Covid-19 : un nouveau tour de vis qui concerne toute la France…

Publié le 15/10/2020 - 17:29
Mis à jour le 15/10/2020 - 17:46

Commerces fermés de 21h à 6h dans neuf métropoles, attestations de déplacement et aides aux entreprises... Au lendemain de l'annonce choc d'un couvre-feu par Emmanuel Macron, le gouvernement a détaillé le tour de vis des nouvelles mesures prises pour lutter contre l'épidémie.

Après l’annonce du couvre-feu, Castex resserre la vis partout en France

A Paris et dans sa grande couronne, ainsi que dans les huit métropoles en niveau d'alerte maximale (Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne, Aix-Marseille, Rouen et Grenoble), "à 21H00, chacun devra être chez soi", a indiqué Jean Castex lors d'une conférence de presse, entouré de quatre de ses ministres.

Ces métropoles, qui concentrent 20 millions d'habitants, sont les plus touchées par la reprise de l'épidémie depuis la rentrée. Le gouvernement prévoit d'y instaurer un couvre-feu à compter de samedi, 0H00, "pour une durée minimale de quatre semaines", voire "au-delà, si le Parlement le valide".

"Nous traversons un moment inédit de notre histoire" qui est "appelé à durer encore plusieurs mois", a affirmé le Premier ministre, en soulignant la dégradation "nette et rapide" de la situation sanitaire.

L'épidémie a fait plus de 100 morts et 193 personnes ont été admises en réanimation en 24 heures, selon les derniers chiffres. Le Covid-19 a déjà fait plus de 32.000 morts en France.

Parmi les mesures "plus strictes" promises par le chef de l'Etat, Jean Castex a souligné que "tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés" entre 21h et 6h dans les zones de couvre-feu - à l'exception des "établissements de santé, médico-sociaux" ou encore les restaurants pratiquant la livraison à domicile.

D’autres zones pourraient passer sous couvre-feu si les données sanitaires se dégradaient selon Olivier Véran.

Six par table dans tous les restaurants de France

Par ailleurs, "tous les restaurants de France appliqueront le protocole sanitaire qui a été récemment renforcé et prévoit notamment la limitation à six du nombre de clients par table”, a annoncé le Premier ministre.

Autre tour de vis: "toutes les fêtes privées - comme les mariages ou les soirées étudiantes - qui se tiennent dans des salles des fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites", a-t-il décidé, alors que cette restriction s'appliquait jusqu'alors aux seules zones en alerte maximale. La mesure ne s'appliquera cependant pas ce week-end pour les mariages.

"Ce n'est pas quelque chose d'insupportable, c'est à notre portée", a affirmé M. Castex, en disant compter "sur le sens des responsabilités de chacune et chacun".

Un système d'attestation, similaire à celui mis en place lors du confinement du printemps, sera à nouveau institué avec une amende de 135 euros en cas d'infraction, a précisé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Les personnes qui rentrent ou vont travailler, invoquent un impératif de santé, doivent rendre visite à un proche en situation de dépendance ou promener leur chien pourront circuler munies de cette attestation. Les billets de train ou d'avion après 21h vaudront aussi dérogation.

Télétravail

Il est désormais demandé aux entreprises, et tout particulièrement à celles qui sont dans les zones où s’applique le couvre-feu, de définir un nombre de jours minimal de télétravail par semaine pour les postes qui le permettent”, a déclaré  la ministre du travail Élisabeth Borne.

 Taux d’occupation réduit dans les universités

"Les universités et établissements du supérieur appliqueront des règles d’occupation limitant à 50% la présence sur place des étudiants et l’occupation des lieux d’enseignement." Jean Castex

"Indemnité compensatrice"

Sur le plan économique, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a précisé que toutes les entreprises de moins de 50 salariés situées dans les zones de couvre-feu seront éligibles au fonds de solidarité, jusqu'à 1.500 euros si leur perte de chiffre d'affaires atteint 50 %.

Et pour les hôtels, cafés et restaurants, le fonds de solidarité jusqu'à 10.000 euros pourra être perçu en cas de perte de chiffre d'affaires d'au moins 50 %, et non plus 70 %.

Dès mercredi, le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, avait reconnu que se posera "très certainement la question du financement des mesures", en évoquant la possibilité d'amender le budget 2021 en cours d'examen au parlement.

De leur côté, les entreprises ont été invitées à définir "un nombre minimal" de jours de télétravail par semaine, tandis que dans la fonction publique, les administrations devront mettre en place une organisation permettant deux à trois jours de télétravail hebdomadaire.

"L'objectif, c'est de pouvoir continuer à avoir une vie économique; que les écoles, les lycées et les universités soient ouvertes, que nos concitoyens puissent travailler tout à fait normalement et qu'il puisse y avoir une vie sociale" même restreinte, avait justifié mercredi Emmanuel Macron.

A Paris, la maire PS Anne Hidalgo a indiqué qu'elle comptait engager des discussions avec la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, pour permettre aux "spectacles vivants" de se tenir et au public de circuler en dépit du couvre-feu. M. Castex n'a pas apporté de réponse sur ce point lors de la conférence de presse.

Sans surprise, les fédérations professionnelles du secteur hôtellerie-cafés-restauration (HCR) ont fustigé le couvre-feu, qui "équivaut à une refermeture des établissements". "On paralyse le pays parce qu'il manque de la place dans les hôpitaux", avait déploré mercredi le président de l'Association des médecins urgentistes de France, Patrick Pelloux.

"Pour soulager nos soignants et réduire le nombre de malades, la seule vraie stratégie possible, c'est le freinage de l'épidémie", a répliqué jeudi le chef du gouvernement, qui a annoncé que les personnels soignants renonçant à leurs congés annuels "dans les prochaines semaines", à commencer par les vacances de la Toussaint, recevront une "indemnité compensatrice" de 110 à 200 euros brut par jour.

Alors que la crise fait basculer dans la pauvreté des centaines de milliers de personnes supplémentaires, M. Castex a aussi indiqué qu'"une prime de 150 euros sera versée" à chaque personne bénéficiant du revenu de solidarité active (RSA) et de l'ASS (allocation solidarité spécifique), augmentée de 100 euros par enfant. Les bénéficiaires de l'aide personnalisée au logement (APL) toucheront uniquement les 100 euros par enfant, selon Matignon.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Sondage – Respectez-vous la « règle de 6 » personnes maxi à table chez vous ?

SONDAGE • Parmi les nouvelles règles à respecter pour limiter la propagation de la Covid-19, le président de la République recommande la "règle de 6", c'est-à-dire de ne pas être plus de 6 personnes lors de rassemblements chez soi notamment lors de repas. Et vous, respectez-vous cette règle à la maison ? C'est notre sondage de la semaine...

Forte dégradation sanitaire dans le Jura : le préfet prend de nouvelles mesures 

Le centre et le sud du département du Jura sont particulièrement touchés par une "reprise extrêmement forte de l’épidémie de la Covid-19" dans le département avec une part de personnes âgées toujours plus importante dans les cas positifs et forte montée en charge de la pression hospitalière. C'est pourquoi, le préfet du Jura a décidé de renforcer les mesures dans le cadre de l'État d'urgence sanitaire comme  la fermeture des débits de boissons  à 22h dans 24 communes du Haut-Jura Saint-Claude.

Rebond de l’épidémie de Coronavirus : « Il nous reste trois semaines pour agir »

Suite aux annonces gouvernementales, le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a précisé l'application locale émanant du décret instaurant l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre 2020. Masques, rassemblements festifs, interdiction des soirées étudiantes, visites sur rendez-vous dans les Ehpad, registre pour les restaurants... : voici les mesures actuelles et à venir pour ralentir la circulation du virus et éviter un couvre-feu.

« Le monde hospitalier ne veut absolument pas déprogrammer massivement ! » (Pr Limat – CHU de Besançon)

INTERVIEW • En vue d'une éventuelle seconde vague de l'épidémie à Besançon, le CHU se prépare. Toutefois, le Professeur Samuel Limat, président de la commission médicale d’établissement (CME), insiste sur le fait que si elle devait se produire, les conditions seraient totalement différentes par rapport au printemps en terme de capacité à adapter le système hospitalier, comme sur le sujet de la déprogrammation d'opérations. Il appelle la population à respecter les gestes barrières "le seul traitement prophylactique efficace que l'on ait" contre la Covid-19.

L’aménagement des échéances fiscales et sociales pour les entreprises affectées par la crise sanitaire

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes Publics, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, ont échangé mardi 13 octobre 2020 avec les acteurs économiques sur les différents dispositifs de soutien aux entreprises, notamment en matière d’échéances fiscales et sociales.

Le Covid-19 pourrait aussi rendre sourd

Une perte auditive soudaine et permanente, bien que rare, pourrait être liée au Covid-19 chez certaines personnes, préviennent des médecins en signalant "le premier cas" britannique dans la revue BMJ Case Reports.

Covid-19 : et si la réouverture des discothèques permettait de limiter la propagation du virus ?

C'est une question qui peut surprendre et qui, en réalité, a toute sa légitimité à être posée en ces temps difficiles pour les libertés de chacune et de chacun, de crise économique, d'inquiétude, de santé publique… Nous nous sommes donc penchés sur cette question soulevée par la communauté des gérants de discothèques.

Politique

Rebond de l’épidémie de Coronavirus : « Il nous reste trois semaines pour agir »

Suite aux annonces gouvernementales, le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a précisé l'application locale émanant du décret instaurant l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre 2020. Masques, rassemblements festifs, interdiction des soirées étudiantes, visites sur rendez-vous dans les Ehpad, registre pour les restaurants... : voici les mesures actuelles et à venir pour ralentir la circulation du virus et éviter un couvre-feu.
EN DIRECT | Conférence de presse sur les mesures de lutte contre la COVID-19.

EN DIRECT | Au lendemain des annonces du président de la République, je m’exprime sur l’application des mesures destinées à lutter contre la COVID-19.

Publiée par Jean Castex sur Jeudi 15 octobre 2020

Covid-19 : un nouveau tour de vis qui concerne toute la France…

Commerces fermés de 21h à 6h dans neuf métropoles, attestations de déplacement et aides aux entreprises... Au lendemain de l'annonce choc d'un couvre-feu par Emmanuel Macron, le gouvernement a détaillé le tour de vis des nouvelles mesures prises pour lutter contre l'épidémie.

Jusqu’à 1000 euros de primes Covid attribuées par le conseil départemental du Territoire de Belfort

Le Département du Territoire de Belfort a connu, en cette année 2020, une crise sanitaire inédite et inattendue. Le président du conseil départemental du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, a choisi d’attribuer des primes exceptionnelles aux agents ayant œuvré pendant le confinement. L’attribution de ces primes a été votée à l’unanimité à l’occasion de la séance publique du conseil départemental de mercredi 14 septembre 2020.

Report des régionales ? B. Retailleau réclame une décision fin 2020, A. Genevard invite à être « imaginatif »

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, attaché au "respect du calendrier électoral", a demandé mercredi 14 octobre 2020 qu'une décision soit arrêtée en "fin d'année" ou "tout début" 2021 sur un éventuel report des élections régionales et départementales à cause de la crise du Covid-19. De son côté, la députée du Doubs et vice-présidente LR de l'Assemblée nationale Annie Genevard déclare qu'il est encore trop tôt et met en garde contre de "possibles calculs politiciens" de la majorité présidentielle derrière un éventuel report.

« La lutte contre le capital et le patronat va continuer » : la phrase qui met en émoi la classe économique et politique de Besançon….

Polémique • Tout est parti de la conférence de presse donnée pour l'inauguration de la banderole "À bientôt j'espère" le 9 octobre 2020. Aline Chassagne a été épinglée pour une de ses citations, créant ainsi la polémique au sein de la classe politique et économique. L'adjointe à la culture de Besançon s'est expliqué lors du dernier conseil municipal...

Bourgogne Franche-Comté : l’équipe de campagne France insoumise prend la résolution de lutter « par tous les moyens possibles » contre les néonicotinoïdes

L’équipe régionale de campagne de la France insoumise pour les élections départementales et régionales s’est réunie mercredi 7 octobre 2020. Dans un communiqué du 10 octobre, elle annonce prendre acte du vote du 6 octobre 2020 à l’Assemblée nationale autorisant l’utilisation des néonicotinoïdes. Dans le même temps, l'équipe de campagne a adopté une résolution et propose à chaque citoyen de Bourgogne Franche-Comté de la signer.

Annie Genevard (LR) réélue première vice-présidente de l’Assemblée nationale

Jeudi 1er octobre 2020, à l’occasion de l’ouverture de la session ordinaire de ses travaux, l’Assemblée nationale a procédé au renouvellement annuel de son Bureau. Ainsi, hormis le président élu pour la législature, les postes des six vice-présidents, des trois questeurs et des douze secrétaires étaient à renouveler.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.43
nuageux
le 20/10 à 6h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
76 %

Sondage