La France, premier pays anti-vaccins, selon une étude

Publié le 20/06/2019 - 14:53
Mis à jour le 20/06/2019 - 14:53

Un Français sur trois ne croit pas que les vaccins soient sûrs, selon une enquête mondiale publiée mercredi et qui fait de la France le pays le plus sceptique des vaccins parmi 144 étudiés.

 © dfuhlert
© dfuhlert

La France est aussi le seul pays où une majorité des gens interrogés (55%) se dit persuadée que la science et les technologies vont mener à des suppressions d'emplois dans leur région. L'étude réalisée par l'institut de sondage américain Gallup pour l'ONG médicale britannique Wellcome est la première du genre: 140.000 personnes de plus de 15 ans, dans 144 pays, interrogées l'an dernier sur ce qu'ils pensent de la science, des professionnels de santé et des vaccins.

Les habitants des pays riches font le moins confiance aux vaccins, particulièrement en Europe et en France, un phénomène à mettre en parallèle avec le développement du sentiment anti-vaccins, considéré comme l'un des facteurs du retour de la rougeole dans certains pays développés dont la France et les Etats-Unis.

Le sentiment ne se concrétise toutefois pas forcément dans les faits, la couverture vaccinale étant à la hausse, selon le gouvernement français. Les Français semblent parallèlement se méfier particulièrement des institutions politiques et médiatiques. La moitié ne fait "pas beaucoup" ou "pas du tout" confiance aux journalistes, la deuxième plus haute proportion dans les pays de l'OCDE après la Grèce. La méfiance envers le gouvernement est aussi relativement élevée, selon Gallup.

Laisser-aller 

Sur les vaccins, l'écart est flagrant avec le Bangladesh ou le Rwanda, où la quasi-totalité de la population dit avoir confiance dans leur sûreté et leur efficacité. "Dans ces pays-là, il y a plus de maladies contagieuses, et leurs habitants voient sans doute ce qu'il se passe lorsqu'on n'est pas vacciné", explique à l'AFP Imran Khan, qui a mené l'étude pour Wellcome. "Alors qu'aux Etats-Unis et en France, lorsqu'on n'est pas vacciné, on a moins de risque de tomber malade, car les systèmes de santé sont plutôt bons, et quand on est contaminé, on risque moins de mourir".

Le chercheur appelle cela "l'effet de laisser-aller". Dans cette attitude de méfiance, la France est suivie par le Gabon, le Togo, la Russie et la Suisse. Le rejet est un peu moindre (19%) quand on demande aux Français s'ils croient les vaccins "efficaces". Un Français sur dix ne croit pas qu'il soit important de vacciner les enfants.

Cela correspond approximativement aux chiffres d'une étude publiée par l'agence sanitaire Santé publique France en avril, selon laquelle 91% des parents d'enfants de moins de deux ans considéraient que la vaccination était importante pour la santé des enfants (+5 points par rapport à juin 2018).

En général en France, les pouvoirs publics estiment que la couverture vaccinale progresse depuis le passage de trois à 11 vaccins obligatoires pour les enfants nés depuis 2018. 87% des enfants qui ont eu un an en 2018 sont vaccinés contre la rougeole.

L'enquête menée par Gallup, un institut de référence aux Etats-Unis, montre également que les pays plus religieux avaient plus tendance à croire aux apports positifs de la science. "Plus il y a de gens qui se déclarent religieux dans un pays donné, moins il y a de gens dans ce pays qui croient que religion et science sont en opposition", dit Imran Khan.

Quant à la crainte que les robots prennent les emplois des humains, particulièrement forte en France, le rapport émet une hypothèse: "La mauvaise performance de l'économie française ces dernières années est peut-être un facteur contribuant à ce sentiment."

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.94
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
1.45 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
96 %