Vaccination : des soignants suspendus à Besançon se disent "en deuil"

Publié le 03/11/2021 - 18:28
Mis à jour le 03/11/2021 - 17:43

Dans un communiqué du 29 octobre dernier, un groupe de soignantes et soignants exerçant à Besançon et en Franche-Comté et suspendus de leurs fonctions suite à l’obligation vaccinale contre la Covid-19, dénoncent un « non-sens » des pouvoirs publics et une « dégradation accélérée du système de soin » en France.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Le 14 septembre, toutes les forces vives étaient encore présentes dans les différents services pour soigner leurs patients. Le 15 septembre, le quotidien est devenu une situation exceptionnelle. "Depuis 18 mois, nous avons fait ce que la France appelle l'effort de guerre. Nous sommes allés au front sans armes, sans visibilité, nous avons vécu une privation de soi, de nos familles, de nos proches, de notre vie... au bénéfice des autres", déclare le groupe de soignants. "Ces efforts, 100 fois nous les referions." 

"Nous étions attendus 24h avant, à nos postes pour travailler… le lendemain nous devenions l'ennemi public numéro 1 !"

Depuis le 15 septembre, les soignants ont pour obligation d'être vaccinés contre la Covid-19. Dans le cas contraire, ils sont suspendus, sans salaire. Certains, une minorité, ont choisi de ne pas être vaccinés. Ils se retrouvent aujourd'hui sans activité ni salaire. "À présent, qui prend soin de nous ?" se demandent les soignants signataires du communiqué. "Nous étions attendus 24h avant, à nos postes pour travailler… le lendemain nous devenions l'ennemi public numéro 1 !" déplorent-ils en dénonçant : "alors que l'hôpital a besoin de soignants, il nous suspend en pleine crise sanitaire ? Cette décision s'oppose totalement au concept du - prendre soin –." 

"En deuil"

Aujourd'hui, ces soignants se disent "en deuil" et appellent à "une prise de conscience" de leurs collègues soignants ainsi que du grand public.

Ils expliquent que "les suppressions de professionnels de santé, parfois en poste depuis de longues années, entraîne une perte des compétences au sein des structures au détriment de la qualité des soins" et "alors que le système de santé en France est déjà en flux très tendu depuis plusieurs années, il faut remplir des lits, coûte que coûte au détriment des patients. L'institution est devenue synonyme de rentabilité."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.92
nuageux
le 23/04 à 9h00
Vent
4.23 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
72 %