Procès Zepeda : "Narumi avait peur de lui", témoignent des amies de l'étudiante japonaise

Publié le 31/03/2022 - 11:48
Mis à jour le 31/03/2022 - 11:48

« Narumi avait peur de lui »: les amies japonaises de Narumi Kurosaki ont témoigné jeudi, au troisième jour du procès de Nicolas Zepeda, accusé de l’avoir assassinée à Besançon en 2016, revenant sur la relation compliquée entre l’étudiante japonaise et son ex-petit ami Chilien.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les jeunes femmes, qui étudiaient avec Narumi Kurosaki à Besançon lorsqu'elle a disparu début décembre 2016, ont été entendues dès 08H00 par la cour d'assises du Doubs, en visioconférence depuis le tribunal de Tokyo où il était 15H00. Lors d'une soirée fin novembre entre étudiants japonais, "Narumi a raconté qu'elle avait un problème avec son ex-petit ami (Nicolas Zepeda)" qui "avait piraté son compte Facebook" et la surveillait sur internet, a confié Kaori Nishida. "Même quand ils se fréquentaient, il y avait des problèmes similaires", a poursuivi la jeune femme aux longs cheveux noirs, en chemisier blanc. "Une fois séparée, Narumi avait peur de lui", selon elle.

A Besançon, Narumi Kurosaki était en couple avec un Français, Arthur Del Piccolo, mais Nicolas Zepeda "continuait à lui écrire et elle m'a parlé de son attachement persistant", a abondé Miharu Kimura. "Il lui avait dit qu'il viendrait la retrouver en France, elle ne savait pas quoi faire", a-t-elle assuré, "elle était très embêtée".

"Narumi était très sérieuse et, tout un coup, elle ne venait plus en cours".

Les étudiantes japonaises sont parmi les premières à s'inquiéter de sa disparition, survenue le 5 décembre 2016, et à signaler son absence: "Narumi était très sérieuse et, tout un coup, elle ne venait plus en cours". Ses amis reçoivent alors des messages étranges de sa part, mais ils soupçonnent vite que quelqu'un écrit à sa place.

Quelques jours après, lors de l'ouverture de sa chambre de la Cité U, Miharu Kimura remarque qu'il manque une valise, ainsi qu'une couverture: "J'ai eu le sentiment que quelque chose de lugubre était arrivé".

Chemise blanche et cravate ajustée, Nicolas Zepeda, qui a fermement contesté avoir tué l'étudiante japonaise dès le première jour du procès, a écouté très attentivement ces témoignages depuis le box des accusés. Son premier interrogatoire sur les faits, prévu à partir de 14H00 jeudi, devrait être un temps fort du procès. "Soyons optimistes, peut-être qu'on peut attendre de Nicolas Zepeda la vérité, et qu'il nous dise ce qui c'est effectivement passé avec Narumi", a déclaré mercredi à la presse l'avocat d'Arthur Del Piccolo, Me Randall Schwerdorffer.

Le Chilien de 31 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès doit se poursuivre jusqu'au 12 avril.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.2
nuageux
le 23/04 à 9h00
Vent
4.23 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
75 %