L'intersyndicale des policiers du Doubs boycotte la commission hygiène, sécurité et conditions de travail

Publié le 27/11/2016 - 17:47
Mis à jour le 27/11/2016 - 22:48

"Depuis des mois, des années", à l’occasion des commissions hygiène et sécurité et des comités techniques des services déconcentrés, l'intersyndicale a tenté d’alerter les préfets et les directeurs départementaux successifs à propos de, "l’épuisement physique et nerveux des policiers, des conditions de travail déplorables (locaux à l’image du commissariat de Montbéliard, matériels, équipements) et du management archaïque (gestion des ressources humaines, manque de reconnaissance et de considération de la hiérarchie)", est-il indiqué dans un communiqué du 25 novembre 2016.

04PolicegendarmerieCRS003.JPG
©Alexane Alfaro

Pour les syndicats, voici les sujets qui demandent "une réponse concrète et rapide" :

  • amélioration des conditions de travail (locaux, matériel et équipements)
  • Révision des conditions de la légitime défense en commençant par un alignement sur les textes applicables en gendarmerie. La sécurité ne doit plus être hypothéquée par la crainte du Policier à sortir et à utiliser son arme.
  • Obtenir des réponses pénales adaptées et exemplaires en rapport avec la criminalité et la délinquance toujours plus violentes en général, et envers les agresseurs de policiers en particulier.
  • Alléger réellement la procédure pénale, mesure qui reste pour le moment dans l’effet d’annonce. La réalité montre au contraire un alourdissement continu de la procédure (cf la loi du 3 juin 2016, entrée en vigueur le 15 novembre 2016), accentuant toujours un peu plus la démotivation des enquêteurs. Le déséquilibre entre les droits des auteurs et les pouvoirs des policiers est désormais abyssal et les privent d’efficacité.
  • Prendre toute disposition afin que le travail des policiers ne soit plus remis en cause par certains magistrats défiants vis à vis des forces de l’ordre. L’erreur est humaine et les comportements fautifs restent exceptionnels dans le travail quotidien des policiers. A l’instar de ce qui se passe dans d’autres pays européens, la règle doit être la confiance vis à vis du policier.
  • Recentrer le Policier sur son cœur de métier en supprimant définitivement et sans condition les tâches indues.
  • Systématiser les patrouilles à 3 fonctionnaires, quel que soit le lieu, en privilégiant la sécurité au taux d’occupation de la voie publique et au nombre de patrouilles.
  • Mettre fin au management archaïque avec une hiérarchie qui connaîtrait enfin le métier de ses subordonnés et prendrait ses responsabilités en termes de gestion des ressources humaines (gestion des congés etc)
  • Revoir la politique de formation continue en habilitant tous les policiers aux armes (létales et non létales) disponibles dans leur direction d’emploi. Parallèlement, établir un programme d’acquisition de ces armes afin qu’elles soient disponibles en nombre suffisant.

L’intersyndicale Alliance Police Nationale, Synergie Officiers, SNAPATSI (CFE/CGC), Unité SGP/FO et FPIP ont donc décidé de boycotter la commission hygiène, sécurité et conditions de travail, ainsi que le comité technique des services déconcentrés de ce jour "afin d’exprimer leur mécontentement face au comportement de l’administration qui semble n’avoir découvert  que récemment les problématiques exposées depuis de nombreuses années, de manière récurrente par les syndicats. L’intersyndicale départementale apporte ainsi son soutien à la colère exprimée par les policiers."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Sondage – Pensez-vous qu’un couvre-feu dans le département du Doubs soit nécessaire pour limiter la propagation de la Covid-19 ?

De plus en plus de villes françaises doivent respecter un couvre-feu chaque soir de 21 heures à 6 heures pour limiter la propagation du virus et ainsi ne pas submerger les hôpitaux. Le département du Doubs pourrait subir cette mesure à partir de ce week-end : pensez-vous qu'il serait nécessaire pour limiter la transmission du virus ? C'est le sondage de la semaine...

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.74
légère pluie
le 28/10 à 3h00
Vent
4.92 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
92 %

Sondage