Procès Zepeda : "Narumi avait peur de lui", témoignent des amies de l'étudiante japonaise

Publié le 31/03/2022 - 11:48
Mis à jour le 31/03/2022 - 11:48

« Narumi avait peur de lui »: les amies japonaises de Narumi Kurosaki ont témoigné jeudi, au troisième jour du procès de Nicolas Zepeda, accusé de l’avoir assassinée à Besançon en 2016, revenant sur la relation compliquée entre l’étudiante japonaise et son ex-petit ami Chilien.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les jeunes femmes, qui étudiaient avec Narumi Kurosaki à Besançon lorsqu'elle a disparu début décembre 2016, ont été entendues dès 08H00 par la cour d'assises du Doubs, en visioconférence depuis le tribunal de Tokyo où il était 15H00. Lors d'une soirée fin novembre entre étudiants japonais, "Narumi a raconté qu'elle avait un problème avec son ex-petit ami (Nicolas Zepeda)" qui "avait piraté son compte Facebook" et la surveillait sur internet, a confié Kaori Nishida. "Même quand ils se fréquentaient, il y avait des problèmes similaires", a poursuivi la jeune femme aux longs cheveux noirs, en chemisier blanc. "Une fois séparée, Narumi avait peur de lui", selon elle.

A Besançon, Narumi Kurosaki était en couple avec un Français, Arthur Del Piccolo, mais Nicolas Zepeda "continuait à lui écrire et elle m'a parlé de son attachement persistant", a abondé Miharu Kimura. "Il lui avait dit qu'il viendrait la retrouver en France, elle ne savait pas quoi faire", a-t-elle assuré, "elle était très embêtée".

"Narumi était très sérieuse et, tout un coup, elle ne venait plus en cours".

Les étudiantes japonaises sont parmi les premières à s'inquiéter de sa disparition, survenue le 5 décembre 2016, et à signaler son absence: "Narumi était très sérieuse et, tout un coup, elle ne venait plus en cours". Ses amis reçoivent alors des messages étranges de sa part, mais ils soupçonnent vite que quelqu'un écrit à sa place.

Quelques jours après, lors de l'ouverture de sa chambre de la Cité U, Miharu Kimura remarque qu'il manque une valise, ainsi qu'une couverture: "J'ai eu le sentiment que quelque chose de lugubre était arrivé".

Chemise blanche et cravate ajustée, Nicolas Zepeda, qui a fermement contesté avoir tué l'étudiante japonaise dès le première jour du procès, a écouté très attentivement ces témoignages depuis le box des accusés. Son premier interrogatoire sur les faits, prévu à partir de 14H00 jeudi, devrait être un temps fort du procès. "Soyons optimistes, peut-être qu'on peut attendre de Nicolas Zepeda la vérité, et qu'il nous dise ce qui c'est effectivement passé avec Narumi", a déclaré mercredi à la presse l'avocat d'Arthur Del Piccolo, Me Randall Schwerdorffer.

Le Chilien de 31 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès doit se poursuivre jusqu'au 12 avril.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

La réclusion à perpétuité requise contre Nicolas Zepeda pour l’assassinat de Narumi Kurosaki

L’avocat général Etienne Manteaux a requis lundi devant la cour d’assises du Doubs la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Nicolas Zepeda, jugé pour l’assassinat en 2016 de Narumi Kurosaki, son ancienne petite amie japonaise dont le corps n’a jamais été retrouvé.

"Vous lui avez fait quoi à Narumi ?": Nicolas Zepeda nie et nie encore

Malgré les cris d’épouvante, les images d’un rôdeur qui lui ressemble et sa jalousie maladive, Nicolas Zepeda a continué mardi, au sixième jour de son procès, de nier avoir assassiné son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki à Besançon en  décembre 2016. La journée de mercredi sera consacrée à l’audition des parties civiles.

Justice

Un oligarque russe poursuit Crédit Suisse

L'oligarque russe Vitaly Malkin poursuit Crédit Suisse pour des pertes de 500 millions de francs suisses (491 millions d'euros) qu'un ancien conseiller financier de la banque lui aurait fait subir, selon le journal dominical Sonntagzeitung.

« Guerre de territoire » entre trafiquants à Planoise : 5 à 15 ans de prison requis

Le procureur a requis mercredi de 5 à 15 ans de prison à l'encontre des membres d'un clan soupçonnés d'avoir participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 et mars 2020, dans le quartier de Planoise à Besançon.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.74
couvert
le 29/06 à 9h00
Vent
2.01 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
6 %

Sondage