Fusillade et trafic de drogue à Planoise : le parquet demande le renvoi de 27 personnes

Publié le 24/03/2022 - 08:25
Mis à jour le 26/03/2022 - 08:52

Étienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon a annoncé mercredi 23 mars 2022 qu’il allait demander le renvoi devant le tribunal de 27 personnes, dont huit mineurs, soupçonnés d’avoir pris part, sur fond de trafic de drogues, à des affrontements armés dans le quartier populaire de Planoise entre novembre 2019 et mars 2020.

Entre novembre 2019 et mars 2020, deux bandes rivales s’étaient affrontées pour le contrôle du trafic de stupéfiants de Planoise. Cette guerre de gangs avait donné lieu à 18 épisodes d’échanges de coups de feu, faisant plusieurs blessés et un mort de 23 ans. L’enquête portant sur cet homicide est toujours en cours.

Lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, a précisé qu'il s'apprêtait à demander au juge d'instruction le renvoi devant le tribunal correctionnel d'une des deux équipes de malfaiteurs, soit 27 personnes au total, à l'origine de cette "guerre de territoire" qui avaient fait une douzaine de blessés et un mort.

Celles-ci sont mises en examen pour "trafic de stupéfiants" et "association de malfaiteurs", ainsi que pour "tentative de meurtre" pour certaines. Si le magistrat instructeur suit les réquisitions, le procès pourrait se tenir en juin, a précisé le procureur.

Deux frères, qui étaient en détention au moment des faits, sont soupçonnés d'être "les commanditaires et les organisateurs principaux de la première équipe". "Les écoutes téléphoniques qui ont été faites ont permis de mettre en évidence que même au coeur de la détention ils étaient en capacité de diriger le trafic de stupéfiants",  expliqué Etienne Manteaux.

La seconde équipe, confondue notamment grâce au décryptage de téléphones Sky ECC souvent utilisés par les malfaiteurs, pourrait être jugée lors d'un procès distinct fin 2022.

Au total sur les deux équipes, 57 personnes ont donc été mises en examen mais "il est apparu qu'il était compliqué de juger autant de personnes lors d'une même audience correctionnelle", a souligné M. Manteaux ajoutant qu'"en terme de sécurité, compte tenu de l'antagonisme entre ces deux équipes, il était particulièrement inadapté de les juger ensemble".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Fusillade Planoise 25 décembre

Fusillade à Planoise : les réactions se multiplient…

Les réactions politiques se multiplient au lendemain de la fusillade dans le quartier Planoise de Besançon le jour de Noël . Des hommes cagoulés ont ouvert le feu sur un groupe avec des armes de type Kalachnikov, blessant gravement deux hommes de 30 et 31 ans et blessant plus légèrement un adolescent de 14 ans. Tous sont hors de danger. Le quartier sensible de Besançon est sous le feu des projecteurs et les réactions se multiplient, notamment à trois mois des élections municipales.

Fusillade à Planoise : Jacques Grosperrin se pose la question d’un couvre-feu…

Le sénateur LR du Doubs et premier soutien de Ludovic Fagaut dans la course à l’élection municipale de Besançon, estime que la fusillade le soir du 25 décembre 2019 à Planoise est le signe d’une situation « qui se tend encore plus de jour en jour ». Et pose clairement la question : faut-il instaurer un couvre-feu à Planoise ?

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.55
légère pluie
le 16/04 à 9h00
Vent
5.42 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
89 %