Vitamine D pour les enfants : privilégiez les médicaments aux compléments alimentaires !

Publié le 29/01/2021 - 12:15
Mis à jour le 29/01/2021 - 11:13

Risque de surdosage • L’agence nationale de sécurité sanitaire a relevé des cas de surdosage à la Vitamine D chez des jeunes enfants suite à la prise de compléments alimentaires.

 © D Poirier
© D Poirier

Les cas de surdosage à la Vitamine D se manifestent par une hypercalcémie (taux excessif de calcium dans le sang) qui peut avoir des conséquences graves, telles qu’une atteinte rénale à type de lithiase / néphrocalcinose, c’est-à-dire un dépôt de calcium dans le rein.

En 2020, deux cas graves d’intoxication à la vitamine D ont été rapportés à l’Anses (nutrivigilance) suite à la prise par des nourrissons d’un complément alimentaire acheté sur internet, dont le dosage en vitamine D était particulièrement élevé (10 000 UI par goutte).

Pour prévenir ce risque, l'Anses demande aux professionnels de santé et aux parents de :

  • privilégier les médicaments par rapport aux compléments alimentaires ;
  • contrôler les doses administrées (vérifier la quantité en vitamine D par goutte) ;
  • ne pas multiplier les produits contenant de la vitamine D.

Chez l’enfant la vitamine D est indispensable à la croissance des os. Pour assurer cette croissance, la vitamine D est prescrite en France dès les premiers jours de la vie en prévention du rachitisme (maladie de la croissance et de l'ossification)

Administrer à son enfant trop de vitamine D peut être aussi dangereux que de ne pas en administrer assez.

Il est donc nécessaire de :

  • bien contrôler les doses données à son enfant et de ne pas multiplier les produits contenant de la vitamine D pour éviter des surdosages qui pourraient perturber sa fonction rénale ;
  • privilégier l’utilisation d’un médicament contenant de la vitamine D par rapport à celle d’un complément alimentaire enrichi en vitamine D, particulièrement chez le jeune enfant ;

Il n’est pas recommandé de donner quotidiennement à un enfant un produit dont la provenance et la composition ne sont pas garanties et qui peut conduire à une intoxication irréversible par un apport excessif en vitamine D.

En tout état de cause, l’achat de compléments alimentaires sur Internet est déconseillé, car ils peuvent être non conformes à la réglementation.

Le mardi 19 janvier 2021, 73 médecins spécialistes et plusieurs associations de médecins appelaient à titre préventif à  "à supplémenter l'ensemble de la population française en vitamine D" après une étude menée en novembre concluant que la prise de Vitamine D "pourrait contribuer à réduire l'infection" par le coronavirus.

Étude de novembre 2020 paru dans The Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology sur les formes graves de la Covid-19

Une autre étude de Cédric Annweiler, chef du service de gériatrie du CHU d’Angers (77 patients) indique que le taux de survie est meilleur pour les personnes qui ont reçu de la vitamine D au long cours. revue scientifique Nutrients

Pour Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS de Marseille, un taux suffisant de vitamine D pourrait réduire les risques de développer une des formes graves du Coronavirus. (publication du 24 juin 2020) . Il esxplique que la Vitamine D joue le rôle de "frein du système rénine-angiotensine lorsqu'il s'emballe à cause du virus"  et qu'elle  "sert de régulateur" et "contrebalance l'effet délétère du virus".

Par ailleurs, la vitamine D aurait également un rôle dans le système immunitaire dit "inné" qui est le premier rempart face à une infection.

"41% de la population française manque de vitamine D en hiver". Académie de médecine de France

Info +

L'Anses, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), les sociétés savantes de pédiatrie, le collège national des sages-femmes et les centres antipoison, alertent les professionnels de santé et les parents sur le risque de surdosage associé à l’administration de compléments alimentaires à base de vitamine D chez des enfants, et notamment des nourrissons.

Par ailleurs, l’Anses va prochainement publier une actualisation des repères nutritionnels, incluant ceux pour la vitamine D, visant à améliorer les apports assurés par l’alimentation.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Des congés menstruels pour "améliorer la qualité de vie au travail"

Alors qu’aujourd’hui, en France, 1 personne menstruée sur 2 déclare souffrir de dysménorrhée (règles douloureuses) et 1 personne menstruée sur 10 est atteinte d’endométriose (maladie chronique), la CGT propose de "lever le tabou" des règles douloureuses et réclame "le congé menstruel pour les personnes menstruées qui en ont besoin" pour les personnes travaillant à la Ville de Besançon, au CCAS et à Grand Besançon Métropole.   

Baignade : l’ARS fait le point sur les risques et la qualité des eaux en Bourgogne Franche-Comté

Alors que les chaleurs sont de retour en Bourgogne Franche-Comté et que les vacances d'été ont commencé, l'Agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté met en garde la population contre les risques de baignades dans des zones non surveillées et sur la qualité de l'eau. Tout ce qu'il faut savoir en cet été 2024.

L’Université de Franche-Comté recherche des patients standardisés pour les examens de médecine

Afin d’aider les étudiants en médecine à développer leurs capacités cliniques et relationnelles, l’université de France-Comté réitère sa recherche de volontaires afin de jouer le rôle de patients standardisés lors des examens des étudiants en 4e, 5e et 6e année de médecine.

La chronobiologie en nutrition analysée par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIET' • Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient d'établir un rapport établissant un lien entre nutrition et chronobiologie. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats.

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Un collectif régional de médecins volontaires pour réduire le temps d’attente d’un certificat de décès

Le collectif porté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté est opérationnel depuis le début de l’année 2024. Il permet une voie de recours en cas d’absence de solution pour établir un certificat de décès. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 22.6
légère pluie
le 21/07 à 12h00
Vent
4.44 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
80 %