoi assurer "un traitement à la carte selon les envies du patient'"entre les différentes techniques proposées à la clinique Saint-Vincent. Attention toutefois : "parfois, selon la gravité ou l'agressivité du cancer, il n'est pas possible de traiter localement avec l'HIFU. On espère atteindre 20% des traitements via cette technique d'ici quelques années" conclut le docteur Henry.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide à Nans-Sous-Sainte-Anne : un appel au soutien du maire devant le tribunal administratif ce jeudi à Besançon

Le maire de Nans-Sous-Sainte-Anne Emmanuel Cretin, a publié un arrêté anti-pesticide en octobre 2019 voté au conseil municipal à l'unanimité. Le préfet du Doubs a très rapidement saisi le tribunal administratif de Besançon. Le maire de la petite commune est convoqué par le juge des référés le 14 novembre prochain…

Une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Suite à l'appel à la grève nationale de l'Union syndicale des associations d'infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d'Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s'est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

#MoisSansTabac : l’ANPAA mobilisée en Bourgogne-Franche-Comté pour aider les fumeurs à « relever le défi »

Pour la quatrième année consécutive, les équipes de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) sont mobilisées en Bourgogne- Franche-Comté pour l’opération Moi(s) sans tabac qui se déroule tout au long du mois de novembre 2019. Cette opération encourage tous les fumeurs, "à travers une approche positive et collective", à relever le défi d’un arrêt du tabac pendant au moins 30 jours.

Pollution de l’air : une journée européenne du radon

Le 7 novembre 2019 est la journée européenne consacrée au radon. Cette journée, instaurée le jour de l’anniversaire de la naissance de Marie Curie, a pour objectif de sensibiliser le public sur un polluant de l’air intérieur, "seconde cause de cancer du poumon après le tabac et avant l’amiante", indique ATMO Bourgogne Franche-Comté.

« Pour défendre notre système de santé », un rassemblement devant l’ARS à Besançon le 14 novembre 2019

Les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales CFDT, CGT, Solidaires ( ou SUD) et UNSA du Doubs appellent à un rassemblement de tous les salarié-es et usag-è-r-e-s pour jeudi 14 novembre 2019 pour défendre notre système de Santé et d’Action Sociale.

4ème édition du #MoisSansTabac : un village pour aller à la rencontre des fumeurs et de leur entourage

Le Ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France ont lancé la 4ème édition de #MoisSansTabac en partenariat avec l’Assurance Maladie. Depuis 2016, 580 982 inscriptions au grand défi de l’arrêt du tabac ont été comptabilisées, dont 23 290 en Bourgogne-Franche-Comté. Ce dispositif propose aux fumeurs un accompagnement au sevrage jour après jour. Ce rendez-vous annuel a débuté dès le mois d’octobre 2019 pour les participants, invités à s’inscrire via la plateforme dédiée

Le Pôle métropolitain Nord Franche-Comté, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et leurs partenaires s’engagent dans un contrat local de santé

Le Pôle métropolitain Nord Franche-Comté, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et leurs partenaires s’engagent pour la première fois dans un contrat local de santé (CLS) signé le 21 octobre 2019 à Montbéliard "pour mener des actions cohérentes et complémentaires déclinées au plus près des habitants."

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.44
couvert
le 15/11 à 0h00
Vent
1.46 m/s
Pression
996 hPa
Humidité
94 %

Sondage