Retour à l'école le 11 mai : des syndicats de l'Académie de Besançon demandent son report

Publié le 18/04/2020 - 18:29
Mis à jour le 18/04/2020 - 16:52

Selon un communiqué commun des syndicats départementaux de l'Education nationale de l'académie de Besançon du samedi 18 avril, "les personnels de l'Éducation nationale sont inquiets et même en colère, choqués par cette annonce de reprise prématurée" des élèves de la maternelle au lycée lundi 11 mai. Les syndicats demandent son report.

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

Communiqué

Réouverture des écoles et des établissements le 11 mai : une décision hypocrite qui met à nouveau en danger les agents et les élèves de l’éducation nationale !

Les personnels de l'Éducation nationale sont inquiets et même en colère, choqués par cette annonce de reprise prématurée. Jean-Michel Blanquer a pourtant toujours indiqué que la date de reprise serait fixée en fonction de "l'évolution de la situation sanitaire" et de l’avis des "autorités sanitaires". Subitement, après l'intervention présidentielle, il n'en est plus question. Le gouvernement se découvre une inquiétude inédite pour l’aggravation des inégalités sociales. Voilà une piètre tartuferie, il s’agit bien entendu de répondre aux demandes du Patronat qui souhaite un retour là aussi précipité des salariés à la production.

Opposition de la communauté scientifique

Le président du Conseil scientifique a pourtant déclaré le 15 avril devant la commission des lois du Sénat que le déconfinement n’est réalisable qu’avec la disponibilité d'un nombre de tests de dépistage du virus suffisant et avec la mise en place d'un système de traçage des contacts des nouveaux cas identifiés. Système de traçage que la France n'aurait pas la capacité de mettre en place toujours selon le président du Conseil scientifique.

Le président du Conseil national de l'Ordre des médecins estime, lui, que cette décision d'ouverture n'est justifiée par "aucune donnée médicale", cela reviendrait à remettre le virus en circulation car les enfants sont des vecteurs potentiels et parce qu'il est très difficile en milieu scolaire de faire respecter les gestes barrières. Il préconise de "se concentrer sur la préparation de la rentrée de septembre, plutôt que de s'organiser dans l'urgence pour les 5 ou 6 semaines restantes".

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale indiquait le 12 avril que "le déconfinement devait être progressif tout en continuant à maintenir les écoles fermées", et cela, afin d'éviter "une deuxième vague épidémique".

La CGT continue à écouter les avis médicaux. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ces avis nous invitent à la prudence. Nous refusons de jouer la santé de la population à la roulette russe. C'est une chose trop sérieuse pour que le principe de précaution soit remplacé par une prise de risque contraire aux avis des scientifiques.

Un Ministre démuni

C’est dans ce contexte que la CGT Éduc’action a rencontré le ministre de l’Éducation le jeudi 16 avril et lui a demandé de communiquer les mesures sanitaires prévues par le gouvernement pour accompagner l’ouverture des écoles et des établissements scolaires. Le Ministre n’a apporté aucune réponse précise, et par conséquent personne ne sait :

- si le gouvernement sera capable de mettre en place une politique massive de tests (préconisation du président du conseil scientifique et de l’OMS...). Or il ne pourra y avoir de reprise sans dépistages systématiques des agents, des enseignants et des élèves avec des tests sérologiques qui, seuls, permettront de déterminer l'immunité d'une personne. D’ailleurs aujourd'hui aucun test sérologique n'est encore officiellement validé par les autorités.

- si les collectivités territoriales auront la capacité d’assurer tous les jours la désinfection des écoles, services et établissements scolaires, dans le respect de la santé de leurs agents ;

- si la fourniture des matériels de protection (gel hydroalcoolique, gants et masques de santé...) sera en quantité suffisante pour les agents et les élèves. Comment croire que tous les personnels, soit 1,1 millions de personnes, pourront être équipés en masques qui seront à renouveler car ils ont une durée limitée ? Sans compter que les 12 millions d’élèves eux-aussi se doivent d'être équipés.

- s’il est possible de garantir la diminution des effectifs par classe, pour permettre la distanciation sociale pour l’ensemble des niveaux et pour tous les lieux fréquentés par les élèves et les personnels ;
- s’il sera possible de prendre en compte la situation des personnels accompagnants pour lesquels cette distanciation n’est pas possible

Voilà pourquoi nous devons exiger le report de la réouverture au 11 mai.
Écoutons les autorités sanitaires compétentes et reconnaissons qu'aucune date de réouverture des écoles et établissements scolaires ne peut encore être annoncée !

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : baisse des contaminations et des hospitalisations en Franche-Comté

DERNIERS CHIFFRES • Selon les chiffres officiels de Santé publique France arrêtés le 28 avril, le nombre de contaminations à la Covid-19 continue légèrement de baisser, mais il reste très élevé et dépasse encore le seul d’alerte. En Bourgogne Franche-Comté, le nombre de hospitalisations et de réanimations a légèrement augmenté en une semaine : 1.125 personnes hospitalisées, 71 en réanimation.

Covid-19 : les hospitalisations et réanimations en légère hausse en Bourgogne Franche-Comté

DERNIERS CHIFFRES • Selon les chiffres officiels de Santé publique France arrêtés le 28 avril, le nombre de contaminations à la Covid-19 continue légèrement de baisser, mais il reste très élevé et dépasse encore le seul d’alerte. En Bourgogne Franche-Comté, le nombre de hospitalisations et de réanimations a légèrement augmenté en une semaine : 1.125 personnes hospitalisées, 71 en réanimation.

Covid-19 + grippe : un impact sur les hôpitaux de la région

Les derniers chiffres • En Bourgogne-Franche-Comté, la progression de l’épidémie s’est ralentie ces derniers jours, mais plus de 1.030 patients sont hospitalisés, c'est 50 de plus en une semaine. Le nombre de patients en soins critique n'augmente pas dans un contexte où la grippe saisonnière continue également d'impacter le système de santé régional.

Education

Ndiaye à l’Education : J-P Chevènement met en garde contre « l’enterrement » du bilan Blanquer

Jean-Pierre Chevènement, 83 ans, ancien ministre de l'Education nationale et soutien d'Emmanuel Macron à la présidentielle, a mis en garde lundi contre "l'enterrement de la politique mise en oeuvre par Jean-Michel Blanquer depuis cinq ans" après la nomination de Pap Ndiaye à la tête du ministère de la rue de Grenelle.

Bourgogne Franche-Comté : un dispositif d’accueil personnalisé à destination des étudiants ukrainiens 

Les étudiants ukrainiens bénéficiaires de la protection temporaire, dispositif mis en place par l’Union européenne, sont accueillis au sein des résidences du Crous Bourgogne-Franche-Comté qui a mis en place un accompagnement personnalisé de ces étudiants, a-t-on appris dans un communiqué du 5 mai 2022. A ce jour, 14 étudiants ukrainiens sont accueillis à Dijon.

Inclusion professionnelle par le sport : le Crédit Agricole Franche-Comté signe un partenariat avec l’Apels

Ce jeudi 28 avril, le directeur général du Crédit Agricole Franche-Comté, Franck Bertrand a signé officiellement un partenariat avec l’Agence pour l’éducation par le sport (APELS) afin de mettre en place un programme qui permettra “d’accompagner les jeunes, par le sport, jusqu’au monde du travail et leur donner des portes d’entrées vers des entreprises du territoire franc-comtois”.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.13
ciel dégagé
le 29/05 à 0h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
15 %

Sondage