Soleil : les principaux conseils pour se protéger

Publié le 02/08/2018 - 14:10
Mis à jour le 02/08/2018 - 14:14

En cette période estivale de canicule, on achète des crèmes solaires ou un chapeau pour éviter les coups de soleil…Ou alors on s’installe en bikini sur sa serviette de plage à la gare d’Eau de Besançon… Mais comment bien se protéger ? Le soleil est-il notre ami ou notre ennemi ? C’est la question que maCommune.Info a posé à Hervé Van Landuyt, dermatologue à Besançon.

dsc_8094.jpg
©

maCommune.Info : Le soleil est-il notre ami ou notre ennemi ?

Hervé Van Landuyt : "C’est notre principal ami mais nous avons trop changé notre comportement solaire depuis une trentaine d’année. Le principal problème c’est que l’on a fait croire que le bronzage c’était de s’allonger à la plage, lors de vacances au soleil. Le bronzage commence dès lors que nous sommes dehors. D’ailleurs plupart de nos patients gravement atteints font leurs cancers en Franche-Comté dans le cadre d’activité journalière, quotidienne et de loisirs. C'est le message que nous, professionnels de la peau, essayons de faire passer : le bronzage passif est dangereux.  Bouger, marcher par exemple avec des vêtements inadaptés (trop courts, pas chapeau, en débardeur) alors que la protection minimaliste c’est chemise chapeau peut entrainer, à terme un cancer de la peau".

La crème solaire est-elle une protection efficace ?

H.V.L : "La crème solaire est un complément et sert à lutter contre la réverbération. Le mot écran total a d’ailleurs été rayé des tubes depuis 2003 mais il encore dans la tête du public, et sur la figure de beaucoup d’enfants. Les fabricants, pourtant préviennent les consommateurs. Vous pouvez lire sur les produits : ne remplace pas les vétements et un chapeau, ne pas s’exposer entre 11h et 16h ou encore protéger vos enfants… La crème solaire est une protection contre tout ce qui est UV en rebond. Lorsque vous êtes sur du sable, des pierres mais aussi sur la terrasse de votre maison vous en récupérez.  Les ouvriers et paysans aussi".

Quel est le meilleur comportement à adopter ?

H.V.L : "C’est simple, dès que nous faisons des activités à l’extérieur, il faut porter des chemises amples et un chapeau à bord large et non une casquette. Éviter aussi de s’exposer entre 11 h et 16h. D’ailleurs nos anciens ne jardinaient jamais à ces horaires là contrairement aux nouvelles générations. Les pays sud se protègent plus que ceux du Nord et d’ailleurs les habitants développent moins de cancers. Ne pas oublier également que ce n’est pas parce qu’il ne fait chaud et beau que les rayons UV ne passent pas. Il faut tout de même se protéger. La Franche-Comté est la zone où il y a le plus de cancer de la peau en France. Ce n’est pas à cause des expositions ponctuelles à la Gare d’Eau. C’est surtout dans le Haut Doubs, dans le Haut Jura, en zone d’altitude. Travailler à 1 000 mètres d’altitude dans un champ est plus dangereux que de lézarder à la plage".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Ski : le président de la station de Métabief préfère penser aux soignants qu’aux loisirs

Jean Castex, le Premier ministre avait confirmé l'ouverture des stations de ski, mais la fermeture des remontées mécaniques après l'allocution du chef de l'État le 24 novembre dernier. Après l'arrivée des premiers flocons dans le Doubs le 1er décembre 2020, nous avons contacté Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d'Or, vice-président du département et maire de Frasne pour connaître son avis sur le sujet...

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.03
couvert
le 04/12 à 0h00
Vent
7.66 m/s
Pression
991 hPa
Humidité
50 %

Sondage