Pour Eric Alauzet, "la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon"

Publié le 17/10/2019 - 18:39
Mis à jour le 18/10/2019 - 09:49

MUNICIPALE 2020 •

Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Partisocialistelogo.JPG

"Le PS ferme la porte à plus de 60 ans de socialisme éclairé à Besançon. Le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon. C’est la disparition du mouvement social-démocrate leader, ouvert, et tolérant qui a fait corps durant toute ces années avec sa ville et ses habitants.

Les grands anciens doivent se retourner dans leur tombe ; et leurs héritiers avoir quelques nuits agitées ! Ce choix de rejoindre la gauche passéiste, radicale et protestataire est acté. Je suis triste que le PS rallie celles et ceux qui n’ont cessé de le combattre et de le qualifier de social-traitre lorsqu’il gouvernait la France ; les frondeurs qui ont fracturé le parti pour l’abandonner ensuite ; le PC, fondateur du parti de gauche avec Jean-Luc Mélenchon ; le mouvement A gauche citoyens...

Pour avoir travaillé en toute loyauté et confiance avec lui, je sais que le PS a peu à voir avec cette gauche marxiste, centralisatrice et étatiste pour qui la gratuité des services et l’augmentation des impôts sont la solution à tout.

Comment ne pas s’interroger sur la cohérence d’un attelage aussi improbable, qui nous renvoie aux contradictions et aux divisions de l’époque lointaine du programme commun ? Face à cette tendance gauchisante, nous avons une droite ultra conservatrice et brutale, une droite sectaire, réactionnaire, soutien de Fillon-Wauquiez, anti-mariage pour tous et ultra libérale, pour qui la privatisation des services publics sera la priorité.

L’échiquier politique bisontin est enfin en place avec un bloc central, progressiste et porteur d’une écologie positive, celle que je défends et mets en œuvre depuis 30 ans, formé de Bisontins qui voudront une ville active et audacieuse, apaisée et qui rassemble, exemplaire et puissante dans la région Est, face à ceux à droite comme à gauche qui ont fait le choix des dérives clivantes et radicales.

Les Bisontins ont désormais leur destin en main avec un véritable choix de vie et de ville pour l'avenir.  Oui, les Bisontins sont face à un choix clair. C’est le projet municipal ouvert, équilibré, crédible,  en mouvement, que je porte avec tous les Bisontins d’horizons divers qui me soutiennent."

Éric Alauzet 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).

Anne Vignot pour taxer Amazon : elle « se trompe de combat » selon J-P Allenbach

La maire de Besançon Anne Vignot a signé une tribune dans laquelle responsables politiques, syndicaux, libraires et éditeurs appellent ) imposer une taxe exceptionnelle notamment sur les ventes d'Amazon lundi 16 novembre 2020. Pour Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté, Anne Vignot "se trompe de combat".

Les députés entament l’examen du texte controversé sur la « sécurité globale »

Police municipale, sécurité privée, "guerre des images" : les députés entament ce mardi 17 novembre 2020, l'examen d'une kyrielle de mesures sécuritaires portées par LREM dont l'encadrement controversé de la diffusion de l'image des policiers et gendarmes, ce qui fait bondir les défenseurs des libertés publiques.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.17
peu nuageux
le 23/11 à 21h00
Vent
1.18 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
95 %

Sondage