L’ARS Bourgogne-Franche-Comté suspend l’activité du centre Proxidentaire de Belfort

Publié le 07/07/2021 - 14:21
Mis à jour le 07/07/2021 - 14:21

Un mois après le centre de Chevigny-Saint-Sauveur, en Côte-d’Or, l’ARS Bourgogne-Franche- Comté suspend à compter de ce 7 juillet et pour deux mois, l’activité du centre Proxidentaire installé à Belfort. « Divers manquements à la qualité et à la sécurité des soins ont également été constatés », précise l’Agence.

L’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté suspend totalement l’activité du centre Proxidentaire, à Belfort. La décision signée du directeur général de l’Agence a été notifiée au centre ce mercredi 7 juillet. Cette mesure, assortie d’une mise en demeure de la direction de remédier aux manquements constatés dans un délai de 2 mois, fait suite à une inspection conduite le 1er juillet dernier.

L’enquête sanitaire a révélé "divers manquements notamment relatifs à la formation de certains personnels, aux règles d’hygiène et de prévention du risque infectieux, et portant atteinte à la sécurité des soins prodigués et à la sécurité des patients", nous rapporte-t-on. Ces défauts ont été relevés, alors même que l’association, qui gère également le centre Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur, dont l’activité a été suspendue le 9 juin, s’est engagée à des mesures correctives de mises en conformité.

Deux mois pour remédier aux dysfonctionnements

La décision de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté implique qu’aucun soin ne peut plus être dispensé au centre dentaire de Belfort, tant que le gestionnaire n’aura pas remédié aux dysfonctionnements relevés et donc dans un délai maximum de 2 mois.

Les mesures prises par le centre dentaire seront contrôlées sur site par l’ARS avant toute réouverture éventuelle. "Il appartient au directeur du centre d’assurer immédiatement l’information des patients, de les orienter vers un praticien ou un centre dentaire de leur choix, et de transmettre aux chirurgiens-dentistes choisis toutes les indications utiles à la poursuite d’éventuels traitements et soins en cours", explique l'Agence.

En cas de difficulté particulière pour la continuité de leurs soins, ces personnes peuvent contacter la plateforme d’appels de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté au 0 808 807 107, du lundi au vendredi, de 8h30 à 12 heures et de 13h30 à 17 heures.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.74
nuageux
le 14/08 à 6h00
Vent
0.81 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
59 %

Sondage