Pokaa, premier chien "renifleur de Covid" en Ehpad

Publié le 04/08/2021 - 09:47
Mis à jour le 04/08/2021 - 12:01

Une truffe affutée contre le Covid-19: depuis vendredi, Pokaa, golden retriever de deux ans, déploie son flair à l’Ehpad La Roselière de Kunheim (Haut-Rhin) pour y détecter les éventuels cas positifs. Une « première » en France dans une maison de retraite.

P

ensionnaire de cet établissement de la région de Colmar, Christophe Fritsch a déjà eu affaire aux tests Covid. L'an passé, cet ancien horticulteur de 85 ans a été frappé par le virus.

Il s'en est sorti mais quand on lui demande ce qu'il pense des tests menés par Pokaa, l'octogénaire ne cache pas sa préférence : "ça ne se compare pas. C'est très agréable (...) on comprime un petit morceau de tissu" sous l'aisselle et "au bout de 5 minutes, on retire. Un test PCR, c'est quand même plus compliqué..."

Manipulés avec des gants pour ne pas y imprimer une autre odeur corporelle, les échantillons imprégnés de sueur sont placés dans des sachets stériles, puis déposés dans des boîtes.

Le chien les renifle l'une après l'autre et s'assoit s'il détecte un cas positif. Un test PCR viendra ensuite confirmer ce que son flair aura détecté.

"Bluffant"

Ce que sa truffe aiguisée détecte, c'est la protéine "Spike", celle par laquelle le virus rentre dans les cellules pour les infecter, explique Alain Legrand, directeur général de Handi'chiens, association spécialisée dans l'éducation de chiens d'assistance pour personnes en situation de handicap, dont Pokaa est issu. Handi'chiens dispose de quatre centres d'éducation en France, dont un à Kunheim, accolé à La Roselière.

Lors des tests menés la semaine dernière au sein de l'Ehpad sur des échantillons de l'hôpital de Strasbourg, Pokaa a reconnu "à 100 %" les positifs et les négatifs, explique le Dr Pierre Kohser, médecin de La Roselière. "Assez bluffant..."

Capable de "repérer l'ensemble des variants connus", Pokaa score à "100 % sur les symptomatiques" et à "95 % sur les asymptomatiques", catégorie qu'il est crucial de repérer, poursuit M. Legrand. Chez ces derniers, il peut même "détecter le virus à peu près 48 heures avant les tests PCR".

Si l'idée de chiens détecteur de maladies (cancers, épilepsie...) n'est pas inédite - une expérience de détection Covid par des canidés a eu lieu en Corse en 2020 -, la nouveauté avec Pokaa, c'est qu'il est actuellement le seul chien renifleur de Covid "dans un Ehpad en France", explique Alain Legrand.

Une présence très utile, relève le Dr Kohser, car ce testing est "simple", très peu coûteux et "bien toléré" par les résidents, souvent atteints de troubles cognitifs comme Alzheimer et qui "se débattent quand on leur fait un frottis".

Les qualités olfactives de Pokaa, qui intervenait déjà dans une vingtaine d'Ehpad en tant que chien de médiation, sont le fruit d'une formation de "quatre semaines" à l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort pour y suivre la méthode Nosaïs-Covid19 du Pr Dominique Grandjean, explique Christelle Schreiber, éducatrice canine chez Handi'chiens.

Pokaa y a été formé avec deux autres chiens de l'association, précise Benoît Seewald, responsable du centre Handi'chiens de Kunheim. Pour l'heure, seul Pokaa exerce sa compétence Covid.

© Robert Kohler

"Sauver des vies"

Directeur de La Roselière et président de Handi'chiens, Robert Kohler est convaincu de l'utilité de ces tests en Ehpad où ils peuvent "sauver des vies". A l'image des autres Ehpad de France, La Roselière a été durement frappée par les deux premières vagues, avec "une surmortalité de 17 ou 18 personnes", témoigne le Dr Kohser.

Aucun cas n'a été détecté chez les résidents depuis décembre 2020, précise M. Kohler, qui envisage malgré tout de procéder à une "cartographie" virale en soumettant les 127 résidents et 110 membres du personnel, en grande majorité vaccinés, au flair de Pokaa. "Une série de tests toutes les deux ou trois semaines me paraît un calendrier opportun", pourquoi pas en incluant les visiteurs, glisse-t-il.

L'association, qui a financé la formation de ses trois chiens, aimerait désormais voir essaimer ce système dans d'autres établissements.

Impensable toutefois sans l'aide financière des pouvoirs publics : Handi'chiens, qui vit principalement de dons, ne peut pourvoir à la formation de ses 250 chiens, expliquent MM. Legrand et Kohler, pour lesquels un "appui des autorités de santé serait vraiment un plus".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

À Besançon, les Boucles Roses font don de 10.846€ à la Ligue contre le cancer

Le dimanche 2 octobre dernier, une marée rose de plus de 2.500 personne a envahi le Fort de Bregille de Besançon pour la bonne cause. À l'occasion du mois d'Octobre Rose, l'événement Trail et Rando des Boucles Roses s'est tenu avec au programme quatre parcours de 2, 6, 10 et 15 km, ce qui a permis de toucher un public de 0 à 99 ans.

La ville de Dijon accueillera le Téléthon 2022

François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon, en présence de Stéphanie VacherotT, conseillère municipale déléguée en charge du handicap et de l’inclusion, et Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’association AMF-Téléthon, a lancé lundi 14 novembre 2022 la mobilisation dijonnaise pour l’édition 2022 du Téléthon.

Doubs : deux " vendredis de la santé ", pilotés par l’ARS, se tiendront à Besançon et Pontarlier

Médecin traitant, continuité des soins, attractivité des métiers de la santé, prévention : autant de mots-clés évoquant les grands enjeux de la santé aujourd’hui pour les Français. Des défis qui sont aussi les points de départ d'une réflexion voulue par le président de la République dans le cadre du Conseil national de la refondation en santé. Ce CNR Santé ouvre une vaste concertation au plus près du terrain dans toutes les régions. En Bourgogne-Franche-Comté, elle se tient à partir du 18 novembre et jusqu’au 9 décembre.

Crise " sans précédent " au CHU de Besançon : le Collectif de défense de la santé du Doubs tire la sonnette d’alarme

Dans un communiqué du 13 novembre 2022, le CoDéS 25, Collectif de défense de la santé du Doubs, alerte la population et les pouvoirs publics sur "l’état de crise sans précédent" que subit le CHU de Besançon. Il affirme par la même occasion rejoindre l’appel lancé par Laurent Thinès, neurochirurgien et chef de service en Neurochirurgie et chirurgie de la douleur et du rachis au CHU de Besançon, membre des collectifs inter-hôpitaux, à "un sursaut citoyen pour ne pas accepter l’agonie du système de santé en France".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.09
couvert
le 29/11 à 18h00
Vent
1.3 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
92 %