UFC-Que Choisir décèle des substances "préoccupantes" dans 185 produits cosmétiques

Publié le 22/02/2016 - 18:25
Mis à jour le 23/02/2016 - 14:33

Dentifrices, déodorants, crèmes pour le visage, après-rasages, soins pour les cheveux… 185 produits cosmétiques courants contiennent des substances « préoccupantes » (allergènes, composés toxiques, perturbateurs endocriniens), selon l’UFC-Que Choisir qui appelle les consommateurs à ne plus les acheter. « Malgré les alertes répétées des toxicologues et des dermatologues, les fabricants n’ont toujours pas changé leurs pratiques« , affirme ce lundi 22 février 2016 l’association de défense des consommateurs qui propose une carte repère avec les douze substances les plus à risque à éviter.

 ©
©

Méthylisothiazolinone, éthylhexyl-methoxycinnamate, phénoxyéthanol...

Pour les allergènes, l'UFC-Que Choisir a recensé 62 produits, dont 55 contiennent de la méthylisothiazolinone (MIT), un conservateur allergisant dont l'interdiction dans les produits sans rinçage (lingettes pour bébés...) a été demandée par la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, à l'Union européenne. L'UFC-Que Choisir a en outre relevé pas moins de 101 produits contenant des perturbateurs endocriniens. Parmi eux, 44 recèlent un filtre UV (l'éthylhexyl-methoxycinnamate), "totalement inutile dans des eaux de toilette, des démaquillants ou des produits capillaires".

L'Oréal, Mixa, Nivea... les grands marques épinglées

Même les grandes marques sont épinglées : parmi les 26 produits contenant des "parabènes à longue chaîne", qui perturberaient le fonctionnement des hormones, "on trouve 3 produits de la marque Roc, 2 produits de chez L'Oréal, 2 produits Carrefour, 2 de Leclerc, ainsi que 17 autres marques courantesé". Des lingettes pour bébés des marques Bébé Cadum, Mixa, Nivea, Pampers, etc. contiennent un conservateur, le phénoxyéthanol, note aussi l'association. L'agence du médicament ANSM a recommandé en 2012 de ne plus utiliser ce conservateur dans les produits destinés à nettoyer les fesses du bébé et de réduire la teneur maximale à 0,4 % pour les enfants de moins de 3 ans.

Des mentions "hypoallergénique" contenant "l'allergène de l'année"

Les consommateurs ne peuvent même pas se fier aux mentions "faussement rassurantes", selon l'UFC. La mention "hypoallergénique" figure sur le lait de toilette "Mots d'enfants" de Leclerc, la "Crème pour le change" de Corine de Farme ou encore sur les nettoyants féminins "Physélia Intimate", alors que l'association dit avoir "relevé la présence dans ces produits de MIT", auquel des dermatologues ont décerné en 2013 la palme de "l'allergène de l'année". L'UFC-Que Choisir "recommande de ne plus acheter les produits contenant ces composés, notamment pour les usages les plus à risques (bébés, enfants, produits non rincés)" et appelle les consommateurs à "passer à l'action" et à lui signaler les produits indésirables

"Pas d'inquiétude" pour les fabricants

"Il n'y a aucune inquiétude à avoir concernant l'usage des produits cosmétiques présents sur le marché français", a réagi Anne Dux, directrice des affaires scientifiques et réglementaires de la fédération des entreprises de la beauté (Febea) dans un communiqué. Car les ingrédients utilisés dans les produits cosmétiques "font l'objet d'une évaluation scientifique indépendante par des experts européens" et la réglementation européenne en matière de sécurité des produits cosmétiques est "la plus exigeante" au monde, selon la Febea.

Les entreprises du secteur se sont notamment engagées dès décembre 2013 à retirer progressivement la MIT des produits non rincés, pour anticiper son interdiction par l'UE qui devrait intervenir dans les prochains mois, a rappelé la fédération.

"Notre système d'évaluation de la sécurité est très robuste, et tous nos produits et nos ingrédients ont été rigoureusement évalués avant leur mise sur le marché, toujours en pleine conformité avec la réglementation applicable", a déclaré de son côté L'Oréal.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.58
couvert
le 26/05 à 21h00
Vent
1.04 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
91 %