Vaccination : des soignants suspendus à Besançon se disent "en deuil"

Publié le 03/11/2021 - 18:28
Mis à jour le 03/11/2021 - 17:43

Dans un communiqué du 29 octobre dernier, un groupe de soignantes et soignants exerçant à Besançon et en Franche-Comté et suspendus de leurs fonctions suite à l’obligation vaccinale contre la Covid-19, dénoncent un « non-sens » des pouvoirs publics et une « dégradation accélérée du système de soin » en France.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Le 14 septembre, toutes les forces vives étaient encore présentes dans les différents services pour soigner leurs patients. Le 15 septembre, le quotidien est devenu une situation exceptionnelle. "Depuis 18 mois, nous avons fait ce que la France appelle l'effort de guerre. Nous sommes allés au front sans armes, sans visibilité, nous avons vécu une privation de soi, de nos familles, de nos proches, de notre vie... au bénéfice des autres", déclare le groupe de soignants. "Ces efforts, 100 fois nous les referions." 

"Nous étions attendus 24h avant, à nos postes pour travailler… le lendemain nous devenions l'ennemi public numéro 1 !"

Depuis le 15 septembre, les soignants ont pour obligation d'être vaccinés contre la Covid-19. Dans le cas contraire, ils sont suspendus, sans salaire. Certains, une minorité, ont choisi de ne pas être vaccinés. Ils se retrouvent aujourd'hui sans activité ni salaire. "À présent, qui prend soin de nous ?" se demandent les soignants signataires du communiqué. "Nous étions attendus 24h avant, à nos postes pour travailler… le lendemain nous devenions l'ennemi public numéro 1 !" déplorent-ils en dénonçant : "alors que l'hôpital a besoin de soignants, il nous suspend en pleine crise sanitaire ? Cette décision s'oppose totalement au concept du - prendre soin –." 

"En deuil"

Aujourd'hui, ces soignants se disent "en deuil" et appellent à "une prise de conscience" de leurs collègues soignants ainsi que du grand public.

Ils expliquent que "les suppressions de professionnels de santé, parfois en poste depuis de longues années, entraîne une perte des compétences au sein des structures au détriment de la qualité des soins" et "alors que le système de santé en France est déjà en flux très tendu depuis plusieurs années, il faut remplir des lits, coûte que coûte au détriment des patients. L'institution est devenue synonyme de rentabilité."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Bourgogne Franche-Comté : le Covid se replie, la grippe et la bronchiolite restent en phase épidémique

Si le Covid, la grippe et les bronchiolites amorcent un ralentissement dans la région en cette première semaine de l'année 2023, le niveau de circulation de ces virus reste élevé. Dans un communiqué du 6 janvier, l'ARS Bourgogne Franche-Comté appelle la population à contribuer à réduire la pression sur le système de santé, "avec les gestes simples de la vie quotidienne et la vaccination".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -3.32
couvert
le 27/01 à 0h00
Vent
2 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
95 %