À Besançon, la pâtisserie végétale Cocoëlle déménage…

Publié le 14/02/2024 - 15:32
Mis à jour le 15/02/2024 - 15:09

Depuis mercredi 14 février 2024, c’est dans un tout autre lieu, bien plus grand et plus lumineux que Cocoëlle a emménagé sa cuisine et sa déco. Il n’en fallait pas moins pour que Noëlle Claude, fondatrice et gérante, développe sa pâtisserie végétale ouverte en 2019, devenue incontournable à Besançon...

Cocoëlle a ouvert sa première pâtisserie en 2019 dans un petit local très mignon au 22 rue Rivotte, mais qui n’était plus à la hauteur de son succès et des envies de développement de sa pâtissière. De 40 m2, Cocoëlle passe à un vrai salon de thé de 70 m2 avec 19 places assises au 6 faubourg Rivotte. ”J’ai écouté les clients”, nous confie Noëlle Claude, ”avec le Covid, j’avais développé la vente à emporter pour survivre, mais les clients veulent aujourd’hui déguster sur place et ont envie de plus de choses salées”.

”Prendre le temps de faire des choses plus poussées”

Au-delà du confort du client installé dans du mobilier chiné par la pâtissière avec vue sur la colline de Bregille, Noëlle Claude a aussi pensé à sa santé. ”J’ai moins mal au dos !”, se réjouit-elle, ”j’ai une vraie cuisine aménagée, un lave-vaisselle, je peux prendre le temps de faire des choses plus poussées, proposer une carte bien complète !” Il faut savoir que la pâtissière confectionne absolument tout sur place, les gâteaux et guimauves bien sûr, mais aussi le pain et les tartinades de ses sandwichs, jusqu’aux sirops de ses boissons, le tout avec des produits locaux. Et pour assurer la vente, la gérante a embauché un bras droit, Fanette.

Pas de gaspillage

Inspirée principalement de ses voyages, Noëlle Claude aime surprendre ses clients avec des saveurs particulières, des mélanges inattendus, des desserts parfois osés. Pour rappel, toutes les créations proposées chez Cocoëlle, qu'elles soient sucrées ou salées, sont confectionnées sans aucune matière animal (lait, oeuf, beurre, gélatine, miel...)

Et dans son processus de création, elle ne jette rien. ”J’aime beaucoup travailler avec le fruit et j’utilise tout, il n’y pas de gâchis et je pense que la pâtisserie est l’un des seuls métiers où on peut tout utiliser, il n’y a jamais de perte, et c’est chouette !”, nous raconte la passionnée qui pense avoir hérité de cette qualité anti-gaspi de sa grand-mère et de sa maman.

Les douceurs du moment

Chaque mois, Cocoëlle proposera un menu différent pour les déjeuners avec un choix de formule. En ce moment, les gourmand(e)s pourront déguster des gaufres avec crémeux de légumes et chantilly aux herbes, des gnocchi à la châtaigne sauce crémeuse et sarrasin toasté, ou un sandwich chick’n, tartinade aux herbes, laitue iceberg.

Pour le dessert ou le goûter, le choix est immense parmi les tartelettes Chocohuète, Citron & yuzu, Banoffee… les entremets Red velvet, Forêt noire, L’infernal chocolat caramel noisettes… ou encore les spécialités où le chocolat est roi et le chocophile aussi : buttercup 70%, le millionaire cookie cup ou encore le fameux brownie.

Côté boisson, Cocoëlle propose des thés et cafés ainsi que des Kôso conçus pas Noëlle. Qu'est-ce que c'est ? D’origine japonaise, le kôso est un sirop enzymatique de fruit sans cuisson. Au salon de thé, ils peuvent se déguster sous forme de sirop à l’eau plate ou gazeuse, de diabolo, de latte froid ou chaud.

Infos +

  • Cocoëlle aura une terrasse d’une dizaine de places assises dès le printemps.
  • Il est possible de réserver une table sur le site ou par téléphone (06 52 32 29 72).
  • Tous les allergènes utilisés par la pâtissière sont indiqués sur la carte.
  • Option sans gluten possible.

Infos pratiques

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

En 2024, le salon Micronora fêtera ses 75 ans, ”l’heure du renouveau”

Thierry Bisiaux, président de Micronora et Fanny Chauvin, directrice de Micronora ont présenté mardi 26 avril 2024 la prochaine édition du salon des microtechniques Micronora qui se tiendra du 24 au 27 septembre à Micropolis à Besançon. Le thème de cette année : les microtechniques intelligentes. Déjà 90% des espaces exposants sont réservés…

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.91
légère pluie
le 18/04 à 18h00
Vent
2.69 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
81 %