Alerte Témoin

Les produits ménagers industriels contribuent à polluer l'air intérieur

Publié le 12/04/2019 - 08:38
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:42

Pour diminuer la pollution de l'air intérieur, mieux vaut se passer de produits ménagers industriels, composés de "substances toxiques" affirme ce vendredi 12 avril 2019  le magazine 60 Millions de consommateurs.

produit ménager
pxhere © CCO

Pour diminuer la pollution de l’air intérieur, mieux vaut se passer de produits ménagers industriels, composés de « substances toxiques » affirme vendredi le magazine 60 Millions de consommateurs et favoriser des produits « faits maison » rapporte une étude de l’Ademe.

Nettoyants, désodorisants, sprays... 60 Millions de consommateurs a étudié dans son hors-série la composition de 60 produits ménagers parmi les plus vendus, en se basant sur la lecture de leur étiquette et de leur fiche de données de sécurité réglementaire. Son verdict: "ils se révèlent toxiques et polluants". "Beaucoup contiennent une ou plusieurs substances toxiques, nuisibles à notre santé ou à l'environnement", écrit-il en préambule, les accusant d'être les "principaux responsables" de la pollution de l'air intérieur.

De leur côté, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ont analysé une trentaine de produits, et testé en condition réelle une dizaine, 6 manufacturés et 4 "faits maison".

Les produits industriels émettent beaucoup plus de composés organiques volatils (COV), de minuscules poussières dont certaines sont classés cancérigènes possibles, comme l'acétaldéhyde, ou avérés, comme le formaldéhyde. "Les produits manufacturés ont davantage de produits chimiques, donc ils vont dégager un cocktail de molécules plus grand" explique à l'AFP Isabelle Augeven-Bour, ingénieure qualité de l'air à l'Ademe. Mais "dans les conditions d'utilisation normales, en respectant les quantité du fabriquant et en aérant, il n'y a aucun problème", tempère t-elle.

Importante précaution pour les produits "faits maison": limiter les huiles essentielles. "Plus il y en a, plus les émission de COV augmentent. Deux-trois gouttes suffisent!", prévient Isabelle Augeven-Bour. 60 Millions de consommateurs cible également les isothiazolinones, des conservateurs qui doivent tuer les micro-organismes à leur contact. Présents dans 67% des produits, "ils se révèlent extrêmement allergisants".

Sur les 60 produits testés, aucun n'est classé comme vertueux, neuf contiennent des substances "nocives", émettant plusieurs "substances toxiques".

"Il faut aussi regarder le rapport coût/bénéfice. Pour avoir une certaine efficacité en désinfection, on doit avoir certaines substances actives présentes", relève auprès de l'AFP Sonia Benacquista, responsable des affaires techniques et réglementaires à l'Afise, le syndicat des produits d'hygiène industrielle.

 "Nutriscore" des produits ménagers

Pour mieux visualiser sur l'étiquette la qualité d'un produit, "60 Millions" propose un "Menag'score" qui classerait les produits de A à E en fonction de la quantité de ces substances nocives sur le même principe que le nutri-score ainsi que la liste complète des composants.

"Pour les détergents, il y a déjà une obligation de mettre les ingrédients sur internet. Il nous semble plus important de mettre sur l'étiquette des informations pratiques sur l'utilisation plutôt que la composition entière avec des noms de produits chimiques qui n'ont pas forcément du sens aux consommateurs", réplique Christelle Henry, directrice développement durable de l'Afise.

Les conseils pratiques comme aérer une pièce avant de l'occuper, ne pas y fumer sont aussi donnés par "60 Millions", qui rappelle que l'air intérieur est sept fois plus pollué que l'air extérieur.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Résidus de pesticides dans l’air en Bourgogne Franche-Comté : « la ville n’échappe pas aux pesticides »

ETUDE • Une campagne nationale de mesures des résidus de pesticides dans l’air a été réalisée en partenariat avec l’Anses, l’Ineris et Atmo France, la fédération des associations agréées pour la surveillance de la qualité de l’air, dont Atmo Bourgogne-Franche-Comté fait partie. Les résultats ont été dévoilés jeudi 2 juillet 2020...

Deux médecins du CHU reçoivent une bourse de recherche de l’association Le Don du Souffle

Chaque année depuis 2010, l'association Le Don du Souffle offre une bourse destinée à financer des projets de recherche dans ses domaines d'intérêts : pathologies aigues ou chroniques, maintien à domicile, interfaces ville-hôpital, qualité des soins. Son Comité d'étude et de réflexion scientifique et médicale (CERSM), présidé par le Professeur Georges Mantion, a attribué la bourse de recherche 2019 à deux médecins du CHU de Besançon : le docteur Romain Chopard et le docteur Nicolas Marh.

Coronavirus : quelle situation début juillet en Bourgogne Franche-Comté ?

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du virus reste faible. Conséquence, le nombre de formes graves nécessitant une hospitalisation continue de baisser dans la région : 132 patients contre 1.380 au plus fort de l'épidémie dans les hôpitaux le 17 avril 2020. Début juillet, moins de 10 patients étaient en réanimation en lien avec le Covid-19. En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1.700 personnes sont mortes du Coronavirus.

Coronavirus : les derniers chiffres en Franche-Comté

Le nombre de patients hospitalisés souffrant de formes graves du Covid-19, le cumul des décès dans les hôpitaux ou le nombre de sorties d'hospitalisation. Voici les dernières données et statistiques liées à l'épidémie de Coronavirus dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

Covid-19 : la circulation du virus "faible" en Bourgogne-Franche-Comté

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du Coronavirus  est "toujours faible" en Bourgogne-Franche-Comté, mais le coronavirus reste présent indique l'agence régionale de santé qui invite à toujours respecter "scrupuleusement" les mesures de prévention. La moyenne des hospitalisations pour Covid-19, s’établit autour de deux entrées par jour en moyenne et  en dessous d’ une entrée par jour en réanimation.

Ligue 1 : un joueur de Dijon positif au coronavirus

Un joueur du club de Dijon a été testé positif au coronavirus, sans présenter de symptômes du Covid-19, et placé en quatorzaine, annonce vendredi le DFCO, tandis qu'à Marseille un joueur a été dépisté comme ayant "précédemment contracté la maladie", mais est "immunisé".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     9.37
    ciel dégagé
    le 07/07 à 0h00
    Vent
    1.07 m/s
    Pression
    1023 hPa
    Humidité
    97 %

    Sondage