Vaccins anti-Covid : manifestations à Besançon pour la levée des brevets

Publié le 11/03/2021 - 14:31
Mis à jour le 11/03/2021 - 14:31

Une trentaine de manifestants s'est rassemblée jeudi 11 mars à la mi-journée devant l'agence régionale de santé à Besançon pour demander la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid et la réquisition des entreprises nécessaires à leur fabrication.

 ©
©

"L’argent public ne doit pas servir à alimenter les profits des entreprises pharmaceutiques." Tel est le mot d'ordre de l'appel national pour demander la levée des brevets sur les vaccins anti-covid.

Une pétition "Brevets sur les vaccins, stop. Réquisition !"

Au niveau local, plusieurs organisations, syndicats, collectifs et partis ont décide de soutenir ce mouvement et appelle à signer la pétition. (Comité de Défense de la Santé Publique du Doubs, SUD Santé Sociaux 25, Solidaires 25, FSU, CGT Retraité.e.s, A Gauche Citoyens, la France Insoumise, Parti de Gauche, PCF, Ensemble !, NPA, AC, ATTAC)

"Les vaccins sont là, nous savons les produire, mais ils ne sont pas accessibles au plus grand nombre, parce que les laboratoires pharmaceutiques se réservent la possibilité de faire de gigantesques profits grâce aux brevets. Pourtant 8,2 milliards € ) d’argent public ont financé ces recherches à l’échelle de la planète."

Ce 11 mars, pour la date anniversaire de la déclaration de la pandémie (OMS), ils étaient une trentaine devant l'agence régionale de santé à Besançon pour réclamer la suppression des brevets sur vaccins et exiger la réquisition des entreprises pour élargir la production.

Pétition Brevets sur les vaccins, stop. Réquisition !"

noprofitonpandemic.eu/fr/  https://noprofitonpandemic.eu/fr/

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Covid-19 : les hôpitaux de Bourgogne Franche-Comté déclenchent l’ultime palier d’augmentation de leurs capacités

La troisième vague de l’épidémie qui touche la Bourgogne-Franche-Comté entraîne un afflux de patients nécessitant une hospitalisation. A la veille des congés de printemps, l’ARS appelle chaque habitant de la région à maintenir encore son effort, pour permettre au système de soins de faire face.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.11
nuageux
le 15/04 à 18h00
Vent
4.52 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
45 %

Sondage